Saint-Eusèbe – Le vin jaune fait une percée à l’atelier adapté du Vernoy, un bel assemblage

Depuis trop longtemps, les objets promotionnels sont fabriqués pour la plupart en Chine où le coût de la main-d’oeuvre défie toute concurrence. Ce n’est pas une raison pour laisser la mainmise à l’Etat communiste, d’autant que l’arrivée du covid et ses conséquences, a justement fait prendre conscience de la nécessité de produire au plus près de chez nous.

Exemple, les porte-verres distribués à la percée du vin jaune confectionnés en Chine et sérigraphiés en Allemagne ne le sont plus. La Région Bourgogne – Franche-Comté s’est penché sur le sujet et avec les organisateurs, a trouvé un porte-verre à son pied en faisant appel notamment à une entreprise d’insertion et plus précisément un établissement public social et médico-social, l’EPSMS Le Vernoy dont l’atelier adapté se trouve à la ZA du Monay à Saint-Eusèbe. La relocalisation est en marche.

« C’est une opération exemplaire » note Jean-Claude Lagrange, président de l’Agence économique régionale de BFC et conseiller régional. L’atelier adapté du Vernoy a répondu avec un consortium d’entreprises locales à l’appel d’offres et a remporté le marché soit confectionner 23 000 porte-verres à livrer pour le 21 janvier 2022. Coût du contrat, 34 000 € HT.

Aujourd’hui, la production couture au Vernoy est de 2750 pièces par semaine. « Au 21 décembre, nous aurons livré 15 000 porte-verres puis les 8000 restants en janvier » précise Vanessa Laguerre, chef de service.

Ainsi, dès fin octobre, SoBag (Blanzy) lançait la découpe laser, HD Publicité (Sanvignes) démarrait la sérigraphie et la société SEIC (le Creusot), produisait les étiquettes.

Début octobre, en revanche, il a fallu trouver la matière première, le tissu jaune. Introuvable. Or au Vernoy, dormait du tissu noir au bon grammage acheté en 2016 avec le label sanitaire et écologique garantissant l’absence de produits toxiques. L’idée a été d’inverser les couleurs, tissu noir et sérigraphie jaune. Idée validée.

Dans l’atelier de couture de 800 m2, elles sont huit personnes qui ont une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). « Nous leur permettons de trouver un emploi et favorisons la réalisation de leur projet professionnel » explique Rosine Sennesal-Bosset, adjointe de direction de l’EPSMS le Vernoy, une entreprise qui propose également des prestations professionnelles dans le bâtiment, les espaces verts et le nettoyage.

Ce partenariat exemplaire est donc une alternative aux achats délocalisés.

En France, au Vernoy en particulier, c’est possible. Le vin jaune du Jura aux arômes inimitables, méritait bien une tenue estampillée régionale. Vernoy et vin jaune, quel bel assemblage.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.