Blanzy – Jean-Marc Frizot, avec véhémence, règle ses comptes

Vifs échanges entre Jean-Marc Frizot et Hervé Mazurek, hier soir au conseil municipal de Blanzy. Le candidat de gauche, battu aux dernières élections départementales, accuse le maire d’avoir une responsabilité dans sa défaite. Après le dérèglement climatique, voici le dérèglement politique.

C’était jour de rentrée mercredi soir au conseil municipal à Blanzy. La journée sans être particulièrement chaude, laissait présager une soirée sans orage ni pluie. Bien sûr, en politique il ne faut jamais se fier aux apparences.

L’ordre du jour épuisé, Sophie Clément, conseillère municipale et désormais vice-présidente du conseil départemental demande la parole. Sobrement, sans la moindre allusion à sa victoire en juin dernier contre Jean-Marc Frizot, conseiller municipal (ils ont été élus sur l’unique liste présentée par le maire Hervé Mazurek), elle se dit « honorée de son poste de vice-présidente », qu’elle est là pour servir au mieux les habitants, qu’avec Alain Ballot (son binôme), ils sont présents dans un maximum de commissions, qu’ils vont mettre en place des permanences dans les dix-sept communes du canton de Blanzy, qu’ils vont agir sur l’offre de santé et travailler avec toutes les personnes.

Hervé Mazurek, très circonspect commente : « Nous avons deux vice-présidents à la communauté urbaine (Frédérique Lemoine et Jean-Marc Frizot) et une vice-présidente au Département (Sophie Clément) ». Que demandez de mieux pour une petite ville comme Blanzy !

Voilà, tout est dit. Enfin pas tout à fait puisque Jean-Marc Frizot déclare, « je me dois de répondre ». Sa défaite aux élections départementales, elle ne passe pas. « C’est la première fois _ au moins depuis 75 ans a-t-il recherché _ que le canton n’a pas de représentant de gauche au Département ».

Aussi comprend-on qu’il aurait pu se réjouir si au sein de l’hémicycle à Mâcon, Sophie Clément avait voté à gauche. Elle a choisi la majorité départementale conduite par André Accary réélu à la tête du département.

Quant à la raison de sa défaite, Jean-Marc Frizot reconnaît sa part de responsabilité, « mais elles sont multiples » lance-t-il en fixant Hervé Mazurek.

« C’est la défaite du vieux monde »

(Hervé Mazurek à Jean-Marc Frizot)

Le maire intervient et pense conclure. « La page est tournée. Il est temps de remettre à leur place nos égos démesurés. Jean-Marc Frizot a perdu, il n’y a pas besoin d’aller chercher d’autres responsables que les candidats ».

« Merci » se targue de préciser Jean-Marc Frizot.

« Les adversaires ont été plus convaincants et ce n’est pas avec un tel comportement (il s’adresse à Jean-Marc Frizot) que nous retrouverons la confiance des électeurs avec 75% d’abstention aux départementales. Ils sont las des combats stériles de cour de récréation »  assène Hervé Mazurek. « Sophie Clément est dans le groupe avec Dominique Lotte et il n’est pas de droite » ajoute-t-il.

Pour la petite histoire, Dominique Lotte est un élu de gauche, maire de Gueugnon qui a rallié André Accary et qu’il a créé son groupe « Saône-et-Loire Unie » dans lequel on retrouve Sophie Clément.

Hervé Mazurek poursuit sur sa lancée, « je n’ai aucune responsabilité dans la victoire de Sophie Clément ». Pris dans l’autre sens, il n’est pas responsable non plus de la défaite de son ancien premier adjoint.

Jean-Marc Frizot est offusqué. « Tu as une responsabilité. Depuis 75 ans, tu es le seul maire à ne pas nous avoir soutenus (NDLR : la gauche) ».

Les échanges sont vifs, à tout bout de champ, le perdant coupe la parole au maire qui, au passage, rappelle qu’il n’a pas pris position pour aucun des trois candidats de son conseil municipal (Jean-Claude Hamon, Jean-Marc Frizot et Sophie Clément).

« Tu es un provocateur » lâche Jean-Marc Frizot de plus en plus irrévérencieux.

« C’est la défaite du vieux monde » lui rétorque le maire.

Un silence pesant s’installe dans la salle du conseil. L’ambiance est plombée. Plus personne ne bronche.

Se pose alors plusieurs questions. Comment Hervé Mazurek et Jean-Marc Frizot pourront-ils encore cohabiter au sein du conseil municipal ? Jean-Marc Frizot ne devrait-il pas créer son groupe d’opposition ou peut-être même démissionner tant sa rancoeur est tenace ?

Le dérèglement politique, l’autre fléau de notre siècle.

Jean Bernard

7 commentaires :

  1. Oui c’est la fin du vieux monde et surtout le fin des cumulards. Frizot cumule beaucoup d’indemnités !

  2. Ite missa est…

  3. Concernant le maire

    Comme dans la chansons de dutronc il a retourné sa veste

    L’honneur est si fragile dans ce nouveau monde

  4. Toujours aussi sympathique Mr Frizot. Bravo Mr le maire pour votre répartie. Mr Frizot (…). Qu’il demissionne!

  5. le maire a démis un ancien élu qu’il a débauché , car il c’est présenté sur une liste concurrente, là , il a mis 3 œufs différents dans le même panier avec une prime au sortant!!! maintenant , ayant fais leurs petits arrangements durant des années, soit ils font semblant, soit cela peut être un concurrent bien informé et il doit montrer son indépendance! la suite peu être intéressante!

  6. une seule chose , il doit demissionner apres tout ce qu’il a dit à l’encontre de Mr le Maire ,plus crédible

  7. Les premiers à avoir régler les comptes de MR FRIZOT ce sont les électeurs et de plus les électeurs de BLANZY….Maintenant au lieu de s en prendre à MR le Maire, il ferait mieux de s en prendre à sa colistière de cette élection Mme CALDERON ….celle ci avec son collègue VERNOCHET AURONT BRILLER PAR LEUR TRANSPARENCE AU SEIN DU CONSEIL DEPARTEMENTAL….
    Je pense meme que certains électeurs ne savaient même pas qu ils étaient leur élus départementaux…..!!!

    alors déjà MR Frizot fait preuve de peu d ànalyse sur sa défaite…….MR Mazureck quand à lui ….il l à plutôt jouée » fine ».,.
    ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.