280 signes sur l’immigration : zéro partout, balle au centre

Oui, Gilles Platret à raison de dire que l’Etat ignore le nombre réel de clandestins en France.

En même temps s’ils sont clandestins, donc non recensés, échappant à toute connaissances statistiques, comment pouvoir présenter non pas une fourchette mais un vrai râteau « entre 150 000 à 400 000 en Seine-Saint-Denis ».

Moi j’ai entre 60 et 2000 ans selon que l’on s’adresse à ma femme ou à un gamin de dix ans qui me croise dans la rue . En fait, j’ai un peu plus et surtout beaucoup moins.

Mais oui, Gilles Platret à raison, on ne peut fonder une politique sur ce que l’on ne connait pas.

Oui, Jeremy Kreins à raison, ce « détail de l’histoire » ne date pas de la constatation actuelle et justifiée de Gilles Platret.

En même temps constater n’est pas joué. Tant que le pays des droits de l’homme pose l’empreinte de ses rangers (autrefois on disait chaussures à clous) sur le problème de l’émigration, gauche, droite, gauche et en même temps ne feront jamais de bons arbitres.

A force de statistiques, de termes réducteurs (migrants), d’anathèmes et de menaces de tsunamis humains, on vient à en oublier l’homme, la femme, le vieillard, l’enfant, le torturé, l’esclave derrière le concept.

A aucun moment je ne peux penser que quelqu’un de responsable comme Gilles Platret oublie une once de ce problème qui est comme une écharde dans la paume de l’humanité, à aucun moment je ne peux concevoir que Jeremy Kreins pense uniquement en termes binaires.

C’est de la politique tout ça, donc ce n’est en rien objectif.

Tous les deux ont raison, car il faut réfléchir, approfondir, ne laisser aucun espace à ceux qui profitent du moindre interstice dans notre législation, dans notre humanité naturelle qui transcende les positions partisanes.

Ne laisser aucun répit à ceux qui hurlent à l’immigration submersive et emploient clandestinement ceux qui ont survécu aux traversées périlleuses.

Tous les deux ont raison, on ne peut tirer le boisseau sans débat démocratique sur le sujet.

Gilles DESNOIX

Un commentaire

  1. si l’ont se réfèrent aux textes de libre circulation européen , la libre circulation n’est accordées qu’aux Européens, pas à l’humanité toute entière, surtout pour un petit pays comme le notre , alors les chiffres annoncés , qu’ils soit de un ou au nombre de 500 000 sont déjà trop, car nos dirigeants font ce qu’ils nous demande de ne pas faire: l’amalgame entre les vrais persécutés et les autres!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *