Infirmier, infirmière, une profession qui s’interroge, veut évoluer

Ce mardi 29 mai après-midi, à la salle de l’Embarcadère à Montceau-les-Mines, 350 étudiants et professionnels sont réunis pour une conférence débat ayant pour thème « 40 ans du rôle propre Infirmier : Histoire, mises en œuvre et perspectives »

Les étudiants et professionnels débattent de leur profession, si souvent malmenée, et de ses perspectives, pas toujours évidentes.

Ce sont Isabelle Monnot, cadre formateur et Mme Bourgeat professionnelle retraitée, qui ont monté le projet qui aboutit aujourd’hui.

Un historique de la profession d’infirmière est dressé par des étudiants de 1ère année de l’IFSI, et les résultats d’une enquête sur la mise en œuvre du rôle propre, qu’ils ont menée, sont donnés par les étudiants de 2ème année.

Institué en 1978, le Rôle Propre de l’infirmier a été précisé par le décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 code de la santé publique, articles R 4311-1 à R 4311-5 :

Article R. 4311-3 : « Relèvent du rôle propre de l’infirmier ou de l’infirmière les soins liés aux fonctions d’entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d’autonomie d’une personne ou d’un groupe de personnes.

Ensuite les dispositions du code établissent le niveau de responsabilité et d’autonomie de l’infirmier.

Un infirmier, une infirmière avec son diplôme peut exercer partout et dans tous les services, même avoir de spécialisations avancées comme pédiatrie, psychiatrie, etc.

Marie-Jeannine Paraggio, la directrice de l’IFSI, accueille comme chaque année une promotion de 60 élèves, elle remet en fin d’étude les diplôme et reste toujours préoccupée par l’évolution et les perspectives de la fonction infirmière.

C’est justement le thème de la conférence débat qu’anime Monsieur Christophe Debout.

Cette profession est plébiscitée par les français et malmenée par les pouvoirs en place. Ces perspectives d’avenir sont assez incertaines au vu des réformes de l’offre de soin à venir et des différents plans portant sur l’hôpital ou sur les EHPAD.

On sent chez les 350 présents une volonté de faire évoluer et préciser les choses, dans le sens d’un meilleur service au patient.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *