Auto Bourgogne Vacher : une entreprise locale présente à la foire du Creusot

Quand on représente une marque automobile aussi prestigieuse que BMW et Mini, à la fois à Montceau-les-Mines et au Creusot, la marque se doit d’être toujours au plus proche de ses clients.

La foire du Creusot au parc de la Verrerie, jusqu’au dimanche 22 septembre 2019, est le lieu qui favorise les échanges. Il y fait un temps magnifique et toutes les BMW et Mini rayonnent.

« Notre présence sur la foire met en avant le savoir-faire de BMW et Mini mais, surtout, les qualités de l’entreprise Auto Bourgogne Vacher, une entreprise locale pour une clientèle de proximité » rapporte Christophe Vacher, la patron.

Le stand BMW et Mini est riche de modèles dont la nouvelle série 1 de la marque allemande, avec pour le modèle diesel, seulement 109 grammes de CO2. Pas mal du tout ! A voir ou découvrir, le X2, la nouvelle série 3 (lire plus bas le reportage) ou encore, un exemplaire plus musclé du coupé M6 avec un V8 sous le capot qui développe 560 CV.

La gamme Mini, en cinq places, le Clubman, le Countryman, toutes sont là. Mini mais elles font le maximum.

J.B.

Auto Bourgogne Vacher sur la foire du Creusot jusqu’au dimanche 22 septembre 2019 de 10h à 19h.

 


 

Patrick Pariat, le mécano archéologue

L’homme qui murmurait aux oreilles des chevaux, quel superbe roman. Dans le même registre mais dans un autre domaine, chez Auto Bourgogne Vacher au Creusot, un homme murmure aux soupapes de vieilles machines. Il tend l’oreille et souffle quelques mots de réconfort. « T’inquiète pas, tout va bien se passer ».

Patrick Pariat est un expert mécanicien hors pair. Il est de la race des seigneurs de l’automobile, ceux-là mêmes qui, au bruit, détectent la panne un peu comme un médecin de campagne qui connaît sa clientèle sur le bout des doigts.

Trente-quatre que Patrick Pariat est dans le métier et toujours chez BMW. « Il a d’abord travaillé avec mon père à Montceau puis avec moi désormais au Creusot depuis avril dernier » explique le boss, Christophe Vacher.

Elles dormaient au fond d’un garage, Patrick les réveille

Pour ABV, il est une perle surtout que les « anciennes » reviennent de plus en plus se refaire une beauté, un lifting digne d’un  grand chirurgien plasticien et esthétique.

« La restauration est un phénomène en vogue depuis une dizaine d’années et nous avons des clients, des fidèles notamment à BMW qui, depuis a 30 ou 40 ans, ont conservé dans un coin d’une grange ou d’un garage, leur première voiture et nous demandent de la restaurer » développe Christophe Vacher.

Alors qui mieux que Patrick Pariat, avec son expérience, son vécu, ses connaissances, est le plus à même de s’en occuper. « Bien souvent, il faut tout reprendre, déposer la mécanique, traiter la corrosion, reprendre la sellerie. Et quand on remplace, on installe que des pièces d’origines » stipule le mécanicien. Pas de bricolage, du sur mesure.

Le parfum intérieur d’antan

C’est effectivement un savoir-faire que de remettre en état et en circulation des automobiles qui ont plus de 30 ans. « Je leur redonne vie » note avec satisfaction Patrick Pariat. Il y prend d’ailleurs un plaisir infini, quitte à y passer entre 200 à 220 heures de travail comme pour cette 323I de 1979 dont l’intérieur, en excellent état, a gardé l’odeur si caractéristique de l’époque. « Pas question d’en modifier le bouquet » prévient le mécano. Ce serait un sacrilège.

Restaurer est devenue une passion dont ce délectent Patrick Pariat et Christophe Vacher. Les projets fourmillent et pas seulement de la marque BMW. Une Peugeot 205 GTI 1.9 vient d’être achevée. Dans la cour, une Vespa (tricycle) subira le même sort comme une 4L.

Sous les doigts de Patrick, les « anciennes » renaissent. Un travail valorisant à la fois pour lui et l’image de la maison Vacher. L’antiquité y trouve toute sa place au milieu de la technologie de pointe d’aujourd’hui. Chez ABV, le passé se conjugue également au présent.

Nous avons rencontré un archéologue de l’automobile.

Jean Bernard

 

 

La sublime italienne à 250 000 €

Une merveille, il n’y a pas d’autres mots. Comment ne pas tomber amoureux de cette dame au contour harmonieux, ce corps puissant, à l’allure féline qui nous fait lever la tête tant le rêve de la posséder, la dompter, n’est finalement qu’une douce vision du charme inaccessible au commun des mortels.

Femme, je vous aime. Alors permettez-moi une infidélité pour la Portofino spider V8 GT turbo. Ferrari, je vous aime, belle dame au cheval cabré devant laquelle je m’incline pour vous dire combien votre image produit en moi ce désir incommensurable et déclenche une passion invétérée.

Autant vous dire que de la voir devant la concession BMW – Mini d’Auto Bourgogne Vacher à Montceau-les-Mines, anime votre coeur de soubresauts incontrôlables et incontrôlés. Je tombe en pâmoison, j’exalte, j’aime.

Oui, il faut connaître l’amour d’une belle pour comprendre que ce corps splendide va vous conduire là où nul autre peut vous emmener à près de 320 km/h et vous bercer du son mélodieux d’une sylphide équipée d’un V8 de 600 cv. Du Mozart dans les échappements.

Evidemment, chez Auto Bourgogne Vacher, la marque à l’hélice demeure souveraine jusqu’au jour où, un client, fait part d’une commande très spéciale. Une demande en mariage pour le meilleur et seulement le meilleur. Impossible n’est pas ancré dans le subconscient de Christophe Vacher. Bentley, Maserati, Porsche, sont des marques prestigieuses avec lesquelles ils partage une quintessence innée.

« On me demande, je trouve » dit-il. Une Ferrari Portofino, alors qu’à Maranenello, c’est un an d’attente, Christophe Vacher la déniche au quart de tour à son client de la région lyonnaise, prêt à aligner 250 000 €. Le modèle de base est à 193 000 €. Toutes les options sont disponibles. L’écusson placé sur les deux ailes, une réalisation entièrement faite à la main, coûte 12 000 €.

Heureux qui comme Ulysse va faire un beau voyage à bord de cette Portofino. L’amour a un prix mais l’amour a ses raisons que la raison ignore.

Jean Bernard

 

Nouvelle série 3 : le rêve de l’audace

Pas de doute, la nouvelle BMW série 3 fait tourner les têtes. Elle ressemble nécessairement à sa devancière mais avec sa ligne plus agressive, plus racée et, surtout plus sportive, son nouveau design esthétique en fait un modèle premium très haut de gamme.

La septième génération de la série 3 est apparue au Mondial de l’Auto en 2018 et sa commercialisation a débuté en mars dernier. Son côté chic et sport propulse ce nouveau modèle dans les hautes sphères de l’automobile, là où le raffinement et la perfection germanique se côtoient dans une parfaite harmonie.

Nouveau modèle, nouvelles sensations. Et avant de prendre le volant de la 330 i M Sport, c’est l’allure générale qui, dans un premier temps, se regarde comme un tableau de maître au musée du Louvre. Elle est plus longue de 8 cm (4.71 m), plus large de 1.6 cm (1.83 m), a maigri de 55 kg.

L’avant est bestial avec une calandre plus grande et plus large, les projecteurs Full Led sont disponibles de série et laser en option. La poupe propose également une nouvelle signature lumineuse plus moderne et la double sortir d’échappement ronde est de série.

L’habitacle, soignée, hume le raffinement. Rien ne manque, tout est à sa place et bien placé. Le conducteur est choyé. Désormais, l’instrumentation est tout numérique, c’est le BMW live cockpit. Du bel ouvrage. On ne conduit pas, on pilote une BMW.  On lui parle, elle vous répond: « Dis BMW… »

La gamme s’articule autour de deux moteurs à essence : 320i (184ch) et 330i (258ch) et de trois blocs diesels : 318d (150ch), 320d (190ch) et 330d (265ch). Tous les modèles peuvent être déclinés avec la transmission intégrale et tous sont équipés de la boîte de vitesses automatique (8 rapports). La boîte manuelle est proposée sur les 318d et 320d.

Au volant de la 330i M Sport (258 cv), c’est une poussée d’adrénaline à chaque accélération. De poète, elle devient un pur-sang qui se laisse très facilement dompter. Tenue de route, freinage, confort, le plaisir de conduire procure des émotions stupéfiantes.

Premier prix : 43 450 €

La nouvelle série 3 BMW est à découvrir chez Auto Bourgogne Vacher à Montceau-les-Mines. Et chez BMW, pour satisfaire la clientèle, c’est ouvert tout l’été.

Jean Bernard

Publi reportage

 

 

Auto Bourgogne Vacher,

partenaire du Beach Rugby

BMW et le rugby, c’est une histoire d’hommes. Alors pas étonnant que Christophe Vacher, le patron d’Auto Bourgogne Vacher participe à l’aventure du RCMB et soutienne le Beach Rugby du 8 au 15 juin 2019.

Au stade Jean Bouveri à Montceau-les-Mines, l’entrée des « artistes » est digne d’une finale du championnat de France. Une haie de palmiers au milieu de laquelle les véhicules, BMW et Mini donnent un cachet de prestige.

L’esprit d’équipe et la convivialité sont des valeurs que partagent et le RCMB et Auto Bourogne Vacher.

 

Auto Bourgogne Vacher, la qualité haut de gamme

 

La marque à l’hélice à Montceau-les-Mines laisse depuis 1975 son empreinte. Elle marque les esprits. Dès qu’une BMW, une Mini sillonnent les routes du Bassin minier, le responsable est tout trouvé: Auto Bourgogne Vacher.

 

En matière automobile, BMW est « la » référence par la qualité, la fiabilité et excelle à la pointe des nouvelles technologies. Vous ajoutez Mini, l’incontournable marque au nom historique avec la rigueur allemande et Auto Bourgogne Vacher présente toute une gamme de véhicules qui, nécessairement, répond à vos attentes. C’est du neuf, c’est aussi de l’occasion.

Un jour ou l’autre, l’hélice tourne en votre faveur.

La voiture, même une BMW, une Mini, a besoin de soins, qu’on y prête attention. Chez Auto Bourgogne Vacher, c’est d’abord le conseil, à tous les niveaux. Ici, à Montceau, le client parle et il est écouté. Dans le haut de gamme, l’échange est primordiale. Le service, en dehors de prestige de la marque, est prépondérant.

Et que vous soyez à Montceau-les-Mines ou au Creusot, nouvellement ouvert, le discours est le même, les services identiques. La qualité est sans bornes.

 

 

AUTOBOURGOGNE VACHER
26 rue du 5ème Régiment
de Dragons
71300 Montceau les mines
03.85.57.39.20
ACV
12 rue de Chanzy
71200 le Creusot
03.73.55.07.70
Publi reportage

8 commentaires

  1. J'ai bien ssnapé mes valets

    Super concession, personnels très agréable, à l’écoute, j’ai toujours acheté mes véhicules chez Christophe Vacher, je n’ai jamais eu de surprises, et lorsque (c’était rare) j’avais un soucis, j’étais pris en charge immédiatement avec prêt de véhicule!
    Franchement je n’ai plus aucunes hésitation lorsque je veux changer de véhicule, alors vous aussi n’hésitez plus.
    Pour info je suis un vrai client et ce commentaire est une démarche personnelle!

  2. sympa belle voiture !! pour rouler a 80 km/h ?

    • Vacher Christophe

      Bonjour
      Votre véhicule dépasse les 80 km/h rassurez moi ?
      Sinon nous avons un atelier de réparation au cas où ?
      Bien à vous

  3. jvoudraisbenmaisjpeuxpoint

    superbe reportage et présentation de deux belles bêtes!!! promis , avec mes moyens je me paie un bouchon de valve!!!

  4. extraordinaire commentaire journalistique pour une fois dans nos besaces…..trois documentaire le premier digne de ce nom represente tout a fait la qualité du travail du garage vacher depuis toujours……respect de la clientele et des voitures et surtout travail pointu et soigneux de ce tres cher Patrick qui est resté le seul fidele a la marque depuis au moins 6 generations de serie 3 respect a lui
    second reportage sur une marque mythique de voiture qui a fait , fait et fera toujours rever les passionnés de voiture mais qui malgré tout n est accessible que pour certaines personnes ce qui fait de cette marque tout son charme…..la beauté visuelle et accoustique de cette marque n a aucun egal.
    dernier reportage sur la derniere serie 3 ….de la serie e21 4 cylindres carbu a cette derniere serie 3 de nombreux voire trop nombreux developpement se sont infiltré depollution moteur, securité , assistance a la coduite …..avec une e21 un morceau de fil une pince coupante la voiture redemarrais toujouts maintenant le simple fait de tenir un fil pour schinter comme les mecanos disent ce sont des pannes assurés
    et derniere apparté il est vrai que vacher rime avec rugby ….la generation precedente a christophe nous a pali d anecdote concernant le rugby et les bmw….
    bref tout cela pour dire que de tels articles sont interessant a lire a regarder et a faire rever ….merci

    • Vacher Christophe

      Bonjour
      Merci de ce bel hommage à notre entreprise
      Il est vrai que la passion de l’automobile a été plus que transmise par le fondateur qui effectivement a également donné un bout de sa vie au rugby local
      Bien à vous

  5. Beau reportage, c’est très bien de rendre hommage au travail du mécano et notamment de PATRICK
    Très belle la FERRARI on peut l’essayer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *