Conseil communautaire – « L’agence urba » condamnée à disparaître

L’agence d’urbanisme installée à Coriolis a perdu des couleurs au fil des mois.

Au dernier conseil communautaire qui s’est tenu jeudi au Creusot, les élus ont voté plus de 450 000 € de subventions à huit organismes qui vont devoir faire face à des dépenses d’ici le début de l’année. Elles vont donc recevoir 30% du montant de la subvention attribuée en 2020. Rien d’anormal.

Donc les élus, même si un grand nombre n’a pu participer au vote en raison de leur implication dans telle ou telle structure, ont adopté le versement d’acomptes en anticipation.

Mais de retour après le vote, David Marti annonçait que l’agence d’urbanisme Sud Bourgogne, en grande difficulté financière allait mettre la clé sous la porte au plus tard au 30 juin 2021. Néanmoins, sur les 230 000 € de la subvention, l’agence d’urbanisme va encaisser 69 000 €. « On ne pouvait pas ne pas voter cette acompte, car sans lui l’agence cessait de fonctionner et déposait le bilan » expliquait David Marti, président de la communauté urbaine.

Cette agence dite agence urba (NDLR : aucun rapport avec le financement occulte du parti socialiste en 87/89 avec l’affaire Urba) compte toujours six employés, elle a été créée en 2011 et initiée par l’Entente intercommunale composée de trois EPCI : Communauté d’agglomération Chalon-Val de Bourgogne (Grand Chalon), Communauté urbaine Creusot-Montceau (CUCM) et Communauté de communes Sud Côte Chalonnaise (CCSCC).  Un outil qui devait permettre aux acteurs locaux et à leurs partenaires de porter les enjeux et les ambitions d’un réseau d’agglomérations de taille moyenne.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas et la CUCM se retrouve seule à financer l’agence urba. « Nous avons donc décidé de mettre fin, dans six mois, à l’activité de cette agence » ajoutait le président. « Il manque 200 000 € pour équilibré le budget et le déficit est de l’ordre de 70 000 € ».

Sans être vent debout devant cette situation, Charles Landre, l’éternel opposant à David Marti, fit toutefois remarquer, que « je suis surpris que les élus votent des subventions à l’aveugle. Si leur rôle est de valider des subventions sans rien savoir, ce n’est pas un signe de démocratie qui fonctionne bien. Nous aurions pu avoir un rapport d’activité complet avant le vote ».

David Marti lui a fait comprendre qu’il ne pouvait pas s’exprimer avant le vote, étant lui-même dans le conseil d’administration. « je suis frustré de n’avoir pu en parler, la situation est ubuesque » admettait-il.

Quoi qu’il en soit, l’agence d’urbanisme Sud Bourgogne est morte. La CUCM pourrait recruter en son sein l’un de ses membres et trouver du travail aux autres.

D’autre part, Daniel Meunier, premier vice-président, prendra la présidence du nouveau conseil d’administration et conduira ainsi l’agence jusqu’à fin juin et à sa disparition.

Jean Bernard

Les organismes qui toucheront un acompte :

Ecosphère (87 000 euros), Agence d’Urbanisme Sud Bourgogne (69 000 euros), Office de Tourisme Communautaire (82 500 euros), Ligue de l’Enseignement Bourgogne (pôle recherche langage) 13 500 euros, Sauvegarde 71 (10 650 euros), Ecole de la 2e chance (12 000 euros), AGIRE (161 167,50 euros), APOR (14 700 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.