Montceau – Marie-Claude Jarrot : « Continuer à vouloir le meilleur pour les Montcelliens »

Les propos liminaires de madame le maire en ouverture du conseil municipal qui se tient ce lundi soir, 21 mars avant le vote du budget primitif 2022.

« Quelques mots en préambule de ce conseil qui va nous donner l’opportunité de poursuivre la déclinaison de « la marque de fabrique » de notre territoire à travers des décisions importantes parmi lesquelles le budget, acte politique majeur d’une collectivité.

 

Du budget en lui-même, vous connaissez l’essentiel.

 

Il a été dans les grandes lignes largement discuté lors de notre débat d’orientations budgétaires dans un document dont vous serez, j’en suis certaine, nombreux à souligner la qualité.

 

J’en remercie à titre personnel, et au nom des élus de ma majorité, celles et ceux qui, sous l’autorité du DGS, en ont été les rédacteurs.

 

La quantité des informations est à la hauteur de la transparence et de la sincérité de notre action publique et des équilibres complexes qui fondent un budget. Le nôtre en tous cas.

 

Sincérité, confiance, responsabilité et subsidiarité sont les piliers des libertés locales et de l’action publique.

 

Et la commune est l’espace politique, économique, social et solidaire qui peut répondre à cette profonde aspiration des citoyens à des services et des interventions de proximité.

 

Nous nous inscrivons dans cette responsabilité.

 

Bien sûr, je ne doute pas que certaines orientations cliveront nos convictions respectives entre la majorité et les oppositions.

 

Bien sûr, nous pourrons débattre aussi des grands équilibres de nos priorités, selon que l’on estime que l’on en fait peut-être pas assez pour tel domaine ou qu’il faudrait en faire davantage pour tel autre.

 

Mais nous pourrons en tous cas, année après année, être collectivement fiers d’avoir globalement tenu nos engagements, et même au-delà.

 

Je pense à ce Lavoir des Chavannes que l’Etat nous a cédé et nous avons accepté la cession à l’euro symbolique pour éviter qu’il n’arrive aux mains de ferrailleurs et dont le tableau réalisé par l’artiste Anne-Marie Spaan et que Monsieur Carl Heims, de Granvaux, a offert à la Ville, illustre l’ampleur.

 

 

Je pense aussi aux quatre délibérations capitales que nous allons prendre ce soir relatives au cinéma, véritable mise en route de ce projet tant attendu.

 

Bien sûr, tout n’a pas été fait. Et il reste des efforts à faire dans certains domaines.

 

Oui, c’est le cas avec l’accompagnement des écoles en matériels informatiques.

 

Avec une enveloppe de 20 000 euros prévus dans le PPI, à laquelle nous ajouterons 30 000 euros pour 2022, nous poursuivrons la dotation des écoles en équipement informatiques.

 

Avec des écoles qui ont été équipées en VPN avec les filtrages de la ville, en PC portables pour les écoles primaires, avec un dossier d’appel à projet qui, après avoir été accordé en priorité aux très petites communes, devrait, et j’en ai eu l’assurance par Monsieur le DASEN en début d’après-midi, nous permettre d’obtenir une subvention conséquente pour terminer l’équipement en tablettes de nos établissements scolaires, nous allons continuer à tisser ces liens forts que nous devons avoir avec nos écoles et ses personnels.

 

Ces liens forts, ils reposent sur l’informatisation, je l’évoquais, l’accompagnement, la végétalisation mais aussi la sécurisation.

Et je pense notamment aux différentes mesures par exemple prises en concertation avec la CUCM pour permettre aux élèves de l’école primaire Schuman Rostand de se déplacer entre Louis Aragon et Elsa Triolet dans les conditions les plus sûres.

C’est notamment la mise en place de 2 passages piétons matérialisés rue de Charolles à proximité du carrefour de la rue de Charolles et de la rue Henri Vairon.

Ce sont 2 passages piétons matérialisés rue de Charolles à l’intersection rue de Perrecy avec des panneaux indicateurs de part et d’autre.

C’est la modification du carrefour rue de Charolles/rue Henri Vairon avec des panneaux stop installés de part et d’autre de la rue de Charolles.

La Police Municipale est chargée de rédiger les arrêtés relatifs à ces modifications.

Et puis, parce que les chiffres m’avaient été demandés, au niveau des inscriptions à la suite de la fermeture des écoles Schuman Rostand et Suzanne Valadon.

Je peux vous dire avec précision que

  • Pour Schumann Rostand, sur un effectif de 55 élèves, soit 21 maternelles et 34 élémentaires, 11 élèves partent en 6eme, 6 se sont inscrits dans une commune extérieure, 22 sont inscrits à l’élémentaire Aragon, 5 à l’élémentaires Jaurès, 8 à la maternelle Triolet, 2 à Niki de Saint Phale.

 

  • Pour les élèves de la maternelle Valadon, soit 19 enfants, 6 se sont inscrits dans une commune extérieure, 6 n’ont pas donné encore de réponse, 1 inscription à la maternelle Saint Phale, 1 à la maternelle Follon, 1 à Rosa Bonheur, 1 à François Pompon et 1 à l’élémentaire Jean Jaurès.

Oui, nous avons aussi à faire des efforts sur le déploiement de la fibre optique.

Et, ce matin, nous avons pu faire un point de situation précis avec Orange sur ce déploiement.

Ce sont déjà̀ près de 10 400 foyers ou locaux professionnels, soit 82%, qui peuvent aujourd’hui souscrire à une offre auprès du fournisseur d’accès internet de leur choix.

Après l’installation des quelques 35 armoires de rues, Orange continue d’installer des points de branchement indispensables aux logements ou aux entreprises pour se raccorder à la fibre.

 

Je reviens au budget qui va vous être présenté et duquel nous pouvons être fiers parce qu’il s’inscrit sur ces grands principes d’action qui nous permettent, sans n’avoir jamais augmenté les impôts locaux, de contenir la masse salariale et nos dépenses de structure tout en modernisant les pratiques professionnelles de très nombreux métiers au service de plus de ressources, au service de meilleurs services rendus aux Montcelliennes et aux Montcelliens.

 

C’est allier résistance, expertise, agilité et appétence pour faire face aux évolutions juridiques des normes et aux nouveaux besoins de nos habitants.

 

S’il n’y a pas cette appétence, rien ne vaut la peine d’être fait. « Le réel est étroit, le possible est immense. » écrivait Lamartine.

 

C’est pouvoir présenter ce budget d’accomplissement et de construction.

 

En matière d’accomplissement, ce sont tous les projets initiés durant notre dernière mandature et le début de cette deuxième et qui vont voir le jour.

 

Parmi les grands marqueurs de ce budget, et c’est sans doute aussi le résultat de cette crise pandémique qui nous a changés et qui les a rendus plus déterminants, il y a toutes ces réflexions sur « le monde d’après », plus sobre et plus résilient.

 

Et c’est à la construction de celui-là que nous devons participer.

 

C’est la préservation de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique qui doivent imprégner toutes les politiques publiques municipales.

 

Nous les savons aujourd’hui au cœur de la société, au cœur de nos vies, personnelles et collectives. C’est une perspective de progrès, de changements et Montceau sera, bien entendu, une fois encore au rendez-vous.

 

Il y a eu au niveau national le « quoi qu’il en coûte » de 2020 et le « quoi qu’il advienne » de 2021.

 

J’espère qu’il sera prochainement permis à notre pays, malgré les incertitudes liées à la situation internationale et à ses répercussions, d’envisager le « nouveau matin français ».

 

Celui notamment qui devrait nous permettre un jour d’arriver à la constitutionnalisation de la clause générale de compétence pour nos communes.

 

Et je ne suis pas inspirée en cela par le Printemps des poètes dont le thème cette année est basé sur l’éphémère, mais au contraire, j’entends par là un véritable nouvel acte de décentralisation nécessaire à retrouver, et pour longtemps, et à cet égard, la crise sanitaire aura participé à accélérer une sorte de retour de balancier, une proximité redevenue maître mot.

 

Preuve a été faite en effet que si l’on peut gouverner de loin, on n’administre bien que de près.

 

J’assistais la semaine dernière à l’audition des candidats à la présidentielle par l’AMF et au soulignement quasi unanime de la nécessité de garantir davantage de libertés locales aux élus de proximité.

 

Si les communes étouffent sous le poids des normes et des injonctions contradictoires, elles restent celles qui peuvent relever le défi démocratique majeur de cette proximité avec les citoyens.

Cette proximité qui est vivante et porteuse d’innovation.

Et la récente loi 3DS va donner des marges de manœuvre aux élus locaux, certes dans le cadre d’un texte très technique, mais qui prévoit de multiples mesures en matière de différenciation, de compétences à la carte, de décentralisation de déconcentration et de simplification de l’action locale.

 

J’évoquais à l’instant les incertitudes liées à la situation internationale et à ses répercussions sur nos quotidiens, je veux vous signaler que la majorité a pris la décision, et c’est la force de l’exemple, de faire modestement mais symboliquement, à un moment où nous sommes tous confrontés à des dépenses toujours plus importantes qui contraignent notre pouvoir d’achat, d’éteindre de minuit à 5h du matin les moyens d’éclairage de l’Hôtel de Ville et du Tribunal.

Je faisais allusion à l’AMF, je vous lirai le courrier de son président que je trouve pertinent adressé à Monsieur le Premier ministre, parce qu’il va dans le sens d’une mise en alerte conjointe des élus et de la Fédération Nationale des collectivités concédantes et régies, relatif aux conséquences du prix de l’énergie sur les budgets des collectivités territoriales.

Et puis, évidemment puisque j’évoquais la situation internationale qui nous préoccupe, nous avons entrepris toutes les démarches en lien avec Monsieur le préfet et les associations d’accompagnement à la solidarité pour être prêts à accueillir dans les meilleures conditions, des réfugiés ukrainiens.

 

…..

 

 

 

 

Mes chers collègues,

 

Vous seuls pourrez, par votre vote, décider de nous donner ou pas les moyens que nous proposons de mettre en œuvre pour faire de Montceau la ville qu’elle doit et qu’elle va devenir.

 

Chaque maire de de France est par sa présence au plus près des citoyens, le visage de la République.

 

Faisons bonne figure.

 

Et, s’il est souvent temps de revaloriser la modestie, il est temps aussi de continuer à vouloir aussi le meilleur.

 

C’est ce que je souhaite ce soir encore pour les Montcelliennes et les Montcelliens ».

 

 

 

Un commentaire :

  1. En effet « le possible est immense »! Il fallait oser afficher « Joyeux printemps » aux Ukrainiens !!! C’est sans doute un « deuxième degré » qui me reste inaccessible ! Mais j’ai honte quand même ! Pour eux le printemps a commencé un peu plus tôt mais , si je capte bien l’inspiration , ils ont encore de beaux jours devant eux !
    Ca ne vous fait pas mal de vous relire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.