Montceau – Un compte administratif pour régler ses comptes

Lionel Duparay: « Monsieur Selvez arrêtez de nous asséner vos chiffres que vous comprenez à peine ».

Personne n’avait moucheté les fleurets à ce conseil municipal du jeudi 31 mai à Montceau. Les artilleurs avaient plutôt sorti la grosse Bertha.

Les attaques de Laurent Selvez au nom de la Gauche Rassemblée provoquaient un brouhaha digne de l’hémicycle de la 3ème république.

Ayant déjà bien attaqué en un mouvement frontal Mme le maire à propos de non réponses aux questions posées lors des derniers conseils concernant un marché a procédure adaptée, de l’absence de réactivité sur le dossier de l’hôpital, Laurent Selvez a tiré sa seconde salve de gros calibre en attaquant la première magistrate sur son compte administratif.

La soirée n’était pas à la dentelle, mais aux horions. Laurent Selvez s’est dit extrêmement surpris par l’absence d’interventions et de commentaires de la majorité et de la responsable de l’exécution budgétaire, tant en conseil qu’en commission.

Il souligna par là qu’il y voyait la concrétisation du peu d’attachement de Mme le maire à l’exercice budgétaire.

Histoire d’enfoncer un peu le clou, il constata une dégradation notoire et inéluctable de la situation financière de la ville. Il pointa les hausses de crédits posant question, les diminutions de recettes ou de résultats problématiques.

Passant la surmultipliée il attaqua aussi la façon dont la majorité, en filigrane son maire, traite le personnel proche de l’épuisement. Il en profita pour remercier ce dernier pour son dévouement à la chose publique dans de telles conditions.

Les investissements en baisse, les résultats grignotés, la dette qui augmente sont pour lui autant de signaux d’alarme pour l’avenir de Montceau.

Il protesta avec vigueur contre le manque d’informations réelles et pratiques données à l’opposition. Plus tard il attaqua les conseillers majoritaires en leur reprochant d’avoir le petit doigt sur la couture du pantalon.

La réponse de Mme le maire fut cinglante avec un rappel à l’ordre des fonctions de l’élu. Elle rappela tout ce que la majorité doit faire pour liquider l’héritage malheureux laissé.

Lionel Duparay répondit en technicien spécialiste du budget. Il défendit son compte administratif, comme ensuite son budget supplémentaire, proposa sa version de chaque interprétation et conclut enfin « arrêtez de nous asséner vos chiffres que vous comprenez à peine ». Sans doute la phrase de la soirée dans cet échange meurtrier.

Il est vrai que l’échange démocratique verbal perd beaucoup dans l’imprécation.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *