Site de Lucy – Produire du biogaz et de l’hydrogène, une idée fumante

Fabien Cornille et Régis Sarandado.

Que deviendra un jour, le site de Lucy à Montceau-les-Mines dont la production de la centrale thermique s’est arrêtée en 2014 ?

Lucy, oui on en parle, on en entend parler, surtout du démantèlement, de Lucy 2 qui ne devrait plus tarder et Lucy 3 on ne sait quand. On en parle aussi au moment des élections, Sainte Lucy priez pour nous.

Aujourd’hui, un projet existe, ce n’est pas nouveau mais ce projet, d’abord passé par une étude d’opportunité va à partir du 25 octobre basculer sur une étude de faisabilité. « Nous aurons les premiers résultats à partir de janvier » assure Fabien Cornille, président de l’association des travailleurs de Lucy. Un accord a été signé avec l’agence Ecosphère qui apporte un soutien aux industriels de la CUCM et pour qui la société d’ingénierie BERIM va étudier si le projet est techniquement faisable et viable économiquement.

Une étude qui va coûter 64 000 € dont 20 000 € « sont le fruit de dons des syndicats de la CGT mine énergie » fait savoir Régis Sarandado, secrétaire général CGT mine énergie de Saône-et-Loire.

Lucy ne va pas se transformer d’un coup de baguette magique en deux unités, l’une en biogaz, l’autre en production hydrogène. Mais il serait peut-être opportun, au moment où le recyclage des déchets se pose, où le prix de l’énergie flambe, d’accélérer le mouvement.

Du bois pour produire du biogaz et de l’hydrogène

Alors comment ça marche ? On brûle les déchets du bois dans un premier temps, « ensuite il sera possible de brûler les déchets hospitaliers, ménagers et industriels » explique Régis Sarandado. Vous aurez une unité qui produira du biogaz à réinjecter dans le réseau et une unité d’hydrogène pour alimenter les bus, vélos, trains…

« Le bois nous irons le chercher dans un rayon de 150 km autour de Montceau » précise Fabien Cornille. « Les ressources en bois sur le territoire en 2018 s’estimaient à 700 000 tonnes/an. Pour nos deux unités, nous aurons besoin de 100 000 tonnes/an. Une brindille.

Pour être totalement viable, ce projet doit absolument trouver preneur de la chaleur fatale (la chaleur des fumées) et qu’il soit à proximité des unités. Si les unités sont à Lucy, il sera très difficile d’alimenter en chaleur fatale un site du Creusot. Ou alors les unités se feront au Creusot, ou Torcy, ou Blanzy selon le consommateur de chaleur fatale.

Combien pour construire des deux unités, « 40 M € pour les deux » indique le secrétaire général. Et qui pour construire ? pas la ville, ni la CUCM mais des industriels comme ENGIE ou d’autres.

Encore plus parlant, c’est le résultat de l’unité d’hydrogène avec 50 tonnes/an qui alimenterait 12 800 voitures, 630 bus et 40 trains.

Pour faire tourner les deux structures, il faudrait 26 emplois directs et une centaine d’emplois indirects pour l’approvisionnement.

Et que vient faire GazelEnergie, le propriétaire de la centrale Lucy ? « Rien » avoue Fabien Cornille. En revanche, l’intérêt de Lucy, c’est son positionnement géographique. Tout est à portée de main.

Jean Bernard

16 commentaires

  1. Ouai, eh ben pauvre ville de montceau sans emploi ect,….

    Si ce projet à lieux sa va être encore au creusot ou qu’il y a déjà tous ( Magasin, industrie ect,….. , et pourquoi pas choisir montceau , le creusot va bien se débrouiller sans la centrale de montceau quand même.

  2. Bien sur, bruler du bois (tres polluant)et polluer pour produire de l hydrogene propreva mettre dans les voitures.

    Quelle beau projet simpliste .. et manquant de reflexion..

    • pauvre jacques à vous écouter vous les écolos(vous parler comme eux) il faut faire quoi ? pas de bois plus de nucléaire alors des éoliennes oui mais comme toujours pas chez nous mais chez le voisin des panneaux photovoltaique ? ou ? vous proposer quoi

      • Quasiment tout ce qui est présenté comme solution produit plus de nuisances que de réels profits, sauf pour les aigrefins (ce n’est que mon avis)
        A courte vue, il est possible de créer de l’activité en laissant un passif aux générations suivantes.
        La magnifique analyse de Vinci sur l’éolien confirme les limites et les hypocrisies d’une de ces solutions miraculeuses, et les conférences d’un Jancovici sont suffisamment argumentées pour faire prendre conscience des réalités.

  3. L idée est sur la table, si une étude très sérieuse est menée, si tout est très transparent,pourquoi pas…!!un peu optimisme, un peu de clarté,un peu de surveillance intelligente citoyenne ,un peu de soutien politique……et surtout des investisseurs sérieux…!!!! « Quand on veut ….on peut….!! »

  4. L’hydrogène fait rêver aussi ai je fait quelques recherches…..
    De tous les sites consultés, j’en ai gardé un qui parait bien documenté, et dans la lignée de nombreux autres .
    https://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2015/07/Lhydrog%C3%A8ne-cet-hallucinog%C3%A8ne-Annexe-1.pdf
    Si j’ai bien compris, vous voulez promouvoir un vecteur qui, par exemple, appliqué aux moteurs thermiques ne rendrait qu’environ 10 % de l’énergie dépensée pour sa production , le reste étant de la chaleur dissipée dans l’environnement, comme le font les capteurs p.v. ?
    Chaleur fatale ? Que ce terme parait justifié !!

  5. si tout est bien étudié et faisable ça sera toujours aussi intelligent et écolo que leurs pistes cyclables tracées à tort et à travers au détriment des automobilistes et qui sont peu employées

  6. Apres le Mont Saint Vincent qui n’a pas voulu de sa déchèterie enfouie, on bascule sur Montceau pour bruler des déchets hospitaliers.

  7. Bonjour

    brûler 100000 tonnes /an d’arbres cela ne vous pose pas de probleme?

  8. la aussi un bon projet si mr Marti le veut car c’est lui qui décide est ce projet est sur un site de montceau ,là çà va se corser et surtout ceux qui sont a Creusot Montceau développement( ancienne dénomination ) sont pro- Creusotin . le meme probleme pour l’ancien batiment d’EDF à Montceau

  9. Pauvres de vous écologistes demain nous mangerons des feuilles et oui stop à vous mdr 😂 très bonne idée mes camarades………..

  10. Oh Lucy le charbon et oui la vérité du conbustible fossiles pauvres écologique vive montceau les mines.

  11. Ici, un spécialiste (l’ingénieur J.M. Jancovici au CV « long comme le bras ») qui fait une synthèse générale sur ce qui est faisable de ce qui ne l’est pas.
    https://www.youtube.com/watch?v=MULmZYhvXik
    L’explication est limpide. Attention, ça détonne! (et ça date déjà un peu, depuis, la situation globale s’est aggravée) Car tout est chiffré. Notre seul salut est de réduire notre dépense d’énergie : « l’énergie la moins chère et la moins polluante est celle que l’on ne produit pas ».
    Nous devrons réapprendre à nous passer de nombreux gadgets et réutiliser « l’huile de coude » dans certaines situations, relocaliser nos approvisionnements, réduire notre surface géographique de vie (travail, habitat, loisirs) . Bon courage à tous pour la remise en question car ce n’est vraiment pas simple.
    Car attention, les solutions (trop) simples sont souvent des leurres, ce qui ne veut pas dire qu’on doit faire compliqué quand on peut faire simple.

    • «  »nous passer de nombreux gadgets «  »
      Je viens de découvrir que nous avions inventé…. les chaussettes connectées !
      Dire que tant de personnes savent expliquer où nous en sommes, où nous allons et que globalement c’est la fuite en avant …..vers :

  12. Ping :CUCM - Le pari de l'hydrogène pour réussir la transition énergétique industrielle - L'infoRmateur de Bourgogne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.