Transport – Les Verts relancent la connexion TER/TGV de la gare Creusot/Montceau

Plus de moyens pour le train en Bourgogne-Franche-Comté.

 

 

Entre Montceau et Montchanin, les voies viennent d’être rénovées.

Communiqué – Avec 30% des émissions, les transports constituent le premier secteur de rejet de CO2. 95% sont dus au routier et à l’aérien et seulement 0,3% au ferroviaire.

En France plus de 7 millions de foyers souffrent de précarité liée à la mobilité, dépendants de la voiture tous les jours pour tout faire. C’est une double peine. La Région Bourgogne Franche-Comté est d’ailleurs la plus touchée des régions françaises.

Face au choc climatique de cet été, l’appel du Président de la République à une société de la sobriété doit se traduire très vite dans les actes.
Dans ce contexte, nous saluons la déclaration du vice-président aux transports de la Région qui partage la position des écologistes : il faut plus de moyens financiers sur la rénovation et la régénération du réseau ferroviaire.

En effet les 2,8 millions du Contrat de Performance entre l’Etat et SNCF Réseau sont nettement insuffisants au regard de l’inflation, de l’explosion du coût des matières premières, du sous-investissement pour moderniser le réseau ces 30 dernières années.

Ce renoncement nous cantonne dans un cercle vicieux délétère : désinvestir, c’est laisser volontairement se dégrader le réseau. Il devient inutilisable et entraine une chute des fréquentations et donc des fermetures des lignes au profit des cars et de la voiture.

Amorçons au contraire un cercle vertueux, à l’image de la Suisse, de l’Allemagne, de l’Italie qui affichent 30% de part modale en faveur du train, contre 10% en France. Ils investissent 10 milliards/an dans la régénération du réseau accompagné d’une véritable politique de l’offre qui a boosté la fréquentation.

Les écologistes refusent que la Bourgogne-Franche-Comté soit une victime collatérale du sous-investissement. En effet, SNCF Réseau, par manque de moyens alloués par l’Etat, envisage une France à deux vitesses : celle des lignes à fort trafic bénéficiant d’investissements, et essentiellement ciblées en Ile de France, et celles des lignes à faible trafic que l’on abandonne.

C’est pourquoi, dans le cadre des échanges consacrés au contrat de plan mobilités entre l’Etat et la Région, nous demandons à l’Etat des moyens pour les lignes Lure/Epinal, la ligne des Horlogers, l’étoile de Paray-Le-Monial et la connexion TER/TGV de la gare Creusot/Montceau/Montchanin.

Enfin, nous interpellons l’ensemble des parlementaires de la Région Bourgogne-Franche-Comté. Ceux-ci doivent à œuvrer, dans le cadre du projet de loi de finances, en faveur des moyens conséquents pour rénover les voies ferrées afin que le train redevienne la colonne vertébrale des déplacements en zone urbaine, périurbaine et rurale.
Claire Mallard, présidente de groupe Écologistes & Solidaires
Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

Un commentaire :

  1. Effectivement il faut trouver des fonds pour rénover les petites lignes ferroviaire. Je pense que l’idée de madame Rousseau (qui je crois est une écologiste ) de ne plus manger de viande, pourrait résoudre ce problème. Il suffit de verbaliser fortement tous ceux qui achètent de la viande . Comme elle l’a aussi évoqué, il faudrait aussi verbaliser très fortement tous les hommes qui ne participent pas aux tâches ménagères du foyer . Madame Rousseau est une visionnaire et je pense que ces idées devraient faire l’objet de réflexions sérieuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.