Montceau/Saint-Vallier – La visite du ministre du travail, Elisabeth Borne en images

Il est plus agréable et valorisant pour une commune d’accueillir un ministre que voir une manifestation contre la fermeture d’une entreprise.

Ce vendredi 28 mai 2021, Montceau-les-Mines a reçu la visite de madame Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Dans les locaux d’AGIRE, Elisabeth Borne a échangé avec 13 jeunes en Garantie Jeunes, signé des contrats PEC (Parcours Emploi Compétences) et a apposé sa signature au bas de la convention pour l’emploi des jeunes de la communauté urbaine Creusot Montceau.

A Novium, à Saint-Vallier, madame le ministre a visité l’atelier de maintenance, rencontré des apprentis et des formateurs avant de rejoindre l’hôtel de ville de Montceau où Elisabeth Borne a déjeuné avec des jeunes apprentis, en service civique, PEC et du dispositif, 1 jeune 1 solution. Nous y reviendrons.

J.B.

27 commentaires

  1. Mais ? Mais oui, c’est elle !!! C’est la ministre qui contribue à détruire le code du travail, à réformer l’assurance-chômage et à prendre les travailleurs pour des’ gueux !!
    J’espère que les jeunes ont conscience qu’elle est là juste pour les photos et dans le cadre des élections. Non car on est d’accord que c’est son gouvernement qui est responsable de la hausse de la précarité chez les jeunes !!! Vous lui avez montrer les photos/vidéos d’un peu partout en France avec les files d’attente de plusieurs centaines de jeunes qui vont chercher à manger aux restos du cœur ?
    Quel avenir pour la jeunesse ? Tant qu’on aura ce gouvernement (et ce modèle de société libérale et capitaliste), on en aura aucun !!

    • Jeune homme , vos déclarations n’engage que votre petite personne. Vous déclarez des choses sans beaucoup de valeurs réels. On peut aussi montrer les photos des GJ qui détruisent l’Arc de triomphe , qui mettent le feu à une Préfecture ou qui utilisent un chariot élévateur pour forcer la porte d’un ministère.
      Heureusement que l’on a un gouvernement qui lors de cette pandémie a protégé et aidé les Français qu’ils soient de n’importe quel parti . Oui il y a des réformes qui sont nécessaires pour moderniser le pays et le rendre encore plus fort en Europe et dans le monde .

      • Car pour vous, casser le code du travail, créer de la misère, c’est nécessaire ? Wouah !! Et vous vous prétendez républicain ?

        • La misère en France !!!!!

          LOL

          Faudrait peut être penser à sortir du bassin minier, et aller voir ce qu’il se passe en Afrique, en Asie et en Amérique du sud avant de parler de misère !

          Vous allez bientôt pouvoir voyager, prenez votre sac à dos, et allez visiter le monde, cela vous éclairera sur votre condition en France !

  2. En temps qu’écrivain on peut se demander ce que vous pouvez proposer et qu’est-ce que vous pouvez bien connaitre du monde du travail et de l’industrie….Tant que l’on continuera de matraquer les entreprises de charges ,comme on le fait depuis 40 ans ,elles continuerons de fermer..et ce n’est pas fini..pas de société libérale et capitaliste dites-vous..savez-vous au moins ce qu’est le capitalisme..ce qu’est une entreprise,son but et comment elle fonctionne…Vous êtes partisan du:le changement c’est maintenant…on a vu le résultat..on a fait croire aux Français qu’ils pouvaient vivre sans travailler…!!!

    • Alors, écrivain c’est pas mon métier à plein temps. Le monde du travail, je connais. J’ai travaillé 4 ans pour une collectivité. Dans ma famille, il y en a qui ont et qui bossent encore dans l’industrie. Donc autant dire que je sais comment ça marche malgré tout. Et puis ça veut dire quoi ce raisonnement ? Les écrivains et autres métiers de ce genre ça compte pas pour du travail ?
      Vous dites que l’on doit arrêter de taxer et faire payer des charges aux entreprises ? Aux petites oui, les grandes en revanche doivent raquée !! Et les actionnaires qui vont avec !!!

      Si je sais ce qu’est le capitalisme ?

      – « Régime économique et social dans lequel les capitaux, source de revenu, les moyens de production et d’échange n’appartiennent pas à ceux qui les mettent en œuvre par leur propre travail. » Ceci est une définition générale.

      – D’après Marx : « Le capitalisme est un système politique, économique et social dont le principe fondamental est la recherche systématique de plus-values obtenues grâce à l’exploitation des travailleurs par les propriétaires des moyens de production et de distribution. »

      – Pour Proudhon, le capitalisme est le règne d’une extorsion invisible, d’où en partie, l’énonciation par Proudhon, de la célèbre phrase « la propriété c’est le vol ». … Le propriétaire du capital empoche la différence; Ce surplus est le profit capitaliste, que Proudhon appelle «l’aubaine».

      – Bernard Friot considère que le système capitaliste voit le travail uniquement dans le cadre d’un emploi, c’est-à-dire une relation de subordination entre un employeur ou un actionnaire et d’un employé

      Pour moi le capitalisme est l’exploitation de l’être humain dans l’unique intérêt de faire du profit sans prendre ce dernier (l’humain) et son environnement en considération. C’est la négation du travail réel, c’est la construction des classes sociales et des inégalités entre celles-ci, c’est celui qui plante les graines de l’extrême-droite, c’est la destruction de la Vertu et de la Morale en société, c’est la course à l’argent et peu en importe le prix……bref c’est la cause de toute la misère, toute la souffrance, c’est l’origine de tout ça.

      • bonjour, oui vous n’êtes pas « écrivain » ou vous avez « un type qui écrit sous votre nom » à voir les fautes de Français dans votre post, rassurez vous je fais également des fautes mais ne suis pas écrivain.
        pour vous le capitalisme c’est l’exploitation de l’Homme par l’Homme, pour avoir combattu le communisme et son mur de la honte je peux vous affirmer que votre système souhaité c’est aussi l’exploitation de l’Homme par l’Homme. vous êtes convaincus , vos idées sont les bonnes, alors chantez tout les matins la chanson de GABIN,  » je sais, je sais que je sais » c’est le fils d’un père communiste et d’une Mère Chrétienne qui vous le demande gentiment.
        GZOV

        • Je tiens à vous répondre que si. J’écris sous mon nom. Les livres que j’ai fait, je les ai sortis en mon nom, je les ai écrit de A à Z. Des fautes, j’en fais, oui, en commentaire peut-être car contrairement à mes textes (poésies, histoires,…), je ne fais pas relire mes commentaires. Je suis écrivain mais à mes heures perdues. Ce n’est pas ma profession (pour le moment).
          Vous parlez de communisme ou de l’URSS ? Car l’URSS est la négation et l’usurpation de l’idéologie communiste. Comme je dis à d’autres, lisez les écrits qui en parlent objectivement.

        • @Labaraque,

          Coluche disait, le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme. Et le communisme, c’est exactement le contraire !

          LOL

          Enfin, ce n’est pas comme si les communistes avaient massacrer des millions d’êtres humains parce qu’ils ne pensaient pas comme eux !

          LOL

          • Et les morts du au capitalisme ? On en parle ? 100 millions de morts !!!

            Source : Le Livre noir du capitalisme

      • Accepter d’être ouvrier salarié, n’est ce pas mettre son corps et son esprit à disposition d’un employeur ?
        Choquant mais bien réel.
        La solution n’est elle pas de devenir indépendant….et exploiter les autres, ne serait ce que par le RSA, car il faut des ressources pour vivre non ?
        Que sont devenues les « républiques » collectivistes, qui exécraient le capitalisme ?

      • Non désolé les plus values sont faites pour payer le loyer de l’argent des actionnaires..et événtuellement si l’entreprise est compétitive sur les marchés et s’il y a de la demande de fabrication par exemple elle va donc investir et donc embaucher..mais comme les Français n’ont pas du tout l’esprit entreprise…..!!!!!
        Vos auteurs gauchistes cités ci-dessus je ne les lis pas…et surtout ils ne m’inspire pas du tout….et çà ne m’étonne pas que la FRANCE soit descendue bien bas..depuis les gouvernements de gauche..40 ans et plus…!!!

  3. C’est bien beau les conventions de toute sorte, mais qui pense aux jeunes qui n’ont rien pour se déplacer pour faire une formation ou un stage .
    Qui pense qu’ils n’y a même pas de bus dans nos « coins perdu » !!!

  4. Gaetan du Plessis

    Ne serait ce pas M.Gauvain? Un revenant !!!! Il a trouvé le chemin de Montceau ? A part se montrer quand un ministre viens,il fait quoi concrètement ?

  5. C’est votre vision des réformes , et pour ce qui est de créer de la misère , j’ai l’impression que votre carrière politique va s’arrêter avant d’avoir commencée car opposer en permanence les personnes qui osent en créant des entreprises et les salariés n’est pas très porteur . Vous n’avez pas compris que dans une entreprise , il faut des salariés à tous les étages , un directeur, des techniciens , des chefs d’équipe ,des ouvriers des manœuvres , des commerciaux , etc. et que tous tirent dans le même sens pour qu’il y ait des ventes , des bénéfices et donc pérenniser l’entreprise pour que chacun puisse avoir un salaire à la fin du mois.

    • bonjour, j’irai plus loin l’Economie devrait faire partie du programme au même titre que la sexualité, les maths, le Français à l’école, pourquoi des actionnaires, pourquoi des Patrons, pourquoi l’organigramme dans l’entreprise, pourquoi une entreprise, pourquoi un Artisan, pourquoi et comment le travail, etc…. j’arrête là les grands discours font les petites journées aurait dit mon Compagnon « André le Normand » qui a fait de moi un Artisan reconnu , qui a formé des apprentis pour les emmener le plus loin possible, CAP,BEP, et Bac pro….j’en suis très fier
      GZOV

      • Et heureusement que les patrons sont là pour donner du travail. Car sans les travailleurs pas de RSA. J’en entends déjà qui vont dire be n’allait pas travailler ! Mais si certains ne mettent pas les mains sans le cambouis et aident les petits patrons à maintenir l’emploi, comment vivront ce qui sont sans emploi ?

        • Tout à fait, il faut de tout à tous les étages.
          Le grain de sable se cache en fait dans les détails : la répartition des dividendes entre le Capital et le Travail. (Décidée par qui d’ailleurs?)
          Quels sont les montants réinvestis en production? donc en emploi?
          Quels sont les montants utilisés en produits de luxe et qui tournent en vase clos? Est-il indispensable d’être l’unique propriétaire d’une quinzaine de golfs ou d’une centaine d’hôtels par exemple?
          Quels sont les montants investis en recherche et développement? En préservation et dépollution de la Planète? En activités réellement utiles au Bien-Être Humain? En exploration spatiale?
          Quels sont les montants des dividendes versés aux actionnaires même quand l’entreprise fait des pertes? (la règle du jeu ne voudrait-elle pas qu’en cas de pertes, de déficit, eh bien ne soient pas versées de dividendes? car combien d’artisans, de commerçants ne se payent pas de salaire ou si peu pour faire survivre leurs entreprises? On dirait que la règle n’est pas la même partout!)
          Qui vient en fait à la rescousse des entreprises en perdition? (Recapitalisation des banques sauf une (Lehmann Brother) au Krach de 2008 ou dit autrement « Privatisation des profits, Nationalisation des pertes » (voir le projet « Hercule » pour quel résultat?).
          Oui, le libéralisme dans sa définition première a beaucoup d’avantages (cf. Raphaël ROSSELLO). Et oui, l’ultra-libéralisme dérégularisé que nous vivons actuellement n’est pas porteur de bien être futur que nous attendons toujours depuis cette promesse des années 1970. Il a alors besoin de règles pour que les Humains respectent les contrats (cf Hobbes) dans un équilibre total les uns envers les autres et envers les ressources planétaires. D’ailleurs les États-Unis sont en train de prendre ce virage bien avant nous encore une fois…..
          Quant aux impôts, ils permettent de ne pas rédiger un gros chèque quand on inscrit ses enfants à l’école, ou quand on subit une opération chirurgicale, ce qui est envié de bien des pays. Une réforme organisationnelle n’est pas une réforme structurelle. « La fracture sociale » qu’il disait en 1995! Toujours d’actualité?

          • L’objectif d’une entreprise privée n’est pas de créer de l’emploi mais de faire des profits.

            Permettez à l’entreprise de gagner de l’argent pas vos compétences, et vous aurez un travail et donc un salaire.

  6. Journée séduction sous un soleil radieux en Saône et Loire entouré d un pare terre en admiration (on se demande bien pourquoi) bref ! d élus locaux. Ou étiez vous Madame La Ministre lors des fermetures des usines de Saint vallier et Montceau au printemps dernier? Votre silence assourdissant résonne encore! Mais visiblement les élus locaux ne vous en tiennent pas rigueur ! Il ne faut pas gâcher la fête sous ce beau soleil afin d espérer briller dans le futur gouvernement de 2022 si cette majorité était réélue.

  7. À Tartufferie :
    Ah, si cela était si simple! Sauf que les profits ne sont pas illimités. Dans un Monde aux frontières tracées (les limites des disponibilités des matières premières terrestres), il est impossible de créer des profits à l’infini, car les investissements d’aujourd’hui avec les moyens adéquats font les profits de demain mais aussi leurs déchets (usure des matériaux jusqu’à épuisement).
    L’argent, l’économie est en fait un circuit. Un échange multi-connecté en fonction des besoins individuels et collectifs. Le premier problème est le bloquage de ce circuit par une partie de la population au détriment d’une autre.
    Car il faut bien un moment que ces profits soient réinjectés dans l’économie réelle, or cela semble moins le cas depuis quelques décennies. Faire des profits n’est qu’une étape et pas une fin en soi. C’est lorsqu’on en fait une fin en soi que la machinerie économique se grippe.
    L’autre problème est aussi quand l’argent est réduit à un chiffre sur un bout de papier, déconnecté des biens réels et concrets. Cela semble être vers ce mur que tend la financiarisation hors-sol accélérée de nos bourses et boursicoteurs.
    Il y a une grande différence entre investir pour faire vivre une entreprise, la pérenniser, veiller à son bon fonctionnement, sa fluidité, son utilité sociale etc…. et investir pour trouver une plue-value rapide sans se soucier de la réalité pérenne de l’entreprise investie, quitte à gonfler artificiellement les chiffres des dividendes, décoréler ces chiffres au bilan réel et fabriquer incessamment des bulles et des krachs.
    Entre 1950 et 1970 et l’avènement de l’économie libérale et régularisée : aucun krach
    Depuis la dérégulation de 1970, nous enchainons sans arrêt les crises boursières.
    Lorsque des accidents surviennent sans arrêt, peut-être est-ce bien le disque dur qui est défectueux?
    https://www.andlil.com/guide-des-krachs-boursier/

    • Et je suis stupéfait de voir l’évolution incroyable réalisée dans nos pays « évolués ».
      Incroyable de voir une économie développée qui survit (de moins en moins bien) avec si peu de producteurs de biens réels face à une telle quantité de « bénéficiaires ».
      Mais comment reparamétrer le disque dur au niveau global ?
      Et si nous assistions à une dégénérescence naturelle, dans l’esprit de ce qu’ont théorisés M. Lovelock voire M Darwin ? Une adaptation mécanique qui conduirait imparablement à un rééquilibrage ?

      • Si on regarde la trajectoire planétaire depuis quelques millions d’années, et si on considère que le Monde se porte bien lorsqu’il met en oeuvre un équilibre hémostatique (régulation de la température pour une santé optimale, régulation des Forces pour les équilibres des systèmes Solaires……), alors oui, nous sommes bien dans une phase de rééquilibrage darwinien en direction de la « décroissance » (retournement de l’espérance de Vie, diminution des richesses), c’est-à-dire que nos excès passés sont « corrigés » par la Nature Elle-même sans nous demander notre avis.
        Mais un autre philosophe intervient pour que cette correction se fasse en douceur et en conscience, une sorte d’atterrissage sécurisé qui permettra d’éviter les Crises sociales et politiques, voire les guerre civiles, c’est Hans Jonas et son « Principe de responsabilité ». Cette responsabilité étant proportionnelle au pouvoir détenu (symbolique, monétaire, hiérarchique). Si les Responsables ne le deviennent pas enfin, et ne cessent d’être des « enfants capricieux », alors les Crises seront terribles et dépasseront les citoyens modestes qui en paieront toujours les premiers le prix fort, mais impacteront finalement les seconds « les élites », car ne pouvant plus compter sur les forces de travail alors disparues. Il est encore tant d’agir pour éviter le mur!

  8. Merci pour cette réponse argumentée et enrichissante, Philo.

    • Je vous en prie, c’est un réel plaisir pour moi d’essayer de transmettre et de partager ce que j’apprends et essaie de comprendre jour après jour.
      Michel Serre a dit (je cite approximativement et l’adapte à ce format) : « si je donne 1 euro contre une baguette de pain, le boulanger a gagné 1 euro mais a perdu sa baguette, le client a gagné une baguette mais perdu un euro. Il y a donc échange à sommes nulles.
      Par contre, si je transmets une connaissance, le lecteur a gagné un savoir, et le locuteur n’a rien perdu, il y a donc enrichissement général ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *