Gilets jaunes – Sur la RCEA : pas de blessé, pas de mort… un miracle

Les mots du sous-préfet, Eric Boucourt témoignent des événements qui se sont produits peu après 17h30. « Ce sont des criminels, des inconscients ».

Mais qu’est-ce qui a pris à un petit groupe de gilets jaunes de redescendre sur la RCEA à l’échangeur du Magny alors qu’à 16h, le filtrage avait cessé ?

Déjà au prix de leur vie, ils ont stoppé la circulation dans le sens Chalon/Paray avant d’enjamber la glissière de sécurité et mettre en place un barrage avec des palettes et des pneus. Alors imaginez, il fait nuit, les véhicules arrivent à 110 km/h et au dernier moment les conducteurs tombent sur un obstacle.  Pas de bobo même si deux ou trois voitures font des embardées.

La circulation est bloquée juste après la sortie du Magny. Les gilets jaunes dégagent. Un automobiliste descend de son véhicule pour ouvrir un passage, jette palettes et pneus sur le côté gauche de la voie.

Profitant d’une accalmie, « les inconscients » remettent le barrage en place et quittent les lieux. La police est sur le point d’intervenir. Elle arrive mais une automobiliste percute de plein fouet les palettes. Elle s’arrête. Ce que ne fait pas une camionnette. Les policiers ont le réflexe de s’écarter et se lancent à la poursuite du véhicule. Le conducteur est extirpé de la cabine puis plaqué au sol.

Pas de blessé, pas de mort… un miracle.

Ce samedi soir, un drame a été évité sur la RCEA au Magny. Jusqu’à quand ?

Jean Bernard

14 commentaires

  1. Le coup est passé près, cette fois ci….. Jusqu’au jour où un événement grave se déroulera, qui endossera la responsabilité ? Tous ces guignols gicleront comme une belle volée de moineaux, il sera trop tard et que les yeux pour pleurer. Il est temps de cesser ces actions ridicules et dangereuses.

  2. Je suis avec les Gilets jaunes depuis le début, mais cette fois, je suis révolté et je donne raison à Monsieur le Préfet et je salue l’intervention des policiers.

    Ce groupe d’inconscients n’a pas agi conformément à ce qui était prévu.
    La consigne était de filtrer mais surtout de ne pas bloquer, et l’action devait cesser à 16 h 00. Cela a été dit avec insistance à la réunion d’hier.
    Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour comprendre pourquoi. Mais visiblement, certains n’ont pas conscience de l’extrême danger que constitue un barrage de nuit.

    Si ces pseudo-gilets-jaunes ont été identifiés, qu’ils soient jugés et condamnés avec la sévérité qui s’impose.

    J’ai la certitude que l’immense majorité des gilets jaunes me rejoindra sur tout cela.

    • Je n’avais pas vu votre commentaire avant de rédiger le mien, nous avons dû poster presqu’en même temps, mais je tiens à vous dire que je partage entièrement ce que vous dites.
      Il n’est plus possible que des actions soient menées par des petits groupes qui prennent des décisions sans en informer la majorité, qui plus est lorsque ces actions mettent la vie d’autrui en grand danger.
      Je les laisse imaginer ce qui aurait pu se produire s’il y avait eu mort d’homme.

  3. Je fais partie de ceux qui espèrent qu’un jour l’humain sera suffisamment responsable et engagé dans sa vie et celle de la collectivité pour que disparaissent les gouvernances de toutes sortes.
    Malheureusement, nous n’en sommes pas encore là, ceci est une utopie, et nous en avons la preuve aujourd’hui.
    Les filtrages devaient s’arrêter à 16h00, alors pourquoi certains ont-ils transgressé ce mot d’ordre ?
    C’est ce manque d’organisation qui tuera le mouvement. Ce soir, je ne peux qu’abonder dans le sens du préfet.
    J’espérais depuis tellement longtemps un mouvement comme celui-ci, mais il n’est plus possible de continuer de la sorte. Quelqu’un aurait pu être tué ce soir.
    J’espère que ceux qui sont responsables de cet acte stupide sauront s’en rendre compte et qu’à l’avenir ils respecteront les décisions prises.
    Dans un mouvement comme le nôtre, il ne peut pas y avoir « d’inconscients ». Si nous voulons vraiment avancer, si nous voulons que nos revendications aboutissent, on ne peut pas permettre de tels agissements.

  4. Je ne suis pas GJ, mais je suis de tout cœur avec leurs revendications.

    Pour autant, j’approuve le commentaire de « Marcuse » !

    Il faut arriver à raisonner les plus virulents …

  5. mesdames et messieurs les gilets jaunes je suis vraiment déçu de votre mouvement je vous soutennais mais cela devient n’importe quoi , pourquoi bloquer des chauffeurs routiers qui sont comme vous gagnent très peu et veulent rentrer chez eux pour le nouvel an , mais le plus grave c’est ces personnes qui provoquent un accident cela est honteux, j’ai manifesté pendant des années mais j’amais j’ ai mis la vie d’autrui en danger et jamais je n’ai insulté les forces de l’ordre honte a cette petite minorité qui pourri le mouvement .mesdames et messieurs je pense au lieu de bloquer la rcea pour retarder le travail d’ honnêtes gens réfléchissé et attaquez vous au pouvoir montez à paris est bloqué l’élisée , cachez tous les radars . mais c’est vrai en france tant tout mouvement il y a des imbéciles mais tant que ce mouvement serat dans cet optique je ne serait pas avec vous

    • Je comprends votre réaction, et je suis aussi opposé aux blocages. Dans ma vie de militant, je n’ai jamais non plus mis en danger la vie d’autrui. J’ai pris des risques pour moi-même face aux forces de l’ordre, mais jamais en impliquant d’autres personnes.

      Là, nous avons affaire à des éléments qui ont perdu leur bon sens et l’art de bien juger. Ils ne sont pas représentatifs de ce qu’est le mouvement des gilets jaunes tel que je le vois de l’intérieur.

      C’est la raison pour laquelle j’appelle chacun à ne pas se jeter sur l’occasion pour dénigrer ce mouvement, comme cela se fait habituellement ici et là. Pour le coup, ce serait une forme de récupération inversée, une lâche récupération.

      Quant à l’Élysée, y êtes vous déjà allé ? Avez-vous déjà essayé d’approcher les grilles ?
      Moi, je l’ai fait Il y a environ 45 ans. Savez-vous combien de policiers sont prêts à intervenir et de quels moyens ils disposent ?
      Votre suggestion me fait penser à cette vidéo dans laquelle j’ai vu des « gilets jaunes » approcher le Fort de Brégançon. Ces gens qui se lancent dans des actions insensées et de doute façon inutiles n’ont aucune expérience revendicative, ni aucun sens du combat.

      S’attaquer au pouvoir, oui, mais de quelle façon, à part par l’insurrection en vue d’une révolution ? Seriez-vous partie prenante ?
      Le pouvoir comme vous dites, disons plutôt ceux qui exercent le pouvoir ont à leur disposition policiers ce qu’on appelle les forces de l’ordre, en cas de crise grave on peut y ajouter l’armée. Pourquoi croyez-vous qu’a la fin du mois de mai 68, De Gaulle s’est rendu à Baden-Baden chez son ami le Général Massu ?
      Ceux qui exercent le pouvoir ont aussi une arme très efficace, très discrète, très insidieuse ; je veux parler du pouvoir de certains médias qui sont à leur service.
      Mais je parie avec la certitude de ne pas perdre que l’Informateur de Bourgogne n’est pas de ceux-la, et c’est tant mieux !

  6. Les Gilets Jaunes, tous des irresponsables.

    Je soutiens les forces de l’ordre.

  7. Non, pas tous, je dirai même, qu’ils sont majoritairement responsables.
    Et comme je n’ai pas l’intention de me faire de la corne au bout des doigts à force de ré-écrire toujours les mêmes choses, je vous invite à lire le commentaire de Marcuse qui précède le vôtre.

    Merci à l’administrateur de bien vouloir mettre ce commentaire plutôt que le précédent.

  8. À mes amis Gilets jaunes… et accessoirement à nos adversaires.

    Cet événement a une apparence que certains ont déjà utilisée et utiliseront encore contre nous et notre mouvement. Cette apparence se nomme inconscience, irresponsabilité… les mots ne manquent jamais à ceux qui considèrent qu’il est urgent de ne rien faire… puisque d’autres se battent pour eux. Mais cela, tous les militants rompus à la revendication y sont habitués. La plupart ont été vaccinés dès qu’ils sont entrés dans l’action, certains comme moi, depuis des décennies.
    Cet événement a aussi une réalité. Un accident grave a été évité de peu ; c’est la conséquence du manque de gouvernance de notre mouvement. C’est plus qu’une évidence, c’est un souhait, une volonté déterminée dès le début du mouvement par ses pionniers.
    Moi-même, aujourd’hui, je ne sais à qui m’adresser pour exprimer ma volonté en dehors de ma participation au groupe de travail que j’ai choisi. C’est la raison pour laquelle je le fais ici.

    Si nous voulons continuer, il va bien falloir que nous nous organisions autrement que jusqu’à présent, que nous agissions selon une ligne approuvée par la majorité d’entre nous, que nous décidions des actions à mener et que nous les menions telles qu’elles ont été décidées.
    En résumé, il faut écrire ce que l’on doit faire et faire ce que l’on a écrit, tout ce qui a été écrit, mais seulement ce qui a été écrit. Et si une situation imprévue survient, il nous reste le bon sens dont chacun est censé être pourvu. Ceux qui n’en ont pas n’ont rien à faire avec nous.
    Ceux qui ne respecteraient pas cette règle devraient être exclus du mouvement, quand bien même ils adopteraient notre reconnaissance vestimentaire, et le nom « Gilet jaune ».
    C’est mon point de vue.

    Un dernier mot pour vous encourager face à l’adversité :
    Face à la bêtise
    Je n’ai qu’une devise
    Ne rien faire
    et laisser braire.

    En espérant être entendu, je vous adresse mes amitiés revendicatives et vous souhaite une belle fin d’année.

  9. Marcuse ??? vous êtes un vrai leader bolchevique . vous suivez et distribué bien les ordres venus d’en haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *