Montceau – Victimes d’une cyberattaque, les systèmes informatiques de la ville à l’arrêt

Communiqué de Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau-les-Mines.

Les systèmes informatiques de la Ville de Montceau-les-Mines ont été victimes d’une cyberattaque de type « rançongiciel » ce vendredi 3 décembre. Ils sont actuellement à l’arrêt, ce qui empêche les Élu(e)s et les Ressources humaines de la Ville d’avoir accès à leurs courriels et à leurs fichiers. Une plainte a été naturellement déposée au Commissariat pour qu’une enquête soit diligentée dans les meilleurs délais.

Évidemment, les services techniques de la Mairie, accompagnés d’experts en cybersécurité, sont pleinement mobilisés pour restaurer les logiciels.

Notre détermination à maintenir le paiement des factures des entreprises qui nous font confiance, à assurer le versement des salaires des agents et à préserver un accueil normal au centre de vaccination installé, depuis quelques jours, dans les anciens locaux de la CARMI au Bois du Verne, est pleine et entière.

Nous comptons cependant sur la compréhension des Montcelliennes et des Montcelliens qui pourraient être impactés par quelques désagréments.

Dans ce contexte, l’Hôtel de Ville reste ouvert au public.

Je forme le vœu d’un retour rapide à une situation normale. Tout est mis en œuvre en ce sens.

Marie-Claude Jarrot

Maire de Montceau les Mines

3 commentaires

  1. Souvent ces attaques sont liees a des defauts d hygiene informatique ou de mise a jour.
    Un click sur une pieces jointe ou un lien peut installer des logiciels malveillants via le reseau .
    Ceux ci se repandent automatiquement et encryptent tous les pcs et les serveurs.
    La plupart du temps, une rancon est demandee pour la cle de decryptage.
    Il est recommande de ne pas payer.
    Reste a esperer que les sauvegardes avaient bien ete securises.
    Bon courage aux informaticiens et au personnel de mairie concernes car la situation doit etre bien compliquee.

  2. Zataz : Tout dépend des compétences du personnel du service informatique de la ville de Montceau (s’il y en a un ?).
    Entre un ‘informaticien’ formé ‘sur le tas’ (comme moi) et quelqu’un avec un vrai niveau ingénieur en informatique et sécurité réseaux, il y a un gouffre !
    Pareil pour ces ‘experts en cybersécurité’ : il y a à boire et à manger !

    Le site de l’ANSSI donne des indications sur la conduite à suivre lorsque ça arrive (et surtout avant, car en informatique comme dans beaucoup d’autres domaines il faut anticiper), et des sites d’éditeurs de solutions antivirus donne des clés pour décrypter les fichiers rendus illisibles.

  3. Un grand merci à Zataz qui semble bien savoir de quoi il cause.
    De mon temps, on faisait double sauvegarde avec roulement et pourtant, on ne risquait guère le piratage vu qu’il n’y avait pas internet pour nous polluer mais on voulait se prémunir contre l’atterrissage de tête (la mécanique déteste la poussière).
    Le seul risque consistait un peu plus tard en ce que l’un de nous importe depuis son ordi personnel un virus via un floppy ou une disquette ( je sais, ça ne vous dit rien mais ils étaient les ancêtres de nos clés USB). On veillait à cela.

    A présent, c’est vraiment beaucoup plus compliqué. Quand certains ingénieurs et même docteurs en informatique disent qu’ils sont parfois totalement incapables de réparer les bugs informatiques, il y a lieu de s’inquiéter.

    Même si j’ai quitté ce monde virtuel depuis presque 1/2 siècle à la sortie de l’université, je conçois ce qu’ils veulent dire.

    En allant de modifications en modifications, d’adresses en adresses informatiques, de personnel ancien en personnel nouveau pour gérer les programmes, cela devient un vrai casse-tête pour rester opérationnel.
    De plus, certains programmes sont vendus même avant d’être conçus par les Sociétés de Services Informatiques et les tests (un peu comme pour les vaccins en ce moment) sont faits directement sur le terrain sans préserver l’existant.

    Il nous faut être bien conscients que cette question de sécurité informatique se pose juste après la sécurité concernant les besoins basiques et immédiats (alimentation, logement, chauffage etc.) et surtout bien avant les billevesées ou amusettes que nous proposent les médias à la Télévision qui ne nous parlent que d’immigration.

    Tous les continents et toutes les Nations sont concernées. Un seul petit État très riche peut semer le chaos informatique et paralyser les plus grandes puissances économiques. Une seule grande Nation peut depuis l’espace rayer de la carte des centaines de millions d’êtres humains.
    Chaque Nation, chaque continent, demeure donc un Colosse aux pieds d’argile tant que ne seront pas édictées des règles universalistes.
    En même temps que nous devons poursuivre la démilitarisation des armes nucléaires, nous devons lutter aussi pour la non prolifération des armes numériques (informatiques).
    Pour la majorité des peuples de ce monde la France à travers ses lumières, sa Révolution a valeur d’exemple. Ils sont prêts à nous suivre. Ne les décevons pas.

    Nous avons encore cette chance à l’occasion des élections Présidentielles de pouvoir renverser la table, rebattre les cartes avant de passer au vote en numérique (prétexte à toutes les tricheries) qui comme le disait ma grand-mère « nous pend au nez comme un sifflet de deux ronds ».
    Profitons de cette opportunité pour convaincre et changer la donne.
    OUI aux nouvelles technologies mais sans oublier que selon Rabelais « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme  » .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *