Montceau – Sectorisation des écoles maternelles et élémentaires : oui ou non ?

La question n’a toujours pas été tranchée à l’issue d’une réunion qui a regroupé élus, directeurs d’école et parents d’élèves. Une question soulevée lors d’un conseil municipal par Energies Citoyennes et notamment Hélène Touillon et par ailleurs directrice de l’école Jacque Prévert au Plessis. « Vous avez une position qui mérite d’être entendue » avance madame le maire, Marie-Claude Jarrot. « Ce n’est pas la mienne, c’est celle d’Energies Citoyennes » précise aussitôt la conseillère municipale de l’opposition : « que les élèves fréquentent l’école la plus proche de leur quartier ce qui permettrait une stabilité des effectifs, une mixité sociale plus importante et ne pas laisser les parents choisir leur école ».

« C’était déjà le cas avant (NDLR : avant l’arrivée de la majorité actuelle), il n’y avait pas de sectorisation. Encore aujourd’hui, les parents inscrivent leurs enfants où ils veulent. Il y a donc un débat, c’est pourquoi vous êtes là. C’est pourquoi, aussi, le pôle éducation de la ville a mené une étude avec les effectifs 2021/2022 » ajoute madame le maire. Cela concerne sur Montceau-les-Mines, 1437 élèves dans les écoles.

 

Au regard de l’étude, la sectorisation dans le premier degré, écoles maternelles et élémentaires ne sautent pas aux yeux.

Il existe sans doute des points à élucider et à prendre en considération comme celui du rattachement du quartier du Bois Roulot _ qui n’aura plus d’école à la rentrée prochaine, la maternelle va fermer _ sur le centre-ville et plus précisément à l’école Jean Jaurès, « alors que nous avons les écoles du Plessis » fait remarquer Hélène Touillon. « Mais c’est à la demande des parents d’élèves » fait observer Françoise Bouton, directrice du pôle éducation à la ville.

Ce n’est donc pas encore aujourd’hui que le débat sera tranché. Chacun est reparti avec l’étude et « nous nous retrouverons fin mai. Envoyez nous vos remarques et propositions » suggère Marie-Claude Jarrot. Et quand bien même sectorisation il y aura, elle ne se fera du jour au lendemain.

Remarque de Nicolas Bonnand (Energies Citoyennes) à la sortie de la réunion, « on a voulu nous démontrer le non intérêt de la sectorisation ».

J.B.

2 commentaires :

  1. La mixité n’intéresse pas plus Macron que Mme Jarrot, il faut leur parler « fric » sinon ils n’entendent pas
    Sans pilotage les écoles se retrouvent dans une situation ubuesque, des écoles en sous effectif d’élèves et d’autres eu sur-effectif, ce qui engendre des investissements sur les écoles en sur-effectif et des licenciements de personnel dans les écoles en sous effectif. Un simple pilotage qui commence par de la sectorisation permettrait de sauver des emplois et d’éviter des dépenses qui pourraient être évitées. Si Mme Jarrot deleguait un peu plus les dossiers aux élus qui « ne font rien » d’autre que d’assister aux conseils municipaux, la ville serait mieux pilotée. Mais bon elle veux tout faire et être partout. Au final c’est comme les voies bus, il n’en sort rien de bon.

  2. Mais pensez aussi qu’en fermant les écoles de quartier , on va faire des économies de chauffage , d’électricité , d’entretien et de personnel municipal ! Tout le monde y trouve son compte , et l’ E N et la ville ! Et , de plus , en entassant les enfants dans un nombre limité de plus grandes structures , ils se tiendront chaud ! Et ce sera tellement plus pratique de fermer une classe ! A l’exception du titulaire déplacé , on s’en apercevra à peine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.