Vaison Sport – Gagner le Dakar 2023 avec un moteur à hydrogène

Cyril Despres et Mike Horn ont participé au Dakar 2021 pour récolter le maximum d’informations techniques.

Les ateliers de Vaison Sport (photo archives).

Derrière les murs des ateliers de Vaison Sport à Torcy, rien ne transparaît. Le préparateur de voitures de compétition est d’une grande discrétion. Des moteurs, des châssis, des pièces mécaniques, tout est aligné, rangé. Plus qu’un atelier automobile, on dirait  un laboratoire de recherche.

Ici, c’est le domaine des deux associés de Vaison Sport, Christophe Vaison et Matthieu Parent, monsieur rallye raid. C’est d’ailleurs à Torcy qu’a été co-conçu la voiture avec laquelle Stéphane Peterhansel a remporté son 14e Dakar au volant d’une Mini. Excusez du peu ! « Nous avons travaillé avec Peugeot toujours en rallye raid, ça fait 15 que je suis dans ce milieu » raconte Matthieu Parent.

Autant dire que des pilotes et des teams, il en a croisés, notamment Cyril Despres, 5 fois vainqueur du Dakar. En janvier dernier, sur les pistes en Arabie Saoudite, « avec Cyril, nous nous sommes dit, c’est le moment de faire différemment ». Entendez par-là, imaginer et construire une voiture de rallye raid  capable de gagner le Dakar avec zéro émission, un projet porté précisément par Cyril Despres et l’explorateur Mike Horn. Ils sont désormais partis dans une nouvelle exploration, celle de la voiture de compétition qui n’existe pas, en ne rejetant que de la vapeur d’eau, grâce à un moteur à hydrogène.

C’est le projet GEN-Z H2 Adventure auquel collabore une équipe de scientifiques du CEA (Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) de Grenoble. « Nous participerons au Dakar avec ce véhicule à hydrogène en 2023 pour le gagner » annonce avec le sérieux qui caractérise Mattieu Parent.

Un 4×4 de 400 cv et de la vapeur d’eau

dans le désert d’Arabie Saoudite

Déjà en 2022 et selon le souhait de ASO de promouvoir des alternatives aux véhicules à énergie fossile, le team Audi avec notamment Peterhansel, équipera ses voitures avec une motorisation électrique.

Cyril Despres et Mike Horn voient plus loin et font le pari de l’hydrogène en association donc avec Vaison Sport et le CEA dont le travail est de fabriquer la pile à combustible. « Elle existe pour la voiture de particulier mais pas en sport » fait observer Matthieu Parent. « Nous visons 300 kilowattheures pour développer 400 cv et cette pile, elle n’existe pas encore ».

Le futur véhicule qui sortira des ateliers de Vaison Sport sera donc équipé d’un réservoir de 500 litres de 5 centimètres d’épaisseur et contiendra 30 kg d’hydrogène à 750 bar de pression. « L’hydrogène est le carburant et la pile à combustible le convertit en électricité. Ce sera de l’hydrogène vert » précise-t-il.

L’autonomie de la voiture à hydrogène devrait être de 250 à 300 km, « nous devrons ravitailler au milieu de la spéciale » enchaîne-t-il, « c’est l’équivalent de 120 litres de gazole ». Sur un parcours routier, l’autonomie serait au moins de 800 km.

A quoi ressemblera le véhicule du projet GEN-Z ? Une 4 roues motrices du même gabarit que la Peugeot 3008 rallye raid. D’ici-là, la pile à combustible sera assemblée pour la fin de l’année, de même que le châssis.

Ce projet unique en son genre est financé par des partenaires industriels et « se monte à des dizaines de millions d’euros » concède seulement Matthieu Parent. Qui et combien véritablement ? il n’en dit pas davantage.

Etant donné l’ampleur de cette aventure sportive pour remporter le Dakar en 2023, « nous n’avons pas le droit à l’erreur, nous ne devons pas nous tromper, nous en sommes conscients » admet-il.

Derrière les portes de Vaison Sport, le futur est en marche. La génération Z.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.