Montceau – Travaux d’isolation sur trois bâtiments au Plessis, aux locataires de se prononcer

Chaque année c’est la même chose, dès que la température extérieure baisse à l’approche de l’hiver, les locataires de l’OPAC au Plessis à Montceau-les-Mines grelotent. Impossible de toute manière de chauffer _ quand le chauffage est mis en marche _ au-delà des 19 degrés, d’autant plus que les bâtiments sont de vrais passoirs énergétiques. Le problème est insoluble.

Il existe pourtant une solution, celle d’entreprendre des travaux de réhabilitation thermique par l’extérieur. Aujourd’hui, précise Nicole Merliaud, présidente de l’amicale CNL (Confédération Nationale du Logement) du Plessis groupe de soutien et de défense, « trois bâtiments sont concernés, G,H, J, soit 166 logements ».

Pour l’heure, ce n’est qu’une proposition de l’OPAC à laquelle doivent adhérer au moins la moitié des locataires pour qu’elle soit validée d’ici le 5 février 2021.

Ces mêmes locataires avaient d’ailleurs refusé une première proposition du bailleur pour des travaux de réhabilitation beaucoup plus importants qui concernaient à la fois des travaux intérieurs (des appartements) et l’habillage thermique des façades. Des travaux qui occasionnaient une hausse des loyers qui parfois atteignait 100 €, la moyennes étant autour de 50 €. « C’était beaucoup trop, notre association avait d’ailleurs dit non » indique la présidente. Le montant total de la réhabilitation se montait à plus de 6 M €.

Une hausse des loyers de 6 %

Cette fois-ci, la nouvelle proposition de l’OPAC porte seulement pour les travaux thermiques et énergétiques qui « devraient réduire sensiblement la perte de chaleur dans les bâtiments G,H, et J » ajoute-t-elle.

Mais avec cette pandémie, l’association a supprimé ses permanences et espère par l’intermédiaire de la presse, toucher les locataires et les informer.

Alors qui dit travaux dit hausse de loyer, c’est inévitable. Ils se montent à 3 291 300 € soit 19 827 € par appartement. Ainsi, la hausse prévue est de 6%, soit une moyenne par logement de 18 € chaque mois à partir de la fin du chantier qui devrait débuter en septembre et s’échelonner sur 16 mois sachant toutefois que les loyers ont déjà augmenté de 0 .66 % depuis le 1er janvier de cette année.

Ceci dit, les travaux « devraient pouvoir générer une économie de 10 € sur les charges » avance Nicole Merliaud. Cela reste encore à vérifier.

Pour sa part, l’association est favorable à ces travaux thermiques. Il manque l’accord des 166 locataires qui ensuite, après le 5 février, en cas d’avis favorable, auront encore deux mois pour se décider.

Pour des appartements mieux chauffés et donc une meilleure isolation, ces travaux paraissent inévitables. Ce ne sera pas un luxe.

Aux locataires de décider.

Jean Bernard

Le financement des travaux : 

Prêt de l’Etat : 1. 9 M €

Subvention de la CUCM : 830 000 €

Fonds propres : 329 000 €

exonération TFBF : 169 000 €

Reprise des permanences : 

L’association CNL  GSD reprend ses permanences à compter du 4 mars de 16h à 17h30 (les 1er et 3e jeudis du mois) au bâtiment H.

 

3 commentaires :

  1. L’augmentation des loyers devrait être calculée sur le coût des travaux, duquel on déduirait l’économie d’énergie prévue, et bien sûr étalé sur la durée de vie de ces travaux.
    Donc pas seulement sur le coût des travaux, mais aussi sur l’économie qu’ils apportent.

  2. Max oui , mais tous le monde n’ouvre pas les fenêtres de la même façon par jour,

  3. Les bâtiments au bois Garnier c’est la même chose.
    Des passoires énergétiques inchauffables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.