Hôpital – Le pouls est faible, la mobilisation forte

Il est des situations désespérées, sans aucun espoir. La mort est l’unique chemin à suivre. En est-il de même pour les services de chirurgie à l’hôpital de Montceau-les-Mines dont le diagnostic engagé est la fermeture d’ici juin prochain?

Sont-ce les cinq  cents manifestants présents ce samedi matin, sous la pluie et le froid sur le parvis de l’hôtel de ville montcellien qui pourront contrecarrer la décision de madame le ministre? La pression inlassable du Collectif de défense des usagers des hôpitaux (CODEF), des citoyens, des élus, des syndicats avec le soutien de la presse, reste encore un moyen, certes basique, de peser sur les décideurs. Mais cinq cents personnes sur les cent mille concernées par l’hôpital Jean Bouveri, c’est à la fois peu et beaucoup. Pas assez mais suffisant pour se faire entendre.

La rue s’exprime et son action doit être relayée notamment par les maires solidaires des communes qui s’appuient sur leur député Raphaël Gauvain, élu sous l’étiquette En Marche lequel est mieux à même d’établir les contacts avec les services du Premier ministre.

Que dire au Premier ministre, à madame Agnès Buzin, ministre ce la santé? Sur ce point, Raphaël Gauvain dans une conférence de presse à l’issue du rassemblement, a été très clair: « Nous demandons l’effacement de la dette de 18M€ et 11M€ d’investissement pour le mobilier et le matériel de l’hôpital ». Et quand bien même la dette disparaîtrait, la chirurgie serait-elle maintenue à Jean Bouveri? A ce jour, personne n’est capable de l’assurer.

Le scénario fort probable est de déshabiller Paul pour habiller Jacques. Fermer la chirurgie à Montceau et aller se faire opérer à Chalon-sur-Saône notamment où ailleurs, le patient est encore libre de son choix.

« Mais Chalon pourra-t-il absorber à lui seul les 6000 actes en moyenne par an de l’hôpital de Montceau »? interrogeait Michel Prieur, membre du CODEF. « Et pourquoi d’autres établissements hospitaliers comme à Paris où Marseille, avec des dettes colossales, personne ne dit rien » ajoutait-il. Et quid du personnel de la chirurgie après la fermeture?

Raphaël Gauvain a donc du pain sur la planche. Même si des contacts ont déjà été établis avec le gouvernement, il devient urgent d’engager les échanges et demander audience au Premier ministre. « Je vais le faire » assurait le député. Les maires de Blanzy, Montceau-les-Mines, Saint-Vallier et Sanvignes sont prêts à se rendre en délégation à Paris.

Même si la pression artérielle est faible, il reste suffisamment de force au Bassin minier pour sauver la chirurgie à l’hôpital de Montceau.

Jean Bernard

Vous pouvez vous procurer une carte postale « Hôpital en danger, santé menacée » disponible dans les mairies (Blanzy, Montceau, Saint-Vallier, Sanvignes) et l’adresser à madame Agnès Buzin, ministre de la santé. Une signature, un timbre… Faites le!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *