Saint-Vallier – Conseil municipal : les élus se disent les quatre vérités

Alain Philibert

Climat délétère titrions-nous hier pour annoncer la réunion du conseil municipal de Saint-Vallier. Même avec un ordre du jour pourtant « ordinaire », Richard Taiclet s’étonne que des agents des services techniques de la ville appellent Denis Beaudot (opposition LR) pour savoir si la balade gourmande est maintenue ou pas. Première « petite » salve.

La guerre des partis politiques

Denis Beaudot

Richard Taiclet

Arrive le rapport  concernant la convention relative aux demandes de dérogations scolaires. L’élu de l’opposition place alors une attaque à propos des kits scolaires distribués aux collégiens. « Vous n’avez pas le droit de le faire comme vous le faites (…) C’est pour récupérer des voix ». Réponse de Philibert, « la chambre régionale de la cour des comptes n’a fait aucune remarque ». Et première envolée de Richard Taiclet: « C’est un déferlement de mesquinerie qui ira jusqu’en 2020 (les élections municipales). Vous créez une montée de méchanceté monsieur Beaudot, vous le farouche partisan de Wauquiez qui se rapproche de l’extrême droite! »  On s’égare du sujet.

Enveloppé, c’est pesé ! Le ton est donné. « Notre parti est loin de se rapprocher de l’extrême droite contrairement au vôtre que vous soutenez » réplique Beaudot.

« Qu’il nous donne des arguments » s’emporte Taiclet.

Beaudot; « Mélanchon est contre l’Europe ». Le kit au collégien est loin.

Taiclet: « Je suis membre du parti communiste, je suis pour une Europe qui serve le peuple, contre l’extrême droite qui monte en Hongrie, en Pologne… »

Philibert (à Beaudot): « Je n’aime pas la récupération politique. Elle est déjà présente dans notre commune ».

Les question diverses dont prirent connaissance avant le conseil le duo Alain Philibert (maire) et Richard Taiclet (premier adjoint) semèrent la zizanie, surtout sur l’Auberge de la Saule, des Galipotes et de la culture plus généralement dans la commune.

Philibert et Taiclet présentent une ligne de défense intraitable. Les échanges sont féroces, les tacles a la limite du carton rouge. La présence du VAR (assistance vidéo à l’arbitrage) eut été précieuse…

Auberge de la Saule

Thierry Mallot

Thierry Mallot (opposition PS) demande au maire: « Quand et comment allez-vous informer la population sur ce centre de vacances qui pourrait devenir un centre de formation islamique? »

Philibert: « D’abord je n’ai jamais employé le terme projet de centre islamique. Nous n’avons pas à nous baser sur des dires mais sur des choses concrètes ».

Alors nous apprenons que le maire a rencontré Yunus Atak à trois reprises dont la dernière fois le 10 juillet. « Il veut louer le bâtiment à un restaurateur et faire de l’événementiel ». NDLR: reprenez nos articles sur l’Auberge de la Saule, tout y est.

Philibert: « La population peut compter sur nous, nous suivons ce dossier de près ».

La manifestation du 14 septembre

Philibert: « Nous avons été prévenus officiellement de sa tenue le matin même. Logiquement, la demande d’autorisation se fait trois jours avant ».

Beaudot: « Mais vous êtes pour ou contre le projet de Yunus Atak ? Il a quand même fait circuler un flyer (séminaires sur le coran, la charia… sur Facebook) qui dérange la population. Atak nous mène en bateau ! »

Taiclet: « Etre Musulman n’est pas un délit ou alors il faut recommencer les guerres de religion. Ne mettons pas les Musulmans au même rang que Daech  et Erdogan. Je n’ai pas voulu aller à ce rassemblement même si Claude Vermorel (président de la Sentinelle 1905) est un républicain. Je ne voulais pas donner ma voix à d’autres qui ont proféré des insultes D’aucuns font monter la peur. Soyons prudents et respectons toutes les religions ».

Beaudot: « La Saule c’est autre chose, Yunus Atak est président de Millî Görüs, une association islamique turque ».

Philibert (il revient sur la manif): « Je n’ai jamais été associé et convié par le président (Claude Vermorel), un président qui d’ailleurs ne donnait la parole à personne (sur la place Salengro). C’était un monologue. J’ai vu les photos dans la presse, c’est de la récupération politique ».

Décidément, les élus apprennent énormément de choses par la presse, notamment l’arrivée du nouveau directeur délégué à l’hôpital de Montceau, en la personne de Nicolas Ridoux. « Le nouveau directeur ne s’est même pas présenté à la commune de Saint-Vallier » regrette Alain Philibert, maire et membre du conseil de surveillance de l’hôpital.

Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau et présidente du conseil de surveillance a eu le privilège de recevoir Christine Ungerer, directrice du GHT (groupement hospitalier de territoire) accompagné de Nicolas Ridoux. Un oubli ou un choix ?

FIN DU PREMIER EPISODE. A SUIVRE…

Jean Bernard

Un commentaire

  1. image avec denis baudot il manque une personne peut être un oubli??????????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *