CUCM – Le pari de l’hydrogène pour réussir la transition énergétique industrielle

Avec l’urgence climatique et la guerre en Ukraine, il devient urgent de penser différemment à sécuriser les approvisionnements en énergie sans compter que les prix du gaz et du pétrole ne cessent de flamber. Ce qui, il y encore peu, était non pas une vue de l’esprit ou à l’étude, devient aujourd’hui une priorité notamment dans les filières industrielles grosses consommatrices d’énergie.

Alors l’hydrogène, un mot qui devient très à la mode, va-t-elle devenir l’énergie de demain ?

Quel rôle peut jouer l’hydrogène pour accélérer la transition énergétique et la décarbonisation surtout que l’hydrogène appelée « vert » est produite à partir d’énergie renouvelable, solaire, éolien et nucléaire. Elle a donc tout pour plaire aux industriels du territoire de la CUCM et même des alentours, le Grand Autunois Morvan et la Communauté de communes Entre Arroux, Loire et Somme (Gueugnon).

A l’énergie hydrogène, tout le monde y pense, l’Union Européenne, l’Etat via l’ADEME et la Région Bourgogne – Franche-Comté. Si des projets existent déjà pas loin de notre territoire, à Dijon ou à Auxerre, la Communauté urbaine Creusot Montceau ne tient pas à regarder passer le train de l’hydrogène. « Nous devons faire la démonstration que nous pouvons produire de l’énergie au risque de nous voir imposer des éoliennes » déclare son président, David Marti.

« C’est tout l’intérêt d’utiliser les terrains en friche _ pour du photovoltaïque _  avec un prix qui ne dépend pas du marché et se passer du marché de l’électricité. Le but est de fournir de l’énergie à un prix très intéressant » note de son côté, Lionel Duparay, adjoint aux finances à la ville de Montceau et conseiller communautaire.

Lucy à Montceau-les-Mines en première ligne

Il faut donc  identifier les besoins présents et futurs pour développer un écosystème de production, de distribution et d’utilisation de l’énergie hydrogène. Voici la mission de l’agence Ecosphère en charge du développement industriel sur la CUCM. Le cabinet Justy a donc réalisé une étude prospective auprès des industriels (Aperam, Industell, Gossin, Rave… elles sont 25 à avoir répondu) en attente dans leur processus de production et le fonctionnement de leurs engins logistiques (chariots élévateurs, poids lourds, notamment).

Si ce projet venait à aboutir _ c’est à souhaiter _ , un point de production et plusieurs lieux de distribution seraient à envisager. « Avec Justy et la CUCM, nous devons aller plus loin » affirme Jean-Claude Lagrange, président de l’agence Ecosphère. Il évoque, à juste titre à propos de la production d’hydrogène, « la requalification du Lucy à Montceau-les-Mines » à condition de sa destruction totale et dans un délai très court. « Nous aurions ainsi un point d’installation en fourniture d’énergie en hydrogène pour Aperam, Industell ». Jean-Claude Lagrange annonce que GazelEnergie, propriétaire de Lucy est intéressé par le projet. Une bonne nouvelle pour la ville de Montceau ?

Un projet existe déjà : Site de Lucy – Produire du biogaz et de l’hydrogène, une idée fumante – L’infoRmateur de Bourgogne (linformateurdebourgogne.com)

Ce projet de production d’hydrogène ne concerne pas la voiture de monsieur tout le monde. Les véhicules électriques sont encore dans le coup quand bien même la société Vaison à Torcy, planche sur un moteur à hydrogène pour remporter le Dakar.  Vaison Sport – Gagner le Dakar 2023 avec un moteur à hydrogène – L’infoRmateur de Bourgogne (linformateurdebourgogne.com) « Le moteur du Dakar pourrait être transposé sur les bus ou les camions benne à ordures » évoque Jean-Claude Lagrange.

Pour l’heure, il s’agit de réunir le maximum d’entreprises qui pourraient avoir besoin de l’hydrogène afin d’estimer au mieux les investissements à réaliser. Ce sont des millions d’euros qui sont en jeu. Et CUCM ne souhaite qu’ils partent en fumée.

Jean Bernard

 

Présentation _Stratégie régionale Hydrogène _10 mai 2022

 







 

18 commentaires

  1. Des investissements important pour un projet d avenir, très bonne nouvelle pour notre bassin,j espère simplement que cela ne prendra pas le rythme de travaux de la RCEA…..!!! SINON ……!!!!

  2. Le pari de l’hydrogène oui mais à quel prix ? ! quand on entend déjà les spéculateurs parié sur l’eau….

    • J’ai l’impression qu’il s’agit bien d’un pari.
      Exemple : zéro pollution ?
      «  »Au total, près de 800 millions de tonnes de CO2 seraient ainsi déjà émises chaque année pour produire de l’hydrogène. Un chiffre qui serait en forte augmentation si nos voitures venaient à employer massivement ce gaz, «  »
      Sa production par des énergie renouvelables ?
      «  »l’OPECST a calculé qu’il faudrait mettre en service plus de 1 million de nouvelles éoliennes, 56 millions d’hectares de panneaux solaires ou 400 nouveaux réacteurs nucléaires. «  »
      M. Jancovici dit qu’il faudrait multiplier le nombre d’éoliennes par 15 ….
      «  »https://www.fiches-auto.fr/articles-auto/hydrogene/s-2361-la-voiture-a-hydrogene-est-elle-viable-.php#affiche_commentaire
      Nombre de bilans montrent que ce n’est pas cette voie qui va sauver la planète….
      Tout au plus l’objectif semble de conserver notre mode de vie ….
      Et si, plutôt que de couvrir la France de panneaux p.v. nous plantions des végétaux ?
      https://www.lesechos.fr/pme-regions/innovateurs/arm-engineering-convertit-les-voitures-au-methanol-agricole-1382750

  3. SINON UN « COUP D EPEE DANS L EAU »…..!!!

  4. Bonne initiative si le projet est financé par des investisseurs privés et non par la Communauté Urbaine.

  5. Bonjour,
    Un beau projet, qui va, à mon avis, dans le bon sens.
    justement, Jean André, il ne faut pas que des investisseurs privés s’emparent du projet, car leur seul but est de faire du fric !
    L’hydrogène, plus que l’électricité (pour les véhicules) est l’énergie de l’avenir.
    Encore faudrait-il que l’état et les industriels de l’automobile jouent le jeu et développent cette filière pour le grand public et non pas seulement pour une élite.
    C’est une technologie tellement simple que chacun pourrait produire son propre combustible à partir d’un panneau photovoltaïque et d’une bassine d’eau.

    • Amusante votre idée de produire à partir d’un panneau !!!
      Mais prenez le temps de lire ce qui suit, vous allez comprendre qu’en la matière, le bricolage va être très compliqué, cher et absolument pas pour le bien de la planète.
      https://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2015/07/Lhydrog%C3%A8ne-cet-hallucinog%C3%A8ne-Annexe-1.pdf
      A masse égale, l’hydrogène restituera grosse maille 3 fois plus d’énergie qu’un carburant genre essence ou gaz oil.
      Pour faire 100 km, ma diesel avale 6,5 litres, soit environ 6 kg de carburant que nous pourrions remplacer par 2 kg d’hydrogène.
      Deux kg d’ H², c’est……20 000 litres en atmosphère standard.
      Donc, avec ma bassine, il faudra un super compresseur pour pousser l’ H² entre 350 ou, plus couramment 700 kg de pression au cm²….
      J’imagine assez le réservoir à 700 bars ou – 250 °C (88 kg pour la Toyota Mirai)
      Bien sur, il existe des intermédiaires comme ce réservoir de 850 l qui accepte 4,2kg d’H²….sous 60bars de pression….
      Mis dans ma voiture elle parcourra….200 km.
      Panneau p.h : «  »En un an, un panneau solaire produit donc entre 270 kWh et 420 kWh » »
      «  »produire un kg d’hydrogène, il faut 58.7 kWh d’électricité, mais l’énergie électrique qui en résulte n’est que de 13.4 kWh comme le montre le graphique ci-dessous » »
      Ça va être long, et comme l’H² a la fâcheuse habitude de traverser à peu près toutes les matières… Et quel gaspillage d’énergie !
      Ces réflexions de profane, depuis un coin de table m’incitent à penser que les stratégies promues pour « l’hydrogénation » ne résolvent rien

  6. Pas de chance, un peu de physique de base démontre que l’hydrogène a besoin de plus d’énergie pour le fabriquer que pour le consommer, CE N’EST PAS une SOURCE d’énergie. Nous aurons besoin forcément du nucléaire pour le fabriquer. Alors si on veut continuer à jouer au Shadocks, libre à chacun……
    Je vous laisse consulter cette vidéo de 6 minutes pour en apprendre tous les autres problèmes et les limites : https://www.youtube.com/watch?v=LF6bMcjCxU4
    Ou alors, nous réduisons nos besoins et on se met au vélo pour aller acheter sa baguette et son journal.

  7. Pour fabriquer de l hydrogene, il faut de l energie.

    Si c est de la biomasse, ou du gaz, ca va polluer.

    Nous n avons pas besoin de pollution a montceau, la centrale biomasse Moncia est deja suffisamment polluante.

    A quand des idees qui tiennent la route par nos elus ?

  8. Et dire que l’on dort sur une mine d’or le charbon

    • Pas de chance non plus, le charbon est le premier facteur de pollution et de production de CO2 : https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/charbon-quels-dangers
      responsable du réchauffement climatique qui sera (est déjà) la cause de sécheresses, de pluies diluviennes que les sols n’ont pas le temps d’absorber, de pénuries agricoles, de migrations importantes, etc… etc…..
      Nous n’aurons d’autres choix si nous voulons conserver une démocratie, une vie agréable et paisible et un semblant de confort d’investir dans un mix complet : renouvelable (solaire, vent, hydraulique, biomasse, géotermie) en fonction de là où cela est possible et rentable (inutile de mettre du solaire là où il pleut 250 jours par an, ou encore de l’éolien là où il n’y a que des anticyclones), et nucléaire (c’est hélas le pis aller pour la transition nécessaire).
      Puis de faire des travaux urgents pour améliorer la consommation basse énergie de l’habitat et des entreprises, de remettre de la nature là où on peut (donc de supprimer les friches), car la nature est le meilleur pourvoyeur d’équilibre (l’Homme est allé beaucoup trop loin dans sa destruction) et enfin de réorganiser les vies vers de la sobriété : « travailler » (« productivité » entreprenariale, consommation artificielle, travaux inutiles juste pour « prouver » qu’on « travaille ») moins (passer aux 25 heures hebdomadaires et consacrer le reste aux associations sportives, artistiques, sociales, techniques, scientifiques…..), sur un espace géographique plus restreint (relocaliser toutes les activités bienfaitrices et les besoins sur un rayon de 15 à 40 km dans la mesure géographique du possible et redéployer massivement les transport en commun et surtout le train (un direct Montceau-Mâcon par Mont-Saint-Vincent-Cluny par exemple, ou alors, modifier les frontières départementales et les zones d’influences pour placer les préfectures en des lieux centraux et accessibles en transports), réouvrir des commerces de proximité, des cabinets médicaux (orienter les formations)…..
      Et tout cela EN MÊME TEMPS.
      Tout responsable ne sachant pas faire cela, organiser tout cela avec efficience et sens de la hiérarchie des besoins, ne sera donc pas à la hauteur de sa responsabilité et devra être formé ou être remplacé s’il est ma foi trop têtu dans sa fuite en avant. Car la population commence à savoir et même être victime de ses non actions (prix élevés, récoltes en baisse, espérance de vie en bonne santé en stagnation), tant cela devient visible! Et de toute manière, si cela n’est pas fait, c’est Révoltes et Émeutes qui nous attendent au tournant. Or, ces choses là se finissent toujours très mal. Alors si on pouvait éviter en faisant preuve pour une fois d’un semblant d’intelligence et de réflexion transpartisane…….

      • J’ai aussi des doutes sur le nucléaire, Philo.
        «  »Il est ainsi admis que le rendement des centrales nucléaires est de 33 % ; c’est-à-dire qu’elles produiraient 33 unités d’énergie pour 100 consommées. » »
        Les 67 % d’énergie « évaporée » peuvent ils être autre chose que de la chaleur ?
        Pour qu’il y ait une différence de pression entre l’aval et l’amont des turbines, étant donné qu’il s’agit d’un circuit étanche, il faut une forte variation de la température du fluide moteur.
        Quelle proportion de ces pertes est convertie en vapeur d’eau via les tours aéroréfrigérantes où l’échauffement de fleuves, mers….Il se trouve que le premier « gaz à effet de serre », c’est la vapeur d’eau !!!
        S’il reste des anciens, combien évaporait le coquetier de Lucy ?
        Plus on creuse, et plus on se rend compte de qu’une partie de l’humanité a été, est cupide au point d’en perdre la raison…..

  9. …  » Dis Papa , pourquoi ça pourrait et ça peut pas ?
    Pourquoi on devrait et on fait pas ?
    Pourquoi l’intelligence et l’esprit de survie ne sont-ils pas répartis équitablement entre tous ?
    Pourquoi nos enfants et nos petits enfants pourraient vivre en paix dans un monde généreux et nous le détruisons ?
    Pourquoi ? … « 

  10. Je pense, F.C., que vous posez la question fondamentale.
    Comment expliquer cette course vers un Armageddon prévisible ?
    Et si c’était un phénomène naturel, comme il s’en produit, par exemple, dans l’évolution des systèmes sans régulations mais dotés de limites extérieures ?
    Ce qui me fait très peur pour nos descendants, c’est que les statistiques semblent révéler un développement type distribution normale asymétrique (voir les courbes du rapport Meadows et sur lesquelles nous semblons accrochés)
    Cependant, ne perdons pas espoir, nos projections sont à notre image, Discutables.

    • Oui, c’est LA question fondamentale.
      Les neurosciences nous apportent une réponse intéressante : le cerveau humain est à la fois ingénieux et paresseux, grégaire et conscient (réflexif, original et observateur), bon et mauvais chez tous les individus.
      Des débats parlementaires pour résoudre tous les problèmes que la Vie nous propose se font en permanence par nos neurones. (cf « Pourquoi notre cerveau a inventé le bien et le mal » de Stéphane Debove).
      Ainsi, en fonction du contexte, de l’environnement, de l’éducation et des gènes (TOUT CELA à la fois dans des boucles de rétroactions), chaque humain réagira différemment et à la fois en fonction de ses semblables.
      Le pouvoir et l’argent corrompt par nature (il faut être fort et « plein de soi » (sans besoin du regard des autres pour se sentir exister) pour y résister) et facilite la vie, ainsi les détenteurs de pouvoirs (« les chaman-es culturels » selon René Girard) sont à la fois les traceurs rétroactifs (imposer et suivre le mouvement dans un même élan, métaphore de la girouette) de modes et les sacrifiés quand rien ne va plus, par le groupe grégaire majoritaire (le besoin vital d’être inclus en société quitte a se tromper et/ou à être soumis) et donc irréfléchi (psychologie des traumatismes).
      Les savants, les conscients, les explorateurs de la pensée, du réel, des faits sont beaucoup plus rares, car dans ce monde encore grégaire et penchant toujours vers les communions de groupes (dont ils se sont extirpés pour plein de raisons), leurs positions et leurs réflexions sont très dérangeantes pour le confort et la paresse naturelle et tendancieuse du cerveau (recherche toujours de l’économie d’énergie pour une récompense maximale…..à court terme (c’est là l’erreur de fabrication de notre cerveau, quoique la pensée à long terme existe chez tout le monde mais il faut faire un effort considérable pour l’atteindre).
      C’est donc ainsi que l’Humanité penche alors vers l’auto-destruction sans s’en rendre compte.

      • Merci Philo, que de points à étudier pour affiner nos appréciations, si ce n’est nos jugements.
        Perso, après des décennies où je considérais que les technologies étaient déterminantes pour aller vers le « mieux », je considère que c’était une énorme erreur.
        Peut être qu’une formation généralisée dirigée vers la philosophie aurait généré moins de dégâts…… quoi que cette science paraisse plus développer l’immobilisme que l’action.
        A mon âge, je ne crois pas qu’en bricolant ma « Deuche » en solo, je la transformerai en Ferrari. Dommage.
        Cordialement

        • Il n’y a pas de quoi et avec plaisir. Juste une petite précision (désolé d’être embêtant et jusqu’au-boutiste envers le vocabulaire), la philosophie est au-delà de la science et de l’art, elle est une discipline en soi, nommée telle quelle, ni science, ni art, mais une synthèse de TOUT ce que les disciplines de la Connaissance amènent. (Métaphore du « Lapin blanc » de Jostein Gaardner)
          Et malgré les apparences, elle apporte de l’action. En fait, cela n’est pas visible immédiatement car elle a besoin de temps pour arbitrer une décision dans la plus parfaite célérité qui soit, ce qui est contraire à l’immédiateté souhaitée de la population générale qui rencontre des défaut d’inhibitions de la récompense à cause des médias télévisés et d’une éducation plus « abandonniste ». Car l’inhibition et la patience s’apprennent aussi bien que les mathématiques et le français.
          La bonne nouvelle est que le cerveau est plastique toute la vie, donc peut apprendre jusqu’au dernier souffle. (même si passé un certain seuil variable d’un individu à l’autre, cela demande de plus en plus d’effort car entraîne plus rapidement de la fatigue naturelle). La Deuche (dont je suis persuadé qu’elle n’est pas si lente que cela) peut devenir une belle Peugeot bien robuste. (À noter que les personnes qui « savent » se sous-estiment et inversement, cf Nicolas Gauvrit et le « haut potentiel »).
          Bonne continuation et bien amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.