Tribunal – Deux gilets jaunes, deux affaires bien différentes

Après-midi encore chargé ce lundi 24 décembre 2018 au tribunal de Chalon-sur-Saône: un chauffeur routier allemand arrêté avec près de 60 kg de cannabis, un infirmier qui conduisait sous état alcoolique, un gitan violent avec les forces de l’ordre et les deux gilets jaunes du Magny qui samedi dernier ont été interpellés au moment de l’intervention conjuguée de la police et de la gendarmerie.

Pour Fabienne, l’affaire semblait assez simple en CRPC dite plaider-coupable (comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité) avec outrage à personne dépositaire de l’autorité publique. Elle écopait d’un stage de citoyenneté mais au moment de reconnaître les faits, Fabienne admettait les injures mais pas en direction du commissaire de police. Le « p’tit con » était destiné à un jeune gendarme. Une confusion qui va renvoyer cette femme d’une cinquantaine d’années en audience correctionnelle le 7 février prochain.

Quant à Sébastien, dit le « Daubé », en comparution immédiate, le tribunal lui reprochait des violences sur les forces de l’ordre, notamment d’avoir jeté des boulons et des pierres. Là encore, problème, ou plutôt une difficulté indiquait la présidente du tribunal, Sébastien est placé sous curatelle renforcée de sa mère. La loi prévoit donc dans ce cas là une expertise psychiatrique.

Au passage, la présidente rappelait les antécédents du gilet jaune d’une trentaine d’années, quatre condamnations pour vols et conduite sous stupéfiant entre 2010 et 2017. Par ailleurs, Sébastien est bipolaire et suit un traitement.

Devant ces faits, autant la partie civile que madame le procureur et l’avocat du gilet jaune, maître Vermorel, tous étaient unanimes pour demander un renvoi de l’affaire au 28 janvier 2019 avec une expertise psychiatrique, un contrôle judiciaire, interdiction de détenir ou porter une arme et de se rendre à un rassemblement sur la voie publique.

Alors qui va désormais s’occuper du feu au camp du Magny qui a été reconstruit dans la journée après l’incendie dans la nuit ?

Jean Bernard

Un commentaire

  1. systeme judiciaire complement debile

    n’importe quoi GAV et une fois au tribunal juste pour avoir dit « petit con » à un flic pendant une manif , c’est vraiment n’importe quoi ils ont tous entendus deja au moins 10000000 fois pire sans meme une interpellation . et la justice a vraiment du temps à perdre a faire perdre son temps a tout le monde en la reconvoquant encore une fois a chalon en fevrier. Pendant ce temps certains volent frappent brulent dealent fraudent trafiquent menacent etc…. en toute tranquilite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *