Montceau – Conseil municipal : le budget primitif 2020 contesté mais validé

Ce dernier conseil municipal de la mandature à Montceau-les-Mines avec le vote du budget primitif 2020, pourrait se résumer à la réflexion de Cyrille Politi, « Les budgets, ce sont des choix politiques et stratégiques très fins ».

Parce que le plus souvent, un budget, il est tout bon pour la majorité ou tout mauvais avec le regard de l’opposition. Qui plus est, quand dans moins d’un mois, les Montcelliens auront à se prononcer sur le nom du nouveau maire. On ne se fait pas de cadeau.

Au fil des années, il faut néanmoins reconnaître une certaine constance chez Laurent Selvez à mettre en garde l’exécutif sur les dépenses qui augmentent plus vite que les recettes et Marie-Claude Jarrot de lui répondre à chaque fois, « que vous n’y comprenez pas grand-chose à la comptabilité publique ».

Les chiffres, c’est bien connu, on leur fait dire ce qu’on veut.

« En 2014, la ville était en ruine » (Marie-Claude Jarrot)

Parfois, il est même déroutant d’entendre Laurent Selvez reprocher à la majorité de ne rien faire et de trop investir et même donner le bâton pour se faire battre quand il affirme que la ville « n’a pas fait de travaux d’entretien dans les bâtiments communaux pendant six ans ». Qu’à son époque (du temps de Didier Mathus), la ville consacrait entre 250 000 à 400 000 € dans les écoles.

Madame le maire se frotte les mains. « En 2014, nous avons trouvé une ville en ruine avec des centres de loisirs qui n’étaient plus aux normes, sans aucun inventaire du patrimoine, où les espaces associatifs étaient extrêmement délabrés, de vrais passoires. Nous n’avions pas imaginé l’étendue des dégâts. Alors il a fallu investir, réparer, reconstruire dans l’urgence. Alors si nous n’avions rien fait, nous n’aurions pas investi. Alors dire que nous n’avons rien fait, c’est une plaisanterie ».

Les investissements dans les écoles de 2014 à 2019 se montent à 2 754 850. 09 €

Laurent Selvez a d’autres arguments à faire valoir. « L’évolution de la dette est inquiétante », une remarque récurrente et revient sur la capacité à rembourser à 14 ans. « Le seuil d’alerte est à 10 ans » fait remarquer Lilian Noirot.

Le conseiller municipal PS fait alors allusion à l’association des contribuables associés qui juge la gestion des communes. « En 2014, nous avons eu la note de 20/20, aujourd’hui elle est de 9/20. Un signe qui ne trompe pas ».

Des chiffres, des notes et même des fausses infos. « J’ai lu, raconte Marie-Claude Jarrot, que nous dépensions 700 € par habitant et par an pour les réceptions, soit pour 19 500 habitants (un chiffre que conteste Laurent Selvez qui s’en tient à celui de l’INSEE, 18 398), une dépense de 13 650 000 €. Une information ridicule et fausse ». Selon les services financiers, la dépense se monte à 1.15 € par habitant. « Nous sommes dans le domaine de la folie absolue ».

Alors ce budget primitif 2020, à combien se monte-t-il ? A 28 894 205.76 € tous budgets confondus. Et ce n’est qu’un budget prévisionnel en attendant les ajustements du budget administratif. Où là encore, des choix seront à faire. En attendant, pour trouver le point d’équilibre, il est prévu un recours à l’emprunt de 1 580 000 € pour couvrir une partie des investissements envisagés en 2020.

Baisser les impôts locaux, une idée à suivre

Lilian Noirot, prend lui, un autre axe d’attaque et s’aventure sur les taux de la fiscalité locale trop élevé à son goût même si l’impôt local n’a pas augmenté en 6 ans contrairement à l’assiette (la base nationale).  » Il conviendra donc de travailler, dans les années à venir, à essayer de baisser cette fiscalité locale qui peut être un frein, parfois, pour que des familles puissent accéder à la propriété voire tout simplement s’installer à Montceau. C’est une question d’attractivité du territoire qui n’est pas à négliger ».

Baisser la fiscalité locale, en effet, « nous y avons pensé » assure madame le maire. La prochaine fois…

Le plus inquiétant pour Lilian Noirot réside dans le fait que Montceau « ne génère quasiment pas d’autofinancement ce qui se répercute sur les dépenses d’équipements. La ville finance donc moins d’équipements que la moyenne des autres communes. Le faible niveau des épargnes ne permet pas à la ville de s’endetter davantage pour financer ses investissements ».

« Vous nous proposé alors d’augmenter les impôts de 10% » lui rétorque Lionel Duparay, le spécialiste des finances. « Ben non » s’étonne Lilian Noirot.

Ah ces chiffres, ils font tourner les têtes.

Tout est question de choix. Commenter le budget primitif 2020 de Montceau-les-Mines, c’est comme épiloguer sur la défaite du PSG hier soir à Dortmund. La nuit ne suffirait pas.

Au final, le budget primitif l’emporte 24 voix contre 5.

Jean Bernard

 

4 commentaires

  1. Quand on critique, sans aucun argument et bien on s’en prend plein les dents.
    Mathus a étalé dette sur dette comme un mille feuilles, tout en faisant de mauvais investissements.
    Mme Jarrot a trouvé une ville au fond du puit, avec toutes les bonnes volontés il aurait fallu une baguette magique pour tout redresser en si peu de temps.
    En tout cas c’est quand même sur la bonne voie et cet un fait.

  2. C’est sûr que le père de Mme la maire doit se retourner dans sa tombe …ensuite ..rien de rien ..si …des dettes …même pas d’hélicoptère la nuit à l’hôpital ..et cela depuis des années…
    Les champions de la contestation locale ,peu nombreux , mais toujours là pour faire repoussoir aux employeurs succeptilbles de venir investir ici devraient prendre leur retraite. Imaginez être un employeur vouloir venir ici ..mais je me sauve …gilets jaunes bloquant les ronds points . Manifs quotidiennes …Courage Mme la Maire . Il en faut .

  3. Erreur ….merci de corriger  » Mme la maire  » NON  » le papa de Mme la maire  » milles excuses

  4. Avec un tel budget, j’espère que cette année notre association ne sera pas blacklistée lors de l’attribution des subventions 2020.
    L’an dernier, 2019, la demande subvention de cent euros nous a été refusée…alors que les autres années la même demande était acceptée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *