Etang-sur-Arroux – Trois lycéens et une demande délirante

Emmanuel Macron va déjeuner au self du lycée agricole et de l’EPIDE avec les élèves.

Ce mercredi après-midi, ils n’ont pas cours. Ils sont de retour du bourg d’Etang-sur-Arroux, ils regagnent le lycée agricole de Velet qui aujourd’hui va recevoir le président de la République. « Le proviseur nous a annoncé lundi qu’il était possible que le président vienne à l’EPIDE (établissement qui dépend du lycée, une école de deuxième chance) » précise l’un d’eux. Le lendemain, la confirmation tombait.

Tous les trois sont en terminale (bac pro en gestion et exploitation forestières) au lycée agricole et comptent bien poursuivre leurs études pour engranger un maximum de connaissance et obtenir un métier où la rémunération correspond davantage à leurs attentes.

La visite du chef de l’Etat a quelque peu bouleversé le quotidien des lycéens. « Mardi, on a fait en sorte que les abords du lycée soient clean ». Un peu de taille, un peu de nettoyage. « Que ça fasse bonne impression ».

Participeront-ils à la rencontre avec Emmanuel Macron cet après-midi au gymnase au bourg avec d’autres lycéens ? « Il en est question mais nous n’avons pas eu de réponse affirmative ». Avec le proviseur, ils ont néanmoins préparé des questions, notamment sur la valorisation des métiers forestiers et la rémunération.

Auparavant, ils vont déjeuner avec le président de la République au self commun du lycée et de l’EPIDE (école de la deuxième chance). « Logiquement » disent-ils. C’est dans le programme de la visite présidentielle.

 

L’APPEL TELEPHONIQUE DELIRANT

Nous leur avons laissé notre numéro de téléphone. Si vous avez des infos, n’hésitez pas.

Quelques minutes plus tard, notre portable sonne. Numéro privé.

« Je suis un des lycéens de tout à l’heure. J’ai des infos à vous communiquer » annonce la voix dans le téléphone.

« En échange vous me donnez quoi ? » ajoute le lycéen.

« C’est-à-dire ? » nous lui répondons.

« Glisser un petit billet ».

Nous lui expliquons qu’il n’en est pas question. La conversation s’arrête brutalement.

Jean Bernard

L’EPIDE (établissement pour l’insertion dans l’emploi) va recevoir la visite du chef de l’Etat.

 

3 commentaires

  1. Cet appel téléphonique n’a rien de délirant.
    Le comportement de ces jeunes est à l’image de notre société qui leur donne des exemples au plus haut niveau de l’état. Les décideurs, les gouvernants agissent ainsi. C’est devenu un mode de vie pour quelques-uns.

  2. Je sais que mon commentaire ne sera pas publié mais j’imprime une page écran à toute fins utiles

    Ce que ne dit pas le journaliste, c’est que ce dernier était posté à proximité du lycée et qu’il distribuait ses cartes de visites aux jeunes de l’établissement en leur demandant de lui envoyer leur selfies le jeudi….
    Nous nous efforçons d’apprendre la citoyenneté à nos jeunes, dommage que pour des raisons obscures, chaque adulte n’y participe pas

    • Ce que ne dit pas le journaliste, ce journaliste va vous le dire. Déjà, je ne me suis pas posté à proximité du lycée. J’y suis allé, j’ai fait demi-tour et en redescendant j’ai croisé ces trois jeunes. Nous avons discuté et avant de partir, effectivement, j’ai remis ma carte de visite. Une photo avec le président aurait pu être sympa au cours du repas. Voilà, c’est tout. Donc j’ai distribué une carte de visite et non pas des cartes de visites comme l’indique ce monsieur Romain Bertrand. Un des élèves m’a rappelé en numéro masqué. Il avait des infos en échange d’un petit billet. J’ai répondu qu’il regardait trop les séries TV. La vérité est celle-ci. Il n’y a pas de raison obscure.
      Jean Bernard L’informateur de Bourgogne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *