Montceau – Saint-Vallier – Konecranes, c’est encore très flou

Montceau, salle des Syndicats : assemblée générale des salariés de Konecranes suivie d’une conférence de presse.

«Vous avez gagné une éclatante bataille, mais il vous reste à gagner la guerre » explique Ralph Blindauer l’avocat choisi par les salariés qui ajoute: « Sauver l’emploi au lieu d’accepter des chèques valises ».

Assemblée générale tenue dans la grande salle du Syndicat des mineurs pour une intersyndicale qui se dit très soudée. (CGT, SUD, CFDT).

Ralph Blindauer explique aux salariés que c’est leur combat mais aussi les erreurs de Konecranes qui ont permis le retrait du PSE et la promesse d’une réunion consacré à l’avenir du site !

La guerre est loin d’être gagnée car il reste à assurer l’emploi, la sauvegarde de l’entreprise. La direction Finlandaise de Konecranes a pris acte de sa défaite mais entend garder la main par deux initiatives.
Mettre en place des tables techniques autour desquelles les salariés et les représentants de l’entreprise dialogueraient. Les syndicats, les salariés, les juristes se posent des questions simples : coproduire peut-être, prendre la coresponsabilité de ce qui se passera ensuite, sans doute non.
Ils souhaitent l’ouverture de l’ensemble des dossiers et documents dans une totale transparence. Pour cela il faudra se rendre à Markaryd en Suède. Ralph Blindauer ira avec les experts devant d’examiner toutes les pièces mises à disposition. Il aimerait emmener aussi des salariés.

Ces propositions suscitent les interrogations des salariés et de leurs conseils. La société Konecranes aurait dû déjà mettre en place trois consultations :
_ Orientations stratégiques
_ Politique sociale
_ Situation économique de l’entreprise
Jamais ces consultations n’ont été faites alors qu’elles sont rendues obligatoires par la loi et, à la place, l’entreprise propose des rencontres informelles dont on ne connaît pas les finalités réelles.
L’entrevue à Markaryd est prévue le 5 mars prochain, cela laissera forcément peu de temps pour les experts.

La directrice du site de Saint-Vallier se dit attachée au maintien de l’unité de production. Mais dans le même temps les Finlandais n’entendent pas rapatrier de la production depuis la Suède et miser sur un renforcement du commercial.

Les salariés restent très motivés, leurs conseils ont fixé le cap… à suivre, rien n’est encore définitif dans cette lutte…

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.