Montceau – Les 50 ans de sa disparition : de Gaulle, des pages fortes du roman français

Cinquante ans. Le 9 novembre 1970,Charles de Gaulle fermait les yeux. A nous aujourd’hui de les ouvrir puisque rappelle Marie-Claude Jarrot lundi soir devant le monument aux fusillés de Bel Air à Montceau,  « le propre du Gaullisme, c’est la théorie des circonstances, c’est être pragmatique, réaliste et faire des choix. C’est savoir dire Oui et savoir dire Non ».

Charles de Gaulle, l’homme de la providence a eu un destin quand d’autres ont eu une vie, « un destin qui le pousse à écrire l’histoire de son pays, de notre pays, l’histoire de la France et d’une certaine idée de la France » ajoute madame le maire de Montceau-les-Mines.

De Gaulle a su dire non au régime de Vichy, non au maréchal Pétain ou encore non aux roses de mai. « Il a dit non à la défaite de 40 pour rétablir la confiance, cette confiance qui n’est pas un sentiment rationnel. Cette confiance qui ne saurait ressembler à une consolation de circonstance devant un cercueil. Une confiance réelle et partagée ».

Le Général savait aussi dire oui quand bien même n’était-il pas confiant par nature. C’est bien là toute la grandeur de l’homme, dire oui à la création de la médaille de la Résistance française et qui sera attribuée à Montceau les Mines le 24 avril 1946.

« Oui, plus généralement, au vote des femmes, oui à la sécurité sociale, oui à René Coty pour son retour en mai 1958 alors que le pays traverse une crise institutionnelle et politique majeure. Oui encore à l’adoption d’une nouvelle constitution, à la 5ème République (…) Oui aussi, plus tard, à l’autodétermination du peuple d’Algérie. Un oui enfin qu’il demandera, sorti vainqueur de la crise de mai 1968, mais affaibli par un conflit de plusieurs semaines, le 27 avril 1969 et auquel une courte majorité de Français cette fois et pour la première fois de l’ère gaullienne tournera le dos » ne manque de souligner Marie-Claude Jarrot. Son oui n’est pas entendu. « C’est le départ du général qu’ont souhaité les partisans du non ».
50 ans après, les années gaulliennes ont marqué la France, « grande et éternelle à laquelle croyait le Général ».
« Montceau, Ville médaillée de la résistance pense ce soir au Général de Gaulle. Elle, qui a vu naître et grandir un certain Bernard de Gaulle dont tous les passages ici étaient un peu pour nous des réunions de famille.
Cette famille de cœur et de valeurs, cette famille qui sait où se trouve l’essentiel, cette famille montcellienne qui sait où se trouve cette part de lumière qui nous appelle au meilleur ».
L’hommage au Général de Gaulle pour les 50 ans de sa disparition aurait dû « connaître plus de faste » précise madame le maire, « pour nous retrouver autour des idées du gaullisme ».
En 2021.
J.B.

Un commentaire :

  1. « Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?
    Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne?
    Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.