Enigmes mathématiques – Les lauréats récompensés, les élèves polytechniciens plébiscités

Voilà une dernière énigme mathématique même si elle bien en deçà de celles qui furent proposées pendant la semaine des mathématiques.

Ils sont deux élèves polytechniciens, Amine Iggidr et Augustin Reboul et trois lauréats, Roger Ville, Christian Pachmann et J-M. Fauchon. Alors problème à résoudre : I + R = V + P + F sachant qu’il existe une variante avec Adrien Casteloa, élève en terminale au lycée Parriat qui a trouvé les solutions aux dix énigmes.

Qu’importe finalement le résultat, l’important est que les polytechniciens qui ont « bûché » sur les énigmes et les participants à la semaine des mathématiques qui se sont torturés les neurones, ont tous pris du plaisir à jouer les mathématiciens.

Une chose est certaine, le stage d’Amine Iggidr et Augustin Reboul en formation humaine au lycée Parriat auprès des « Prépas » et post bac, a fait l’unanimité. D’ailleurs pas un des élèves ne manquait à l’appel à l’heure de la remise des prix mais surtout, tous ont voulu remercier l’implication des « X » avant leur départ et leur retour à polytechnique la semaine prochaine. Même le proviseur, Eric Fournier, n’a pas ménagé ses éloges.

Amine et Augustin ont découvert Montceau-les-Mines. « Nous ne savions rien de cette ville et nous avons appris à l’aimer par l’intermédiaire du lycée Parriat », dirent-ils.

Les lauréats de la semaine des mathématiques, ont eux, apprécié la méthode et le concours, « même si parfois, il était plus difficile de comprendre l’énoncé du problème que de le résoudre », glisse Christian Pachmann, ancien de l’école des mines et président du club de bridge. « Mais c’était sympa de jouer avec des problèmes que d’autres détestent ».

Roger Ville a calé sur une énigme, « j’ai répondu aux 9 sur 10, la spirale infernale m’a demandé beaucoup de réflexion » admet-il. « Mais je me suis bien amusé ».

Au total, les élèves polytechniciens ont reçu 51 réponses. Seuls trois « matheux » ont été récompensés, indépendamment d’Adrien Casteloa. « C’est bien de voir des passionnés de mathématiques tisser des liens entre les générations » ajoute Eric Fournier.

A refaire.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.