Montceau – Pourquoi eux et pourquoi pas moi ? un raisonnement par l’absurde

Le 30 mars dernier, des gens du voyage forcent l’entrée d’une propriété privée située sur la zone de Chatillon au Bois du Verne à Montceau-les-Mines. Ils sont arrivés avec voitures, fourgons et caravanes sans rien demander à personne et sont installés. Malgré l’arrivée de la police, ils se sont appropriés les lieux.

Un branchement sauvage sur un coffret électrique placé à l’extérieur, un branchement sur une borne d’incendie et le « terrain de camping tout confort » s’offrait à eux. Ils iront même jusqu’à pénétrer à l’intérieur du bâtiment et prendre leurs aises.

Un habitant du quartier a été outré par ce comportement et s’est « questionné sur l’un des principes de notre démocratie », dit-il, à savoir l’égalité.

Ainsi, « plus pour taquiner la mairie de Montceau-les-Mines », il a fait une demande par mail :

Ayant besoin de réaliser des  travaux de nettoyage sur ma propriété , en tant que bon contribuable , j’ai fait la demande par mail auprès de la mairie de Montceau si je pouvais momentanément me raccorder sur la pompe a incendie a 50 mètres et me greffer sur le réseau électrique.
Cette demande m’a été formellement refusée !

En 2019, d’autres « voyageurs » s’étaient déjà installés à 150 mètres de-là sans « que personne n’intervienne » ajoute l’habitant.

J’ai donc demandé à la mairie, la raison de cette discrimination à mon égard, sans réponse a ce jour. Je ne comprends pas !

Cette situation a le don de l’irriter. « Pourquoi moi, c’est interdit et les autres, non ! »

Avec ce mail, « j’ai voulu attirer l’attention. Au bout d’un moment, on peut être gentil, être tolérant mais y a quand même des limites » réagit-il.

Autant la ville peut interdire par arrêté une occupation de terrain municipale, autant quand il s’agit d’un lieu privé comme ce fut le cas récemment sur la zone de Chatillon, c’est une autre histoire. (lire ci-dessous).

Quant à permettre à l’habitant du quartier d’utiliser ne serait-ce que la borne à incendie, c’est interdit.

Jean Bernard



La première action à entreprendre est le constat d’huissier. L’Huissier de Justice se déplace sur les lieux occupés pour relever la présence des gens du voyage. Le constat fait ainsi apparaître le nombre de caravanes, les immatriculations et l’identité des occupants.

Le propriétaire doit ensuite saisir le Président du Tribunal judiciaire pour obtenir une Ordonnance d’expulsion. Selon les juridictions, cette Ordonnance est rendue sur requête (sans convocation des gens du voyage) ou en référé (en ayant convoqué les parties par assignation).

Une fois l’Ordonnance rendue, l’Huissier de Justice se déplace à nouveau sur le terrain pour faire commandement de quitter les lieux aux gens du voyage. Il fait ensuite une demande aux Forces de l’Ordre pour qu’elles l’assistent pour expulser les gens du voyage (la réquisition de la Force Publique).

Ces actions nécessitent du temps et avant même que les gens du voyage puissent être expulser, ils sont déjà partis. Ils ne restent jamais plus de 15 jours.

10 commentaires

  1. Et oui certains respectent la loi et d autres n ent ont rien à faire. Impunité totale.

    • Et donc il faut vôter de quel côté pour remettre de l’ordre dans ce pays au fond du gouffre…je dirais même au fond de tous les gouffres…???

  2. En France il y a deux poids deux mesures, je pense que cela ne vous aura pas étonné.

    Une fois de plus cela démontre l’incompétence des politiques (Maire et préfet en tête) et de la justice, on achète ainsi la paix sociale en faisant trainer volontairement les procédures à l’égard de ce type de communauté alors que le citoyen lambda se verra infliger une comparution immédiate avec condamnation à la clé.
    Il en va de même pour l’occupation illégale d’une maison secondaire (ou non) par des individus peu scrupuleux qui connaissent les lois mieux que vous et ce malgré les annonces du gouvernement qui promettait de régler ce genre de situation en 48h.

    C’est ça la France et après on se demande pourquoi le RN devient si populaire.

    Max

  3. Ce qui me mets le plus en colère quand je passe devant le camp rue de Nancy ! ( Je vous conseille de regarder) C est dans quel état ils laissent les alentours !!! Simplement scandaleux et qui paient le nettoyage ?? Nous ! Et qui ce Plain de la présence de rats ? Eux!!

  4. et le joli camp à 500 000€ sur la centre à centre!! tous les autres endroits devraient être supprimé et leurs faire obligation de se mettre las bas et en payant!! reste à bien voter déjà en juin

  5. oui toto, pour « faire » le camp sur la centre a centre on a detruit une foret,deplacer des animaux sauvages pour quel résultat???
    en 2022 ne vous trompez pas et votez bien

  6. Très bonne initiative, touché dans le mille ! Les Gaulois en on marre de tout ça ! Il y a le politiquement larvaire qui gouverne et ne représente pas la réalité de ce que pense la majorité des Français. Comme l’on dit les généraux dans La Tribune polémique ça va mal finir tout ça, les Français ne se sont jamais laissés faire et c’est pas demain que cela commencera ! Il y a eu les Pétinistes qui étaient aux pouvoirs donnant l’image d’un peuple qui acceptait la soumission aidés par des collabos et il y avait le peuple qui a repris les rênes ! Tout cela a des similitudes avec ce que nous voyons aujourd’hui . Cette lettre est un refus, une résistance à l’imbécilité établie !

  7. Moi je vais plus à la fête foraine, tous est dis

  8. Hélas tous ces commentaires ne doivent pas être lu par nos édiles qui de toute façon vont s’abriter derrière la législation en vigueur et taper sur le dos des contribuables en votant une taxe supplémentaire pour faire face aux dépenses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *