Saint-Vallier – Prime covid aux agents, certains se sentent floués

Denis Beaudot : « Il y a des remous au sein du personnel municipal ».

Quatorze agents du service d’entretien à la ville de Saint-Vallier estiment avoir été oubliés dans l’obtention de la prime covid. Ils ont écrit au maire. Une information relayée par l’opposition.

Le 3 juin 2020, au conseil municipal de Saint-Vallier, a été adopté à l’unanimité d’instaurer une prime exceptionnelle en faveur des agents particulièrement mobilisés pour assurer la continuité de services publics face à l’épidémie de Covid 19 et
conduisant à un surcroit d’activité pour la période du 24 mars au 10 juillet 2020.

Suivaient les conditions d’obtention :
• Agent quel que soit le service ayant été confronté à un surcroit significatif de travail en présentiel ou en télétravail dans le cadre de la gestion ou du fonctionnement des services (augmentation de la durée hebdomadaire)
Les agents en congé maladie et en Asa ne peuvent donc pas en bénéficier
• Les agents qui ont eu une modification importante du planning de travail (travail week-end et jours fériés)
Le montant maximum de la prime exceptionnelle est fixé à 1000 Euros et sera versé en une fois sur la paie de juillet.

Or, au dernier conseil municipal du 23 février, dans les questions diverses, Anita Leclerc au nom du groupe de l’opposition, a demandé à la majorité de rappeler justement ces conditions d’obtention à la prime covid.

Christophe Dumont, alors maire par intérim a simplement mentionné la décision prise le 3 juin 2020. Sans plus.

Denis Beaudot a fait alors état d’un courrier signé par 14 agents du service d’entretien, adressé au maire (lire ci-dessous). « Pourquoi ces agents n’ont-ils pas eu droit à cette prime ? » interrogeait le chef de file de l’opposition.

« Tous les agents qui répondaient aux critères ont eu la prime » lui répondait Christophe Dumont qui ignorait l’existence du courrier.

« Que ceux qui ont subi une injustice puisse avoir une explication » déclarait alors Sandrine Lonak.

Jean Bernard

Nous publions ci-dessous le courrier des agents du service entretien adressé au maire.

 

3 commentaires

  1. Au diable les petites mains

    Y’a t’il un syndicat dans l’avion ?

  2. valloirien en colère

    Qu’est ce que les syndicats attendent pour monter au créneaux ?

  3. Les primes liées au COVID sont souvent une farce. Lors du 1er confinement des personnes rattachées à des hôpitaux qui n’ont aucunement travaillées, jamais été présentes ont perçu des primes, alors que du personnel en EPHAD qui étaient sur la brèche et toujours en postes n’ont rien perçu. Drôle de système.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *