•  

Automobile – Rallye de la Châtaigne : Team Vaison, au nom du père et du fils

Christophe Vaison sur sa Ford Fiesta WRC.

Mathias Vaison au volant de sa nouvelle C3 R5.

En réalité, ce samedi 22 août, ils seront trois du team Vaison à prendre le départ du 49e rallye de la Châtaigne. Christophe Vaison sur une Fiesta WRC, son fils Mathias à bord d’une C3 R5 et « Benoît Chavet dont ce sera la première course sur BMW M3 en VHC (véhicule historique de compétition) » souligne celui qui, quelques années en arrière, survolait la Châtaigne de son coup de volant magique. « J’ai dû le courir, je ne sais pas entre 15 et 20 fois et le gagner 6 ou 7 fois », dit-il aujourd’hui avec un certain détachement.

En principe, quand Christophe Vaison prend le départ d’une épreuve, c’est pour la gagne, pas pour y faire de la figuration. Cette fois-ci, toutefois, « avec Mathias, on y va pour se faire plaisir après de longs mois sans rouler » explique-t-il.

Alors, père et fils vont devoir retrouver le rythme, le coup de volant. Mais attention, une fois la combinaison enfilée et le pied sur l’accélérateur, ils peuvent surprendre. « On manque de roulage et même viser le top 10 sera difficile » avoue Christophe qui s’élancera avec le numéro 1 et partira avant tous les autres. A lui de faire la trace sur des routes sales ce qui n’est pas un avantage.

La Châtaigne, Christophe Vaison en garde de bons souvenirs surtout quand il avait lieu à l’automne, au moment des châtaignes sur les spéciales qui empruntaient les chemins glissants du Mont Beuvray, traversaient La Taganière ou Uchon, « des spéciales magiques » se souvient-il.

Mathias, heureux de retrouver la compétition

Cette année, le rallye organisé par l’ASA Morvan bat tous les records de participation (250 engagés) parce que la saison a été totalement chamboulée par la crise du covid-19 et l’est toujours. D’ailleurs, « nous avons seulement droit à quatre mécaniciens par voiture » souligne Christophe.

Ce week-end, Mathias va étrenner sa nouvelle monture chaussée en Pirelli. Après la Skoda Fabia R5, le voici dans la baquet d’une Citroën C3 R5, toujours une quatre roues motrices. Son dernier rallye remonte déjà à septembre 2019. « De reprendre, ça va faire du bien » lance-t-il avec un large sourire.

Père et fils ont roulé en essais privés, du côté de Perrecy-les-Forges et de Dijon. Sera-ce suffisant pour se mêler à la bagarre ? « Le plateau est énorme, alors on verra après la première boucle » précise le dernier vainqueur du rallye des Gueules noires en 2019. A la Châtaigne, il a flirté avec la victoire en trois participations (5e, 2e il y a deux ans et 3e l’an dernier).

Mathias Vaison sur Citroën n’a rien d’étonnant. « Vaison Sport travaille pour la marque aux chevrons. Nous réalisons les berceaux avants des C3 (ce qui tient le train avant) et nous faisons également des pièces pour PH Sport (leader français de la préparation et de la location de voitures de rallye et notamment des Citroën) » stipule, non pas le pilote mais le patron, Christophe Vaison.

Samedi, à 9h18, la numéro 1 ouvrira le bal. Au volant de sa Fiesta WRC sur Michelin, Christophe Vaison alors que le fiston s’élancera avec le numéro 6. Une première journée qui sera sans doute disputée sous la pluie. Voilà qui rappellera des souvenirs au papa.

Jean Bernard

 

Un commentaire

  1. Un bel article sur le rallye ça fait plaisir. Mais des erreurs se sont glissées dedans Benoit Chavet et non Bernard et même si Christophe Vaison part avec le numéro 1 il va partir après les VHC qui seront plus de 50 donc pour ce qui est de faire la trace c’est pas trop le soucis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *