Conseil communautaire – « Soutenir la culture de l’innovation »

Intervention de Jérémy Pinto, vice-président délégué à l’enseignement supérieur, à la recherche et à l’innovation (Le Creusot).

Quelques mots, cher.es collègues, sur ce budget en matière d’innovation, de recherche et d’enseignement supérieur car nous sommes bien au coeur de sujets qui préparent l’avenir :

 

  • quand, en 2022, le programme Calypso autour de la métallurgie des poudres va sortir de terre : nous sommes bien sur un sujet central de recherche et de l’industrie du futur,

 

  • quand, en 2022, va enfin ouvrir le technopole pour accompagner les porteurs de projets innovants : là aussi nous sommes sur un terrain où nous devons faire mieux et être fortement positionnés à l’échelle régionale,

 

  • quand, en 2022, nous accueillerons les promotions complètes de l’Esirem, école d’ingénieurs de l’université de Bourgogne, au sein du réseau Polytech, laquelle école qui développe ici des compétences technologiques en vision et robotique, là encore la CUCM se positionne sur un segment d’avenir très différenciant – comme c’est déjà le cas par exemple autour de la maintenance des engins ferroviaires avec Mecateam.

 

Notre communauté a des ressources formidables. Nous sommes un territoire d’industries, nous sommes aussi une terre de pionniers technologiques ; nous devons poursuivre cela.

 

Ce dont il est question plus largement, vous l’avez compris, c’est bien d’accompagner la transformation de notre territoire au sens large, en diffusant de nouvelles compétences, et en soutenant la culture de l’innovation.

 

C’est bien cela le site technopolitain : car au-delà des lieux et des travaux qui s’achèveront en 2022 (et plus de 6 millions d’euros sont inscrits à ce budget 2022 à cet effet), au-delà de l’Esirem et des start-ups que nous avons déjà à y accueillir, ce qui se joue c’est tout l’accompagnement, toute l’offre d’animation et de soutien dédié à l’innovation, ce que nous ne faisions pas jusqu’alors.

 

Cet écosystème, ces projets, nous les portons en alliance avec les autres territoires à l’échelle de Territoires d’Industries, en alliance aussi de l’ensemble des acteurs publics, privés, académiques, qui font le pari de l’innovation sous toutes ses formes. Et je fais le voeu d’ailleurs, que cette gouvernance suite aux assises de l’économie se fasse main dans la main avec les entrepreneurs, le monde académique et de la recherche.

 

Permettez-moi quelques mots sur la recherche justement. Voilà un sujet qui pourrait parfois paraitre loin des habitants, et de nous-même ici. Pourtant la recherche c’est bien elle qui nous permet de nous retrouver ici largement vaccinés. Quand elle a été si fortement questionnée, il faut redire le rôle des sciences, de la connaissance, pas seulement pour l’économie mais aussi son rôle social, son lien avec la société. Les progrès qui l’accompagnent. Ce qui nous positionne parmi les grands EPCI c’est bien que nous assumions une compétence ESRI ; c’est d’ailleurs ce qui fait que la Région nous accompagne parmi les contrats métropolitains. Alors je crois qu’il nous faut plus que jamais dans ce contexte soutenir le recherche et certainement même hausser notre accompagnement dans les temps à venir.

 

Nous retrouverons certainement tout cela, et les ambitions formalisées, dans le travail qui a démarré autour de l’élaboration du schéma local de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’innovation et de la vie étudiante. Là aussi c’était une des actions des assises de l’économie. Nous aurons l’occasion d’en reparler mais ce schéma que nous aurons l’été prochain permettra de toujours mieux affronter les enjeux de formation pour les jeunes de notre territoire, mais aussi de l’inscrire au coeur des grandes transitions de notre époque. A nous de poursuivre un modèle territorial ancré dans ces enjeux et qui favorise l’émergence de filières propices au développement et plus largement bénéfiques à l’ensemble du territoire et de nos habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.