Montceau – Budget supplémentaire, un vrai méli-mélo

Pour aider à l’attractivité de la ville, vont arriver un manager de centre-ville et un directeur de projets grâce au plan Coeur de ville.

 

Il assistait à son premier conseil municipal. Peu après 21h, à la sortie de l’hôtel de ville, son commentaire fut sans équivoque: « C’est un vrai capharnaüm, on se croirait à l’Assemblée nationale » tant il est vrai que la dernière séance, ce jeudi soir, a donné lieu à des échanges alambiqués. Et dire qu’un prochain conseil municipal est prévu le 19 juin, puis un autre le 9 juillet prochains.

En ouverture de séance, madame le maire ciblait clairement ses objectifs sachant que les conseillers allaient être appelés à voter le compte de gestion 2017, le compte administratif 2017, l’affectation des résultats 2017 et, enfin, le budget supplémentaire 2018. On parlerait donc principalement de l’éclairage public et de la réhabilitation du complexe de gymnastique Jean Bouveri. Et du commerce.

L’hôpital toujours et encore

Au passage, Marie-Claude Jarrot, pas peu fière que M6 eut consacré un reportage sur la valorisation de la ville grâce notamment à la filière textile, a embrayé sur l’hôpital qui a reçu une première enveloppe de 6M€. D’après Raphaël Gauvain, le député, ce sont 28M€ qui devraient être injectés au total.

De l’argent, certes mais en attendant, « encore faut-il garder notamment les cardiologues » indiquait le maire. Quant à coopérer avec d’autres établissements privé (Le Creusot) et public (Paray-le-Monial), « je n’y suis pas opposée, mais que notre hôpital reste un hôpital à part entière ». Donc, « il est d’une impérieuse nécessité de garder les activités chirurgicales ».

Il se dit aussi qu’il n’y a plus d’urgences à Montceau, « c’est inexact » mais là encore « faut-il avoir des urgentistes ». Marie-Claude Jarrot regrettait que l’hôpital soit maltraité en terme d’image.

Pas de quoi réjouir son opposant numéro 1, Laurent Selvez qui s’interrogeait amèrement sur le devenir de l’hôpital: « Quand allez vous prendre la mesure du dossier? »

Un coup à droite, un coup à gauche, un coup à…

Arrivèrent sur la table, les points de la soirée (lire par ailleurs le compte administratif) et le budget supplémentaire 2018. Ce fut un capharnaüm, voire une cacophonie. Pour faire simple et rapide, le budget supplémentaire 2018 se monte à 3 295 389.04 M€.

Et là, tout arriva pèle mêle. Il fut question de l’éclairage public et de ses 4500 points lumineux dont 60% sont vétustes. « Il faudra donc étaler cette dépense très importante » précisait le maire qui attirait ensuite l’attention sur l’achat de matériel divers, des fours, un gilet par balle, l’aménagement de la place de la 9e écluse (26 000€), des travaux d’aménagement du complexe Jean Bouveri et de l’achat du matériel, de la réfection du sol salle Marceau Crespin (210 000€), de l’éclairage (20 000€) puis d’attaquer les dépenses de fonctionnement avec la hausse du nombre des repas dans les cantines scolaires, du fleurissement dans l’optique d’une 4e fleur, de la dépose des guirlandes de Noël, de la réparation des guirlandes, du retrait de 80 000€ au budget de l’Embarcadère (pas d’investissement encore pour cette année).

Puis, survint l’intervention de Lilan Noirot (Les Patriotes): « Il y a 85 ans de cela, un certain 31 mai 1933, la loterie nationale était autorisée. Aujourd’hui, le 31 mai 2018 vous nous présentez un budget supplémentaire qui fait écho lui aussi à la loterie. Une succession de chiffres, de données comptables et financières pour une grande partie en fonctionnement qui restent stables quand d’autres explosent (réception, rémunération d’intervenants extérieurs…) par rapport aux précédentes années, sans grandes recherches d’économies et de l’autre côté, un budget d’investissement qui manque clairement d’ambition et qui reste flou notamment sur votre fameux « Plan Pluriannuel d’Investissement » si souvent évoqué mais si souvent oublié, idem sur les projets pour la ville ». Il évoquait alors le projet privé d’implantation (de quoi ?) près du Jardiland (un second permis de construire a été déposé, le premier ayant été refusé, précisait Guy Souvigny), du projet cinéma dont « on ne sait rien ». « Trouvez une solution avec Ciné Alpes (Davoine) et Panacéa (en charge du multiplex soutenu par la mairie). Avec toutes ces conneries, les Montcelliens sont les perdants ». Conséquence, « je voterai contre le budget ».

Autre déçu, Laurent Selvez à qui l’équipe Jarrot reproche souvent la gestion de l’ancien maire de gauche, Didier Mathus, rétorquait à la majorité: « Vous convoquez le passé pour expliquer vos faiblesses ».

L’annonce de Marie-Claude Jarrot

S’en suivra une litanie des dérives de la majorité, « pas un mot sur le skate park », « le projet du Bois du Verne », « de la situation du commerce au centre-ville » avec des boutiques qui ferment et Laurent Selvez de demander « un budget de 50 000€ pour l’attractivité de la ville », de revenir également sur le cinéma, « dossier crucial. Mettez vous autour d’une table avec madame Davoine ». On comprenait donc que la gauche rassemblée voterait contre ce budget.

Comment allait s’en sortir Marie-Claude Jarrot? Par une annonce. Etant donné que Montceau est éligible au plan Coeur de ville, « nous allons pouvoir financer un manager de centre-ville et bénéficier d’une aide pour un directeur de projets ». Voilà qui va réjouir Brigitte Voisin, présidente de Montceau-commerces.

Après la gym et le complexe Jean Bouveri et ses 690 000€ (investissement sur deux ans avec une subvention de 180 000€ qui laissait dubitative Catherine Decrozant sur le montant total), MCJ évoquait Salengro qui devient insalubre, mais dont la réhabilitation se fera au second mandat, « nous n’avons pas les finances aujourd’hui ».

Après ce méli-mélo, le budget supplémentaire 2018 était adopté à la majorité et six voix contre.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *