Montceau – Conseil municipal : Marie-Claude Jarrot, « l’avenir nous donnera raison »

Pas de débat d’orientation budgétaire ce mardi soir au conseil municipal de Montceau-les-Mines mais la présentation du plan pluriannuel d’investissement (PPI). En introduction, madame le maire est revenue sur l’hôpital de Montceau, notamment.  « Je ferai d’ailleurs, avec mes collègues élus membres du CTEL, des propositions qui concernent Montceau et les hôpitaux de la Guiche, Toulon-sur-Arroux et Mont-Saint-Vincent, pour une offre de soins adaptée aux besoins de la population » déclaré Marie-Claude Jarrot. Dont voici, ci-dessous, les propos liminaires.

« Des informations comme à l’habitude avant de dérouler les différents points de ce conseil municipal.

Un conseil qui ne nous permet pas encore de renouer avec l’accueil du public en raison de la situation sanitaire redevenue préoccupante.

Comme l’ensemble des maires naturellement, je me tiens informée régulièrement des données communiquées par Monsieur le Préfet, susceptibles d’impacter la vie municipale, l’organisation ou l’annulation des différentes manifestations sur la ville.

Comme la plupart des collectivités, nous sommes d’ailleurs obligés d’annuler les cérémonies de vœux aux forces vives et aux agents. Et je le regrette.

Je veux saluer une fois encore l’engagement des élus, des agents municipaux et des personnels soignants qui font, depuis plusieurs mois maintenant, un travail extraordinaire au sein du centre de vaccination qui a pris ses nouveaux quartiers au Bois du Verne dans l’ancien bâtiment de la Carmi qui semble correspondre parfaitement à l’attente des professionnels de santé et de la population.

Avec l’incitation à la troisième dose, les rendez-vous s’enchainent pratiquement toutes les 5 minutes avec une moyenne de 400 doses par jour. Une troisième ligne est ouverte et nous pourrons vacciner les 5 – 11 ans dès le 15 janvier dans le cadre d’une 4ème ligne.

…………

Ce conseil municipal, il se déroule, je le disais, dans des circonstances qui ne sont pas tout à fait normales et en particulier ce soir au regard de cette cyberattaque qui a endommagé lourdement les serveurs informatiques de la Ville.

Naturellement, tout ce qui devait être fait a été fait.

Et là aussi, comme j’ai eu l’occasion de leur faire savoir par courrier, je veux dire ma gratitude aux Ressources humaines de la Ville qui ont montré une fois encore leur capacité de réaction et d’adaptation sous l’autorité de Monsieur le Directeur Général des Services.

Et c’est cet incident, d’importance, qui m’a conduite, en accord avec les élus concernés et Monsieur le DGS, à différer le DOB initialement prévu ce soir. Je l’ai fait savoir dès la semaine dernière aux oppositions.

Même si les documents du DOB étaient prêts, il ne m’a pas semblé judicieux d’espérer pouvoir mener une session de vote budgétaire d’ici quelques semaines dans des conditions suffisamment pertinentes alors que nos services continueront à fonctionner en mode dégradé.

Ce conseil nous permettra cependant, comme un avant-gout des deux prochaines sessions, de vous présenter les grands axes du Plan Pluriannuel d’Investissement pour le mandat.

Ce PPI, il est tout d’abord le résultat d’un très important travail de diagnostic, d’études, de prospectives, de recherche de subventions et de moyens les plus efficients pour parvenir à son but.

Ce PPI, il est la photographie des moyens mis en place pour décliner les engagements pour lesquels les Montcelliennes et les Montcelliens nous ont fait confiance.

Et comme, même en politique, et peut être surtout en politique, les promesses faites doivent être tenues, ce PPI va nous permettre d’accéder à cette exigence en direction d’une ville de demain. Une ville plus attractive.

Une ville qui a souffert mais une ville qui, parce que l’idée que l’histoire des mineurs vaut l’histoire des seigneurs, ( je me rappelle bien qu’on disait à Montceau : « femmes de mineur, femme de Seigneur) peut renier son passé tout en construisant son avenir.

C’est à cet exercice difficile mais passionnant que Montceau va répondre en devenant un démonstrateur national de conduite du changement, de mise en désir, de mise en exergue de ce socle commun qui s’appuie sur l’histoire et les valeurs de son territoire.

Ce PPI, c’est une mise en trajectoire écologique, une mise en architecture éco responsable, une mise en récit au cœur d’un processus vertueux que nous vous proposons autour de l’implication des acteurs pour plus d’intelligence collective et plus d’efficacité.

Ce PPI, c’est mettre en lumière, flécher et développer des opportunités permettant au fil du mandat une trajectoire de progrès social et environnemental avec des méthodes de production et de consommation responsables.

Ce PPI, c’est penser et agir en systémique, c’est permettre une approche transversale et des processus coopératifs forts. C’est développer la culture de l’innovation, dont je rappelle qu’elle est une désobéissance qui a réussi. C’est construire de la confiance et une montée en ambition.

Ce PPI, c’est s’appuyer sur des ressources humaines dont l’efficience doit répondre aux nouveaux enjeux. Nous y travaillons depuis 7 ans et j’en suis satisfaite.

Ce PPI, c’est repenser l’offre de service public en réorganisant les équipements pour mieux répartir les centralités.

Ce PPI, c’est, après les premiers investissements lourds lancés au cours du précédent mandat, une aire nouvelle de rationalisation, de mutualisation, de contractualisation avec nos partenaires, notamment financiers.

Ce PPI, ce sont des emprunts à hauteur de 12 ME pour un budget d’investissement de 40 ME TTC sur 6 ans. Avec une capacité de désendettement qui s’élèvera en 2026 à 6,6% c’est-à-dire le même ratio qu’en 2014. Avec, en plus, des hypothèses de subventions très raisonnables. Lionel Duparay vous en reparlera.

Ce PPI, c’est la démonstration qu’il ne faut jamais être prisonnier d’une pensée unique qui ne permet pas de dépasser les 1000 et une inerties et résistances au changement.

Alors oui, je n’attends pas un communiqué du parti socialiste de Montceau-les-Mines d’octobre dernier pour savoir ce que je veux faire ou pas avec ma majorité sur le dossier du Lavoir des Chavannes.

Alors oui, la majorité municipale a décidé lors du conseil municipal du 26 juin de m’autoriser à procéder au rachat du Lavoir des Chavannes. Ce qui a été fait il y a quelques jours.

Quand ces mêmes socialistes me rappellent que « la décision d’un rachat ou non par la ville est suffisamment lourde de conséquences pour qu’elle soit prise par l’ensemble des montcelliens et non par les seuls élus de la majorité » j’avoue que je leur répondrais volontiers par cette phrase que j’emprunte à un ancien président des États Unis
« La politique ne consiste pas à faire taire les problèmes inutiles, mais plutôt à faire taire ceux qui les posent inutilement ».

Alors oui, dans le bras de fer qui nous oppose au directeur général d’EIC Transactions, j’ai de nouveau fait part de mon hostilité à l’installation d’un restaurant Buffalo Grill puisqu’il avait été convenu avec Monsieur Muffat d’implanter sur la zone Jardiland des enseignes qui ne feraient pas concurrence avec celles du centre-ville et que, par ailleurs, nous étions opposés à l’arrivée d’un restaurant, je ne cèderai pas.

Alors oui en effet, je n’hésite pas à dire que les projets proposés pour l’hôpital de Montceau sont pour le moment ajournés à l’exception de celui de la rénovation des urgences.

On ne peut pas en effet accepter du Segur la construction d’un bâtiment neuf avec 24 chambres alors que des chambres à rénover sont disponibles dans d’autres unités.

Je ferai d’ailleurs, avec mes collègues élus membres du CTEL, des propositions qui concernent Montceau et les hôpitaux de la Guiche, Toulon-sur-Arroux et Mont-Saint-Vincent, pour une offre de soins adaptée aux besoins de la population.

Il sera question avec eux d’une offre de soins globale, lisible et cohérente sur tout le territoire du GHT.

Montceau n’y perdra pas son âme. Il sera question de travailler avec tous les acteurs du territoire pour que les habitants y trouvent leur compte.

Il sera question d’équilibre au sein du GHT et que Montceau reste un hôpital EN proximité.

Un nouveau directeur ou une nouvelle directrice va arriver très vite.

Je dis et je redis que si nous n’y arrivons pas aujourd’hui, nous n’y arriverons jamais.

Je veux dire aussi ma satisfaction de voir raccorder l’hôpital de Montceau au réseau de chaleur urbain Moncia. Cela permettra des économies substantielles à un établissement qui en a bien besoin.

Bref, j’agis, nous agissons, en responsabilité et avec cette conviction collective que l’avenir nous donnera raison.

Dans tous les cas, nous aurons agi. Nous aurons agi parce que nous avons une vision. La vision de notre territoire.

Cette vision, c’est une étoile qui nous permet de voir, de rêver parce qu’il faut toujours rêver son territoire. Cette étoile, elle met en désir, donc nous donne de l’énergie.

Cette étoile, elle doit être accessible. Il faut donc parsemer le chemin de son accès de petits cailloux blancs comme autant de passages à l’acte, de jalons et de preuves.

C’est cela notre action collective ».

4 commentaires :

  1. Bla bla, bla bla bla, bla bla bla bla …

  2. Après de tels propos les conseil-municipal a dû se déouler dans la joie et l’allégresse!

  3. Vous avez beaucoup d’humour !
    Demandez aux intéressés à quel point ils se sont détendus dans la sérénité . La séance était … furieusement … ZEN !

  4. AAAouuuuummmm…..
    Un peu d’humour ne ferait pas de mal, ça n’empêche pas d’être sérieux, on réussit d’abord à « sourire ensembles » et qui sait, ça pourrait peut-être permettre de « travailler ensembles ». Encore une vision….nostalgique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.