•  

Saint-Vallier – Alain Philibert, les émotions à fleur de peau

A Saint-Vallier, rien ne se passe comme ailleurs. Tout est séquence à la poésie ou à la dramaturgie. Au  conseil municipal, on s’aime autant qu’on se déteste. La politique divise, on ne se fait aucun cadeau mais quand le malheur frappe l’un des siens, il se dégage une onctuosité avec des mots doux qui apaisent la douleur.

Ce mercredi soir, à la salle Raymond Devos, Alain Philibert préside le conseil municipal. Un événement. Sa dernière apparition  remonte au 31 août 2020 avant de connaître une terrible fin d’année. Son épouse, Rose, décède du covid alors qu’il est lui-même hospitalisé pour les mêmes raisons.

Ses premiers mots, à l’adresse des conseillers municipaux, sont empreints d’une profonde reconnaissance. Il est heureux de se retrouver parmi les siens. Quant il prend la parole, c’est son coeur qui parle et rien d’autre. Chacun sait, Alain Philibert revient de loin, de très loin.

« J’ai été hospitalisé cinquante jours, j’ai subi trois interventions chirurgicales et j’ai perdu 20 kilos ». Sa voix s’étrangle, l’homme est très profondément ému. Comment peut-il oublier ses nuits de cauchemar qui, à cet instant, remontent à la surface. Sa souffrance est bien visible, il ne cache rien. Sa chair est meurtrie, son âme cabossée, sa vie déboussolée.

« C’était aujourd’hui l’anniversaire de Rose »

Dans ces conditions, il a le choix, se morfondre, s’apitoyer sur son malheur et tout laisser tomber, s’en remettre à la providence ou se relever. Vivre et même revivre après un tel cataclysme, lui redonne cette force de « se mettre debout ». Dès le 1er mars, Alain Philibert est de retour. Il est à peine reconnaissable mais il est là. « J’ai besoin de reprendre mes activités au sein de la commune. Rose m’aurait encouragé, elle savait que pour moi, c’est une passion ».

Il aurait pu effectivement renoncer, « certains d’ailleurs m’avaient enterré un peu vite » glisse-t-il au passage ». Mais il s’est battu, pour lui, en mémoire de Rose, sa famille, ses enfants, la commune et le canton. Il n’oublie personne, surtout pas Christophe Dumont, son premier adjoint qui la suppléé, « il a été remarquable et efficace » avec le soutien de l’exécutif et de la majorité.

II ne leur dira jamais assez merci comme à ces six cents familles qui lui ont témoigné toute leur affection. Jamais il n’oubliera également ces personnels soignants des hôpitaux de Montceau et de Chalon-sur-Saône. « Ils ont été remarquables, je leur dois beaucoup. Ils ont été compétents, efficaces, gentils. Nos hospitaliers méritent davantage de moyens humains et financiers ».

Christophe Dumont attendra la fin du conseil municipal, _ il n’a pas osé s’exprimer après les paroles du maire tant l’émoi était fort _  pour lui témoigner sa gratitude. « C’est pour nous une grande émotion de te retrouver. Nous avons tous été bouleversés par le drame et les conséquences de ce virus. Ce soir, nous avons une pensée particulière pour Rose. Nous sommes avec toi, tu n’es pas seul ».

Alain Philibert retient ses larmes. Il pense très fort à Rose. « C’était aujourd’hui son anniversaire ».

Jean Bernard

3 commentaires

  1. Bordet francette

    C avec plaisir qu’ on retrouve notre maire….une pensée pour lui..Après toutes ces épreuves….bravo pour tout ce qu’ il fait pour la ville..

  2. Bon retour à vous Alain dans votre Mairie, mais cette force, ce courage je suis certaine que c’est Rose qui, là où elle est, vous a aidé.

  3. je vous souhaite le meilleur pour la suite et Rose sera toujours près de vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *