Montceau – Premier éclairage sur le premier salon de la photo

L’image. Le monde a toujours été et l’est encore comme jamais il ne l’a été, omnibulé par l’image. Déjà à la préhistoire et la grotte de Lascaux en est la preuve, elle ornait les murs. L’image d’un autre temps.

De la pellicule s’est déroulée, le numérique a débarqué et la photo s’est démocratisée. La photo pourtant reste un art, un grand art. Il existe de grands artistes comme il existe de grands photographes dont les photos sont des oeuvres.

Lionel Souci est photographe à Montceau-les-Mines. On ne le présente plus. Aussi, lui et deux de ses amis photographes, Guillaume Segaud de Gueugnon et Pascal Bisceglia d’Autun, ont-ils eu l’idée en peu de temps, de mettre au point un salon intitulée « La nature et la faune sauvage » qui se tiendra les 15 et 16 juin 2019 aux Ateliers du Jour à Montceau. Pour ce faire, ils ont même créé l’association Esprit d’image.

Chacun des photographes invités _ Franck Fouquet, Jean-Pierre Nicolini, Christophe Jobic, Gilles Duperron, Eric Mary, Corinne Robert, Pascal Bisceglia et Guillaume Segaud _ présentera une douzaine de clichés. Quant à Lionel Souci, sur son stand il sera possible d’emprunter du matériel Canon et Olympus et le tester directement pendant les deux jours d’exposition.

Ce salon de la photo de cette nature est donoc une première sur Montceau-les-Mines. Outre les photographes-artistes, « il accueillera également les clubs photos de la région » précise Lionel Souci. Il est même prévu que la SPA y tienne un stand. L’animal y sera donc en vedette également.

Jean Bernard

Aujourd’hui nous vous présentons l’un des photographes présent au salon.

Franck Fouquet

Après avoir suivi un cursus universitaire en Droit, au terme duquel, il obtient un Diplôme d’Etudes Approfondies, Franck
Fouquet commence à travailler comme juriste au sein d’une très grosse société.
Bien vite, il s’aperçoit qu’il aspire à autre chose. Il décide de tout quitter afin de vivre sa passion du voyage et de la photographie.
Sa première destination sera l’Afrique.
Au terme d’un long séjour passé seul dans la brousse kenyane, Franck Fouquet ramène ses premières images de l’Afrique.
Son chemin croise alors Robert Thuillier, photographe grand spécialiste de l’utilisation du diaporama et auteur de nombreux livres à succès. Aussitôt, celui-ci lui conseille de présenter son travail auprès de grandes agences photographiques. Très vite, les
premières ventes de ses photos arrivent. Les magazines demandent au jeune photographe d’écrire le texte d’accompagnement de ses photos. Cela deviendra pour lui la règle.
Quelques mois plus tard, alors que Franck Fouquet repart en brousse en quête de nouvelles images, les éditions Nathan lui proposent de réaliser son premier livre. Ce sera « Haya Safari ! Une journée au Masaï Mara ». Ce premier livre connaîtra un très grand succès dans de nombreux pays.
Peu de temps après la parution de ce premier livre, une autre rencontre marquera définitivement le destin de Franck Fouquet
Le rédacteur en chef photo d’une prestigieuse agence de presse lui propose de s’essayer à l’actualité. Ce sera le début d’une nouvelle carrière menée en parallèle de celle de photographe animalier.
Son activité de Grand Reportage conduira Franck Fouquet à couvrir la majeure partie des grands conflits qui ont secoué la planète. Il devient membre de la très prisée Association des Journalistes de Défense.
Son travail sera publié par de nombreux titres : le Daily Telegraph, L’Express, Le Figaro Magazine, Géo, Le Nouvel Observateur, Le Point, Marianne, National Geographic, Newsweek, Paris Match, Time Magazine, VSD, Washington Post…

Il devient le rédacteur en chef photo de l’agence de presse News-Mag qu’il fonde avec d’autres photographes et grands reporters. Mais, très vite, le terrain lui manque et il repart vivre sa passion en solo.
Alternant les reportages d’actualité avec des séjours en Afrique australe, seul au contact de la vie sauvage, Franck Fouquet continue à publier des livres. A la demande des autorités sud-africaines, il réalise le premier beau livre de photos en langue française consacré au pays et préfacé par Johnny Clegg. Cet ouvrage sera diffusé sur tous les marchés francophones puis dans le monde entier en différentes langues. La soif de travail de Franck Fouquet le conduit à participer à la parution de nombreux autres
livres traitant des sujets les plus divers. Le dénominateur commun restant sa passion de l’image et des mots.
Son travail a été récompensé par de nombreux prix et récompenses parmi lesquels les prestigieux Grand Prix de la Fondation Mac-Arthur, Grand Prix PSV – Hasselblad et Prix Fujifilm.
Franck Fouquet a créé en 2016 TAU éditions, sa propre maison d’édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *