Saint-Vallier – Alain Philibert et Martine Durix, les mal aimés

Avant que ne débute réellement le conseil municipal, le maire a tenu à rétablir quelques vérités et Martine Durix les siennes. Les politiques sont en mal d’amour.

On se doutait bien que Martine Durix n’allait pas en rester là. La conseillère municipale de l’opposition (sans étiquette) souvent rabrouée par la majorité au conseil municipal, a décidé de porter l’affaire devant le sous-préfet, avec copie au préfet, à monsieur le maire de Saint-Vallier et à son premier adjoint, Richard Taiclet.

Les faits remontent au 3 avril dernier (lire https://linformateurdebourgogne.com/saint-vallier-martine-durix-la-tete-de-turc/) lorsque Richard Taiclet a évoqué le nom de Goebbels. Dans son courrier, Martine Durix précise donc « je me suis vu purement et simplement comparée à M. Goebbels par le 1er adjoint, M. Richard Taiclet (…). J’ai depuis quatre ans, appris à composer avec ses débordements, mais cette fois-ci, c’en est trop !!! ». Elle ajoute: « Monsieur le maire, M. Philibert, n’a pas relevé: n’est-il pas dans ses fonctions de faire respecter ordre et sérénité lors des débats? ».

Autant dire qu’en ouverture du conseil municipal, ce mardi 30 mai 2018, Alain Philibert a tenu à mettre les points sur les i après le courrier que lui a adressé le sous-préfet en réponse à celui de Martine Durix. L’autorité du maire était est mise à mal.

La réplique sèche de Richard Taiclet

Alain Philibert serait-il rancunier ou aurait-il simplement de la mémoire? Certes, parfois, les débats volent à ras les pâquerettes. C’est, dirons-nous, de bonne guerre. « Les échanges ne sont pas toujours sympas » admettait le maire. « Mais jamais un élu est venu se plaindre et a envoyé un courrier ».  Pour amender la lettre reçue du sous-préfet, Alain Philibert va répondre et rappeler qu’un 13 décembre 2015, au soir des élections régionales, Martine Durix s’en était pris physiquement à Thierry Mallot, aujourd’hui unique conseiller municipal PS. « A cette époque, je n’ai rien dit, je n’ai pas souhaité ébruiter l’affaire » dira le maire une fois la séance levée.

Son courrier au sous-préfet, Marrtine Durix l’a expliqué pour « se protéger, que cela ne se reproduise plus en tant qu’élue et femme ».

Nullement impressionné, Richard Taiclet, « le » mis en cause, en restait pantois. « Je ne me laisserai pas intimider. Quand j’aurais des choses à dire, je les dirai. La calomnie est insupportable ».

En ce début de conseil municipal, le dernier à l’ECLA avant de réintégrer la salle du conseil (en rénovation) le 2 juillet prochain, l’ordre du jour allait attendre encore un moment.

En effet, Alain Philibert supporte mal qu’on lui reproche de ne pas être présent à certaines manifestations, « mais encore faut-il être invité » dégainait-il. Il faisait référence aux récents événements notamment la visite de la présidente de la Région au Mecateamcluster le 3 mai dernier. Effectivement, pas invité. Puis à l’inauguration de la halle de maintenance, toujours aux Chavannes (à cheval sur Saint-Vallier et Montceau pour ne vexer personne) le 17 mai. Invité mais empêché (rendez-vous chez le dentiste) mais aucun adjoint pour le représenter. « C’était en représailles à toutes les fois où Saint-Vallier est oubliée » précisa le maire en aparté.

Qui en veut au maire et conseiller départemental ?

Maire, conseiller départemental tout comme Eda Berger sur le canton de Saint-Vallier, « à ce titre, nous ne sommes jamais invités notamment à Montceau. Cela me gêne » soulignait Philibert. Pas toujours invité mais toujours présent aux réunions du Département, de la communauté urbaine dont il est vice-président et à la mairie. « J’ai fait 1060 réunions en 2017 ».

De rappeler aussi sa présence dans le bus pour Dijon le 18 mai avec le Codef pour rencontrer le directeur de l’ARS (agence régional de santé). « J’étais le seul maire ». Dans le bus oui mais Hervé Mazurek, maire de Blanzy se trouvait également dans la capital des Ducs.

Evite-t-on Alain Philibert ? Pour Daniel Laroze, conseiller municipal de la majorité, c’est fort probable. Au dernier rassemblement à l’hôpital le 2 mai, France 3 a interviewé Prieur (président du Codef), Philibert (maire et membre du conseil de surveillance de l’hôpital) et Jarrot (maire et présidente du conseil de surveillance). « Seule l’interview de Jarrot a été diffusée » rappelait Laroze.

Alain Philibert voulait faire point, c’est fait.

Jean Bernard

Compte rendu du conseil municipal à suivre prochainement.

3 commentaires

  1. Franchement, de qui se moque t’on, pourquoi des caméra à la mairie et au gymnase et aucune aux Gautherets alors que tous les faits actuels sont concentrés dans ce quartier. Non, M. Philibert, les gautherets ce n’est ni l’OPAC ni un autre bailleur. Eux, ils doivent juste mettre des caméras à l’intérieur de leurs bâtiments. La voie publique c’est votre responsabilité M. Philibert….comment justifier l’argent que vous allez dépenser dans des quartiers où il ne se passent plus rien alors que vous ne faites rien dans le seul secteur où c’est le bronx ? Mais bon, c’est pareil à Montceau, aucune caméra au Plessis !!!!! Si vous avez un doute sur la volonté de vos électeurs, faites un sondage ou un référendum, cela vous donnera peut-être un peu de courage pour prendre les bonnes décisions….

  2. Peut-on faire le calcul des indemnités que perçoit Mr Philibert ?
    Maire + CCM + Département =….
    Pour 4000, tapez 1
    Pour 5000, tapez 2
    Pour 6000, tapez 3
    Envoyez votre réponse par courrier à la Mairie de St Vallier et vous gagnerez le droit de lire les plaintes de ce pauvre Maire qui est triste de n’en jamais être en photo à Montceau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *