Humeur – T’as pas cent balles faut que je refasse le toit du château ?

T’as pas de quoi payer ton loyer ? Tu ne peux plus assurer le remboursement du prêt de ta maison ?

Une solution simple joue au loto de Mission patrimoine, tu ne gagneras peut-être pas mais tu aideras à sauvegarder le patrimoine de ceux qui sont souvent assujettis à l’IFI (ex ISF).

Les ambassadeurs de cette bonne idée généreuse et tout et tout, Stéphane Berne et Emmanuel Macron montent au front, à Ferney-Voltaire, pour assurer ce jeudi 31 mai la promotion de « Mission patrimoine ».

Il s’agit d’un loto lancé en septembre afin de financer sur des fonds publics la rénovation de monuments en péril. 

Pour le moment 18 sites ont été retenus, mais à terme ils seraient 269

Il s’agit de billets de loterie vendus 15 euros, quand même. Donc tirage et grattage, et sachez que là aussi la totalité des gagnants aura joué, peut-être même les propriétaires des demeures ruinées.

Les recettes, estimées par le gouvernement entre 15 à 20 millions d’euros, abonderont un fonds spécifique baptisé « Patrimoine en péril ». 

L’idée d’aider les communes à restaurer les châteaux et vieilles demeures historiques est sûrement très bonne, il fallait sûrement faire quelque chose, sauf que l’argument présenté laisse pantois :

« Parce qu’il convient de faire des économies budgétaires, le chef de l’Etat a validé cette idée de loterie et jeu de grattage pour aider au financement des travaux sur des monuments que les communes n’ont pas les moyens de sauver. ».  

Quelles économies ? Quel budget supportait cela avant et dans quelle proportion ? Ceci ressemble à de l’argumentaire de communication en usant de grosses ficelles.

Et puis ce jeudi soir, le président accueillera à l’Elysée les 269 porteurs de projets sélectionnés ainsi que les acteurs de la défense du patrimoine. 

Des millions de gens ont des problèmes de toitures, d’infiltrations, de remontées d’égouts, j’en passe et des meilleures, les assurances traînent, les fonds d’indemnisation font la sourde oreille, paient avec des retards incommensurables. Qui les reçoit ?

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.