Montceau – Nouveau cinéma, un complexe plus écologique, début des travaux espéré à l’été 2021

C’était la première ébauche. Depuis, le projet a évolué, il se veut plus économe, plus écologique.

Invariablement, comme le projet Jardiland, celui du complexe cinématographique initié par la municipalité montcellienne voilà trois ans, revient non pas sur les écrans mais dans les débats du conseil municipal. Mardi, au sujet de l’action coeur de ville, madame le maire, précisait que « le cinéma se fera en 2021 » même si en ce moment, en raison de la crise sanitaire (les cinémas sont fermés), « l’investisseur, Panacea, a d’autres chats à fouetter ».

Selon nos informations, Régis Faure, président de Panacea (Compagnie des théâtres cinématographiques) est en contact avec Pathé Gaumont qui exploite désormais le cinéma Les Plessis à Montceau, les murs étant toujours la propriété de l’ancienne exploitante, Evelyne Davoine. Régis Faure n’a pas voulu confirmer le contact. « Je les connais » lâche-t-il.

La ville de Montceau a fait une offre d’achat à Davoine, mais rien n’a bougé. Les deux femmes, Marie-Claude Jarrot et Evelyne Davoine n’ont jamais pu s’entendre, Didier Mathus (ancien maire) pas davantage.

Une chose est certaine, Montceau-les-Mines ne peut pas vivre au-dessus de ses moyens avec deux cinémas. Et Pathé Gaumont n’a pas pour vocation de gérer une si petite structure.

Autre certitude, aujourd’hui Régis Faure a toute liberté de mener à bien son projet de complexe qui doit sortir de terre devant l’Embarcadère, « les recours de madame Davoine sont levés » depuis janvier 2020. « Mais la covid vient parasiter la culture et le retard sur le projet s’accumule » ajoute-t-il.

Abaisser le budget et repenser la programmation des films

L’ambition est toujours d’offrir cinq salles dans le nouveau complexe, une plus grande et les autres plus petites avec une capacité totale de 680 à 700 fauteuils. Cependant, l’idée de départ a bien évolué, « car la programmation d’un cinéma va changer sachant que les grosses sociétés de production style Warner, Disney, vont mettre en ligne leurs films. Nous aurons toujours les blockbusters mais à nous, en tant qu’art et essai, de proposer un travail de fond avec des animations autour des films » développe Régis Faure. Le virus se faufile partout même sur la pellicule.

Malgré toutes les incertitudes, « 2021 sera aussi compliqué que 2020 » annonce Régis Faure, il espère quand même que les travaux du nouveau cinéma débuteront à l’été 2021 pour neuf mois de chantier, donc une ouverture au printemps 2022.

Quant au bâtiment, lui aussi a évolué, « il sera plus économe en consommation d’énergie donc plus écologique mais donc plus cher à construire. Le budget de départ est de 4 M €, ce serait bien de descendre à 3.8 M € » explique-t-il. Economie, économie jusqu’au bout des ongles.

Et le financement ? Régis Faure pourra compter sur une subvention de la CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) à hauteur de 20% du budget. Pour exemple, à Digoin et son nouveau cinéma, trois salles et 380 fauteuils, « sur un budget de 2.3 M €, la CNC a versé 500 000 € » précise-t-il. S’ajouteront pour Montceau, la Région et la ville qui a provisionné 350 000 €. « Pour le reste, nous emprunterons ». Soit environ entre 2 et 2.2 M €. A moins qu’un généreux donateur ou investisseur se manifeste…

Dernière question, que va devenir le cinéma Les Plessis même si Pathé Gaumont dispose d’un permis de construire pour le rénover ?

Réponse incessamment sous peu.

Jean Bernard

A relire

Montceau – Cinéma : le tribunal a tranché – L’infoRmateur de Bourgogne

 

11 commentaires :

  1. Trop tard les films sortent en streaming sur les plateformes tels que Netflix ou Canal et cela coûte moins chère qu’une place d’une salle obscure et toute la famille en profite Biensur qu’une séance cinématographique n’a pas le même charme qu’un écran familial mais en va le progrès

  2. Chris, avant de sortir en streaming, les films sortent en avant première au cinéma.

  3. En espérant que ça ne fasse pas un flop comme le bowling et la patinoire

  4. Excellente initiative que l’Art et l’Essai, et d’autres animations pour la plus-value (peut-être l’UTB aussi?)
    En effet, impossible que vivent 8 salles de cinéma en même temps dans une région économique telle que la nôtre, en pleine période de récession.
    Question subsidiaire : où garer sa voiture lorsqu’il y aura en même temps une tête d’affiche à l’embarcadère? Les samedi soir risquent d’être bien bouchonnés…..

  5. Il y a 18 178 habitants à Montceau-les-Mines en 2020.
    Population passée de 27 421 habitants en 1968 à 18 178 habitants en 2020, soit une évolution de -34% sur une période de 52 ans.
    Si l’on poursuit de façon linéaire cette évolution, le nombre d’habitants sera approximativement de 18 000 personnes en 2025 et de 17500 en 2030.
    Ces cinémas sont prévus pour des villes de + 100000 habitants.
    Dans l’actualité mondiales, faut suivre, tous les grands groupes retoque leurs stratégies pour des complexes plus modestes, le COVID étant bien sûr passé par là, nous allons vers une nouvelle société de vivre et elle est mondiale, personne n’en doute, les investisseurs et les actionnaires non plus. A plus.

  6. J’irais voir le film Kaamelott à Châlon de toute façon 😃

  7. Très bonne nouvelle, nous l’attendons avec impatience ! Cela va faire du bien à notre ville qui aujourd’hui compte principalement des agences bancaires, des opticiens, des kebabs ou des locaux vident.

  8. A 10 euros la place de cinéma une famille de 4 personnes ! Elle préfèrera regarder les films en streaming ( 7 euros par mois) et pour rentabiliser ce bâtiment il faudra environ 100000 personnes par an pour une localité de 20000 est-ce utile ?

  9. Il y’a déjà un cinéma à MONTCEAU pourquoi en faire un autre?

  10. Si effort il y a à faire d’un point de vue économique, il doit être fait au niveau des industries et service aux entreprises. Si vous favorisez le développement de tels activités, les activités de loisir viendront s’installer d’elles même, nul besoin de les inciter à le faire. Si il y a du business à faire, elles viendront d’elles même , sans l’aide des collectivités.
    Les collectivités devraient plutôt favoriser l’installation des Michelin, Webhelp etc …. Pour le prix d’un investissement, elles auront en prime les activités commerciales et de loisir, et celles ci, sans investissement.
    Comme dit justement plus haut, pour consommer des loisirs, il faut de l’argent.
    Cela passe par des aménagements de de zones d’activité, des infrastructures de transport, informatique, un écosystème fort, des échanges entre entrepreneurs, de l’émulation entre toutes ces personnes, des écoles et des universités ….

    • Sur ce plan là, nous sommes 100% d’accord. Merci à vous. J’ajouterais simplement qu’un environnement culturel de haut niveau favoriserait aussi la venue des industries de pointe car les cadres de ces entreprises ont besoin d’aller au théâtre, au concert classique, dans les musées et les échanges littéraires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.