Mont-Saint-Vincent – Que d’atermoiement pour une terrasse de 12 m2

Sur les pavés, bientôt, une terrasse en bois de 12 m2.

Pour reprendre un célèbre slogan publicitaire « Le bonheur, c’est simple comme un coup de fil », il a suffi justement d’un appel à la communauté urbaine Creusot Montceau pour dénouer l’affaire.

A Mont-Saint-Vincent, Jean-Michel Raoul, le patron et chef cuisinier de l’auberge du Passe-Temps, a fait une demande le 20 mai dernier auprès de la mairie pour agrandir sa terrasse, « je souhaite installer une estrade en bois sur les pavés et mon établissement, sans empiéter sur la route »..

Le 28 mai, le maire, Jean Girardon lui adresse un courrier : « L’occupation du domaine public étant la compétence de la communauté urbaine Creusot Montceau (CUCM), nous vous invitons à vous rapprocher de leurs services afin de leur présenter votre demande accompagnée d’un plan, tout en leur précisant quelques informations indispensables, notamment la durée et la surface de l’emprise envisagée ».

Rappelons que Jean Girardon est élu communautaire.

Interrogé sur cette demande du restaurateur installé 3 place du Marché, il répond : « C’est une compétence communautaire. Nous, nous sommes d’accord ». Il ajoute : « Il (Jean-Michel Raoul) en a conclu que nous lui refusions d’agrandir sa terrasse ».

Comme disait Coluche, « c’est mettre un frein à l’immobilisme ».

Il aurait été très facile de décrocher le téléphone comme nous l’avons fait et avoir la réponse auprès de la CUCM : « S’il n’y a pas d’ancrage au sol, un arrêté municipal suffit ».

Retour avec monsieur le maire. « Nous allons lui faire l’arrêté. Ce sera fait ce mercredi » assure-t-il.

Franchement, il n’y avait pas de quoi déplacer une montagne pour prendre cette décision. Mais voilà à Mont-Saint-Vincent, le climat est tendu avec cette histoire de projet d’enfouissement de l’amiante dans la carrière, d’autant plus que Jean-Michel Raoul est secrétaire adjoint de l’association  « Préserver Mont Saint Vincent et ses alentours » laquelle est totalement opposée au projet. D’ailleurs la position du maire est très controversée. Jean Girardon ne se prononce pas, il attend de mettre en place un référendum local. « C’est la population qui se prononcera pour ou contre le projet d’enfouissement » répète-t-il, sans remettre en cause l’extraction du gravier dans la carrière.

Donc à partir de ce mercredi 16 juin 2021, l’auberge du Passe-Temps aura l’autorisation d’installer sa terrasse de 12 m2 jusqu’à  fin septembre.

Pas simple la vie alors qu’un coup de fil…

Jean Bernard

 

4 commentaires

  1. heureusement que ça ne dépend pas de la CCM. J’ai eu, à l’occasion d’une fuite d’eau, avoir recours au médiateur national de l’eau .
    Après des mois d’échange et de procédure ce dernier proposait une médiation portant sur un avoir de 6m3 d’eau . Il fallait l’accord de la CCM .Cette institution n’a même pas daigner répondre .

  2. La fonction publique et ses « représentants » dans toute sa splendeur ! Pourquoi faire simple et rapide quand on peut être long, compliqué et passer le sujet à un autre ! Inefficacité, multiples services totalement occultes et inutiles, personne ne sait à quoi ils servent, eux même ne savent pas trop pourquoi ils sont là, ça permet de balancer les dossiers dans un autre service. Comme quoi quand ils veulent qu’une demande soit traitée sérieusement ils le peuvent.

  3. BARBOIRON Catherine

    Cette terrasse est une très bonne idée et contribue à mettre le village en valeur. Décidément, le maire ne veut que le pire pour sa commune !

  4. Barboiron Christian

    Jean-Michel Raoul est accueillant, apprécié de tous pour sa gentillesse et son professionnalisme.
    Il met de l’animation et de la convivialité dans ce village qui en a bien besoin.
    Le Maire Girardon décide montrer à J.M R que d’être contre son projet d’enfouissement d’AMIANTE au Mont Saint Vincent en étant membre du bureau de l’association’’ Protéger le Mont Saint Vincent et ses alentours’’ peut lui faire perdre du chiffre d’affaires en chipotant pour l’autorisation de quelques m2 de terrasse.
    Nous sommes contre un projet pas contre des personnes.
    Monsieur le Maire est-ce une erreur ou une méthode ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *