Rencontre – Delphine Chapelle, elle ose le legging-collant, le combiné de la liberté

Porter une robe, une jupe et montrer ses jambes, aujourd’hui, rien de plus naturel pour une femme. Mais, il y a ce mais. « Quand j’ai travaillé à Schneider Electric, un milieu très masculin, je ne mettais jamais de collant et de jupe. Je n’étais pas en confiance » raconte Delphine Chapelle. Pudique, non, juste pas à l’aise.

Et pourtant, le collant est l’équivalent de la cravate pour l’homme. Au premier regard, c’est ce qui fait toute la différence d’où parfois chez la femme ce sentiment de malaise. « Alors j’ai pensé au collant que j’aimerais porter » ajoute la jeune femme.

Un matin de novembre, Delphine Chapelle est en pleine discussion avec Philippe Genoulaz, directeur de la manufacture Gerbe à Saint-Vallier. Son idée a fait son chemin depuis leur rencontre au salon Made in France en 2018. Dans le bureau du boss, ils règlent les derniers détails de leur collaboration.

Schneider Electic est loin pour Delphine. Désormais, elle est créatrice designer sans aucune formation de styliste. Elle croque, dessine. « A 12 ans, je faisais des collections de vêtements, je les dessinais moi-même et, avec ma soeur et ma cousine, on défilait devant les parents ». Pendant 11 ans, l’ingénieur en science des matériaux, spécialisé dans l’isolation, a attendu son heure.

Imaginer, créer, fabriquer « le » collant dont rêve Dephine, celui dans lequel la femme puisse se sentir à l’aise sans qu’elle se préoccupe de sa tenue, le premier prototype, « une maquette » précise-t-elle, se fait les mailles sur sa machine à coudre en octobre 2018 à Saint-Geoire-en Valdeine (38).

C’est un legging-collant, « un combiné de fil transparent pour les jambes et opaque pour le haut, « quelque chose qui nous couvre », le tout d’une résistance à bien des épreuves. Delphine apporte sa petite coquetterie, la jarretière intégrée jambe droite, « c’est ma marque de fabrique » révèle-t-elle.

Non seulement Delphine Chapelle déniche Gerbe _  la marque de luxe lui apporte son concours technique essentiellement et chaque modèle, au nombre de quatre, est fabriqué sur les machine de l’usine à Saint-Vallier et le savoir-faire du personnel _ mais elle assure sa promo. « J’incarne moi-même mon produit ». Elle aurait tort de se priver. Sur les boîtes, ce sont ses jambes. Et la jolie frimousse, la sienne également.

Philippe Genoulaz est admiratif de la prise de risque de la jeune chef d’entreprise, même si Gerbe a pris en charge le développement. « Mais ça fait partie de la stratégie de l’entreprise. Nous revenons à l’ADN de Gerbe quand en 1094, la manufacture a fait confiance à de jeunes créatrices » estime-t-il.

Gerbe fabrique mais toute la commercialisation est de la compétence de Delphine sous le nom de Mailleself dont les modèles sont exclusivement disponibles sur son e-commerce : https://mailleself.fr/

Le legging-collant combiné est de conception entièrement française sur une idée originale. La femme inspire, Delphine s’en inspire. Elle ose, elle est de celles qui osent, disait Guy d Maupassant : « La femme rêve toujours, elle rêve de ce qu’elle ignore, de ce qu’elle soupçonne, de ce qu’elle devine ».

Jean Bernard

2 commentaires

  1. Ce n’est pas par ce que l’on est pas standard, que l’on a pas envie d’être jolie. Alors pensez au grande taille, je veux dire par là, au grosse, s’il vous plaît. Et un prix pas trop élevé, tout le monde n’est pas secrétaire de direction. Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *