T’es cap ? Ou Técaps

Le feuilleton Levothyrox s’offre un nouvel épisode avec un guest du nom de Técaps.

Des mois d’errances, de messages contradictoires, de mise en cause de la santé mentale des malades se plaignant, un super reportage qui fait un flop, un mépris profond du laboratoire Merck pour ceux qui réclament des explications ou des dommages et intérêts : les épisodes valent ceux de n’importe quelle série télé.

Merck fabrique toujours en France, Isère, l’ancienne formule (appelée Euthyrox) destinée à l’Italie mais ne veut pas la commercialiser en France.
La ministre tape avec ses petits poings et bon… c’est bien parce que c’est vous… on en remet quelques lots, mais ne faites pas les enfants, c’est fini. Des malades très en colère (365) ont porté plainte et du coup, le 2 octobre 2017, Mme Buzyn a demandé de réintroduire l’ancienne formule. Fin 2018 ce sera fini.

Le Técaps, (Tirosint caps) du laboratoire Genévrier, maintenant autorisé, porte à cinq médicaments, dont celui sous forme de gouttes pour les enfants.

Mais il est intéressant de dire que ce médicament est depuis 6 ans délivré dans une dizaine de pays européens et aux États-Unis où il a semble-t-il déjà fait ses preuves.

Mais qu’est-ce que le Técaps ? Un médicament non fabriqué par Merck, qu’il concurrence donc. C’est une capsule molle en gélatine contenant le principe actif avec pour particularité quasiment pas d’excipients.

Il serait vendu 9€ la boite, pas remboursé pour l’instant, des négociations sont en cours, la demande étant d’atteindre un taux de remboursement équivalent aux spécialités Merck dans ce domaine.

A suivre, donc…

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *