Montceau – Un policier fait feu sur un véhicule volé. En légitime défense assure le syndicat Alliance

Les faits se sont produits dimanche 4 novembre 2018 vers 4h au quartier du Plessis à Montceau-les-Mines. Un policier le BAC de Chalon-sur-Saône est intervenu pour secourir son collègue. « En  légitime défense » précise le syndicat Alliance de la Police Nationale.

Photo illustration

Avec les récents événements qui se sont déroulés sur les communes de Montceau-les-Mines et Sanvignes, en particulier les voitures incendiées au garage Vacher et au Bois du Verne, la BAC de Chalon-sur-Saône est venue prêtée main forte aux collègues du commissariat de police de Montceau-les-Mines.

Ce dimanche 4 novembre 2018, vers 4h, dans le quartier du Plessis, la patrouille de la BAC interpelle un véhicule signalé volé avec des individus à l’intérieur. « Les policiers sont parvenus à stopper la voiture, le conducteur a refusé d’ouvrir alors le fonctionnaire de police a tenté de s’emparer de la clé de contact » explique Stéphane Ragonneau, secrétaire régional Bourgogne – Franche-Comté du syndicat Alliance Police Nationale.

A cet instant, le conducteur redémarre et traîne sur une vingtaine de mètres le policier le bras coincé dans la vitre. « Son collègue en protection a sorti son arme et a visé les pneus du véhicule » ajoute le secrétaire régionale. « C’était pour sauver son collègue ».

La voiture s’arrête, le policier parvient à se dégager et le véhicule prend la fuite. « L’état de légitime défense ne fait aucun doute » assure Stéphane Ragonneau. Une enquête est en cours.

Le secrétaire régional du syndicat Alliance pointe du doigt la déshérence des forces de l’ordre sur le Bassin minier. « En huit ans, le commissariat de police de Montceau a perdu sa brigade canine, sa brigade moto et la BAC (brigade anti-criminalité). Nous sommes en sous-effectifs mais Paris fait la sourde oreille ».

« Je veux attirer l’attention sur les effectifs qui travaillent à flux tendu. Quand la BAC est sur Montceau-les-Mines, elle n’est plus sur Chalon-sur-Saône » ajoute-t-il encore. « Sur le Bassin minier, les délinquants ont compris que la police n’a pas la puissance pour répondre ». D’où le renfort des CRS, ponctuellement.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *