Rotary club Montceau – Une passion, deux lauréats

Remise du « prix du Travail Manuel 2018 » au siège du Rotary Montcellien. Deux lauréats de choix pour ce prix intitulé « Passion Mécanique » : François Gambut et Flavien Racine.

Commençons par le benjamin, Flavien Racine.
Des culottes courtes à la maturité cet homme à tout désossé, démonté, remonté, réparé. Le virus était inoculé dès le premier jouet à autopsier. D’horloges qu’il remet à l’heure, de caisses enregistreuses à qui il guérit les calculs, Flavien a une passion la « babasse », ce que nous appelions le billard électrique et les américanistes d’arrière salle de bistrot, le flipper.
Il en monte, démonte sans jamais faire tilt. Autodidacte qui « claque » les parties gratuites et amène du plaisir aux amateurs, Flavien a quitté les enregistreuses de la limonade pour se lancer dans le grand art de la restauration, de la seconde vie, du souffle nouveau d’engins voués au chômage et la déshérence depuis longtemps.
Il mérite le terme d’orfèvre car il forge de nouvelles pièces, repeint, recrée les décors et tout le toutim.

François Gambut c’est l’œil, la main et l’oreille au service de la mécanique d’anthologie.
Passion née en visionnant très jeune le film d’Henri Verneuil (1964) « 100 000 dollars au soleil » avec Jean-Paul Belmondo, Lino Ventura, Bernard Blier, Gert Fröbe, Andréa Parisy.
Pas une passion pour les acteurs mais pour la vraie vedette du film, le camion articulé Berliet rouge TLM 10 M2 Transsaharien.
Sans même couler une bielle d’impatience il est allé trouver Môssieu Paul Berliet à Lyon (dernier PDG avant la refonte en régie Renault) et obtient de lui les 15 plaques des moteurs des engins ayant servi au film.
15 ans, il mettra 15 ans pour sortir un de ceux-ci de son cimetière d’éléphants et le ramener à la vie. Maintenant il a 40 véhicules dans son musée des usines Aillot à Montceau.
La modestie des gens de passion laisse souvent sans voix, mais leurs panégyriques furent faits ce jeudi 1er mars par Michel Baussier et Germaine Foucherot.
Cette dernière vantant leur sauvegarde du patrimoine, leurs passions et leur décernant le titre et les lauriers de « Bricoleurs de génie »

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.