Montceau – Une bonne bière, un livre et hop… au Baraillot

Vendredi soir 6 juillet, alors qu’une partie de la France regardait fascinée les écrans pour connaître l’adversaire de la France en demi-finale du mondial, quatre jeunes et sympathiques auteurs et illustrateurs, de talents sans aucun doute, squattaient un coin du Baraillot (au musée du camion de Montceau) pour entrer en contact avec une espèce très particulière l’hédoniste lecteur… ou supposé tel.

Thomas Héritier, auteur, illustrateur de talent, croquait des scènes en direct, créait une carte postale avec son cachet de la poste faisant foi… des PTT de la république libre du Baraillot.

Philippe Bellon, Mathieu Trouillet et l’auteur de cet article essayaient d’intéresser le chaland qui allait chercher une bière ou une planche de charcuterie ou revenait avec les dites victuailles.

En fait dans cet espace de nature évanescente où la zénitude et les calembours sont la nourriture spirituelle du citadin éreinté par sa semaine, on ne vend pas Monsieur, on échange, on partage, on empathise… on boit un coup en dégustant du saucisson, du pâté ou du fromage.

Du coup beaucoup de dialogues, parfois avec encore la bouche pleine, de silences ébahis devant la dextérité de Thomas, de brassages de souvenirs soulevés de leur poussière à la lecture d’un morceau de texte en feuilletant les ouvrages étalés sur la table.

Comme à l’accoutumée dans ce lieu où le temps n’est plus le même dès que l’on franchit la porte, la soirée s’est écoulée sans que personne ne s’en aperçoive. Chaque fois, mais vraiment chaque fois, il y a quelqu’un qui après un soupir de contentement s’exclame « et dire qu’il y a des gens qui ne connaissent pas le baraillot ! »

Pour les quatre auteurs la soirée s’est aussi passée à faire connaissance et à comparer les manières, les styles, à parler des difficultés de l’édition, etc.

A faire et refaire au Baraillot

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *