Montceau – Cinéma : le tribunal a tranché

Bien qu’elle ne soit plus à la tête de la société Ciné Alpes tombée dans l’escarcelle du groupe Pathé Gaumont en novembre dernier, Line Davoine fait toujours parler d’elle.

Parce que, avant de vendre son empire cinématographique, Line Davoine a tenté de torpiller le projet de l’association Panacéa et la construction d’un complexe de cinq salles et 756 places qui devait et doit toujours prendre corps devant l’Embarcadère à Montceau-les-Mines.

En décembre 2018, juin 2019 et 24 juillet 2019, la SAS du Cinéma Rex a demandé l’annulation de la décision du 21 septembre 2018 de la Commission nationale d’aménagement cinématographique autorisant Panacéa à créer un complexe cinématographique.

Or, le 30 janvier 2020, la Cour administrative d’appel de Lyon a décidé de rejeter la requête de la SAS du Cinéma Rex. Elle est même condamnée à verser 2000 € à la ville de Montceau-les-Mines et 2000 € à la CNACi au titre des frais de justice.

Ce n’est pas tant la requête, en tant que telle, après tout chacun défend ses intérêts, qui interroge mais bien les arguments mis en avant comme quoi notamment, le projet Panacéa aurait fait concurrence à la réalisation ou non du projet d’un complexe cinématographique à Torcy (tombé à l’eau), que les terrains devant l’Embarcadère ne pouvait pas accueillir le projet Panacéa alors que le secteur est constructible.

Les Plessis, un taux de fréquentation

très inférieur à la moyenne nationale

Rappelons également que la SAS du Cinéma Rex a obtenu un permis de construire en mai 2019 pour augmenter de nombre de salles du cinéma Les Plessis et que le projet Panacéa aurait des incidences négatives sur la diversité cinématographique. Il ressort, notamment de la direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne – Franche-Comté que le projet se justifie compte tenu des faiblesses de l’offre existante.

En somme, rien ne prouve que le nouveau complexe portée par la ville de Montceau conduirait à la fermeture du cinéma Les Plessis sachant que le taux de fréquentation de ce dernier est très inférieur à la moyenne nationale.

Line Davoine se disait pourtant pressée de réhabiliter Les Plessis sauf que les travaux n’ont toujours pas débuté 9 mois après l’obtention du permis même si Pathé Gaumont a récupéré le dossier voici peu.

Par ailleurs, toujours dans le but de faire annuler le projet Panacéa, même si la société SAS du Cinéma Rex a soutenu qu’il ne présentait pas toutes les garanties en matière d’urbanisme et d’environnement _ c’est tout le contraire _, le tribunal n’a pas trouvé à redire sur l’emplacement qui est parfaitement intégré à l’espace culturel et accessible par les véhicules, les transports en commun et les piétons.

Il est donc a peu près certain qu’un nouveau cinéma verra le jour devant l’Embarcadère, que le cinéma Les Plessis, rénové ou pas, n’a plus le monopole de l’offre cinématographique, que les deux cinémas peuvent coexister.

« J’espère qu’il s’agit de la dernière séquence » soulignait Marie-Claude Jarrot au conseil municipal, mardi soir, « que le complexe verra le jour comme celui au Creusot ».

Jean Bernard

6 commentaires

  1. Les Plessis, un taux de fréquentation

    très inférieur à la moyenne nationale
    Bravo pour cette nouvelle réalisation, tous les retraités du bassin minier vont sûrement y affluer en masse. Bon maintenant tant pis pour eux s’ils doivent faire des 10, 20 ou 50 kms pour se faire soigner, consulter un spécialiste ou se faire opérer.
    Quand au centre ville que l’on veut à tout prix réhabiliter on va encore l’amputer d’un centre d’intérêt Cela va procurer pour le moins une certaine activité pour construire ce complexe mais si c’est pour aboutir au même résultat que celui de la patinoire on pourra toujours les proposer à des entrepreneurs pour y développer une activité créatrice d’emplois. Quoique des bâtiments il y en a à foison, entre le bois du verne, les entrepôts Lidl, bientôt Eolane ou ex PPM et combien d’autres. Enfin espérons sur les subventions pour aller de l’avant et continuer à investir

  2. Le cinéma de Mme Jarrot, personne n’y croit… mais comme par hasard, la nouvelle arrive en pleine période de campagne : personne n’est dupe !

    • Parce que vous croyez une minute que la justice a pris sa décision juste pour faire plaisir à Mme Jarrot ???
      Ce qui vous dérange en fait, c’est que cette décision validé ce que dit Mme le Maire depuis des mois.
      Alors que ses adversaires et en particulier M. Selvez avaient la naïveté de croire Mme Davoine !
      Notre ville aura bien un nouveau cinéma, digne de ce nom !
      Merci Mme Jarrot et bravo pour votre opiniâtreté !
      Vous êtes une battante et vous ne lâchez rien, c’est cela qu’on attend d’un maire.

  3. Oui comme la plateforme Lidl, fausse excuse il y avait suffisamment de terrains inoccupés afin d’agrandir et construire leurs bâtiments réfrigérés et ça c’est pas faux !

  4. Ce qui est sûr c’est que Davoine avait le désir de mettre à mal la population de Montceau Les Mines en bloquant les projets de cinémas concurrents. Elle savait qu’elle ne voulait ni garder les plessis, ni y investir. La ville de Montceau a un dynamisme mortifère alors que vienne vite ce nouveau complexe pour bouger un peu ce cocotier fané qu’est la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *