Montceau – Ma fée, ma bonne fée, fais-moi de l’art

Itinérance de l’art, ailleurs, autrement et pour tous d’un coup de baguette magique.

L’art, c’est dans les galeries ou alors dans des lieux improbables où tout est en courant d’air et emplit du vide d’une industrie disparue.
Montceau invente, les artistes innovent, les commerçants s’impliquent.
Avec Chantal-Pascal Emorine se lance une nouvelle itinérance de l’art qui rencontre le public dans les actes du quotidien, dans des lieux où souvent seule la geste du consumérisme s’exprime.

Pour lancer ce mouvement qu’elle entend bien poursuivre et amplifier, CP Emorine a décidé de se placer sous la protection d’une bonne Fée. Celle-ci a été, d’après ses dires maraboutée. Elle a ouvert son palais à l’artiste.

Depuis hier jeudi 22 mars, dans l’effervescence d’un vernissage fort réussi, des sculptures prennent la pose sur diverses étagères, sur des guéridons, etc. dans le magasin de la Fée Maraboutée rue Carnot à Montceau.

Nouveauté qui plaît aux très nombreuses visiteuses qui se pressent autour du buffet et devant les portants tout en mirant avec volupté des tenues, des sacs, des foulards. Et en laissant traîner l’oreille on peut constater que l’idée séduit, trouver de l’art dans un magasin, ou d’autres lieux inhabituels plaît.

La bonne fée du lieu Anne Valérie, qui ne nous a pas semblé plus maraboutée que cela, est heureuse de cette initiative qui lui paraît toute naturelle et qui enchante sa clientèle fidèle.

Parmi celle-ci nous trouvons Alicia, une charmante et solaire jeune femme, free-lance chez Dior, qui approuve totalement la démarche, aime ces moments de convivialité et surtout apprécie toujours de découvrir des nouveautés.

Pour elle, mode et art vont de pair, surtout dans la confection haut de gamme comme ici. C’est un plaisir de plus, une ouverture au mélange des sensations. Elle approuve ce type d’initiative qui, dit-elle, devrait investir des lieux différents plus régulièrement.

L’élan est donné, à voir comment maintenant il va se concrétiser sur le terrain.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *