Nicolas le Floch est orphelin de Jean-François Parot

En effet le romancier Jean-François Parot père du commissaire de police au Châtelet «chargé des affaires extraordinaires du Roy» Nicolas Le Floch, est décédé mercredi 23 à 71 ans.

On a beaucoup parlé de lui à l’occasion de la sortie du Prince de Cochinchine, la quatorzième enquête du ci-devant marquis de Ranreuil, en novembre dernier.

Cet ancien diplomate, écrivain à succès était issu d’une famille proche du cinéma.

Universitaire ayant touché aux lettres, à l’histoire et l’ethnologie pour devenir diplomate «par hasard», disait-il.

Gaulliste, il a servi la France au Vietnam, en Grèce, au Qatar, au Soudan, à Djibouti, au Burkina Faso, en Bulgarie.

Ses romans, traduits en anglais, espagnol, italien, japonais et russe, se situant dans le Paris du XVIIIème siècle, furent vite des Best Sellers (60 000 exemplaires par opus) et donnèrent lieu à une série télévisée très populaire sur France 2 avec Jérôme Robart dans le rôle-titre.

Cette série est diffusée en Russie, au Japon, aux États-Unis, en Amérique latine, en Europe et en Afrique

Le succès non démenti de ses romans est dû à des ingrédients simples mais efficaces que Jean-François Parot assaisonnait de façon gourmande en mêlant personnages attachants, intrigues simples (certains disent simplistes), fins heureuses, le bon triomphe, et une magnifique évocation du Paris de la fin XVIIIème siècle.

On doit ajouter aussi la langue riche, gouleyante, fine, subtile et gourmande du romancier.

Il aura marqué son époque et ses romans, les téléfilms en rendront compte.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.