Montceau – Les plaisirs solidaires ne rendent pas sourd

Deuxième journée, hier, du 4e festival « La Mère en Gueule » qui s’achève ce samedi soir avec O-Dieux (21h Syndicat des mineurs.

Honnêtement, la soirée cabaret de la Mère en Gueule « les plaisirs solidaires » on connaît, à la Briqueterie, au musée d’école, on a été enthousiastes… bizarrement en le voyant pour la troisième fois on a les poils au garde à vous sur les bras… ça le fait encore et toujours.

Ce vendredi soir 6 juillet 2018, au Syndicat des mineurs, salle comble, public enthousiaste et connaisseur. La Mère en Gueule, malgré ses instruments de musique détournés, ce n’est pas du bidon.

Même en n’étant pas farouchement de gauche, le répertoire est humainement causant. Ne faisons pas la sourde oreille aux plaisirs solidaires.

Certains diront que c’est une histoire de poings levés, d’autres parleront de nostalgie du grand soir, et si ça ne parlait que de destins simples broyés, triturés, émiettés, que de gens simples qui disent non et qui le chantent.

Comme dirait l’autre « j’en sais rien, mais c’est beau » et ce fut vraiment l’opinion du public où l’on comptait des élus majoritaires actuels ou encore l’ancien maire.

En fait, la Mère en gueule décrit l’élaboration dans la sueur, la peur, le sang, la fraternité et la simple humanité de notre société si imparfaite.

La mise en scène de Samuel Jaudon est toujours aussi impeccable et précise. Et bien des festivals s’enorgueilliraient d’avoir une troupe comme la Mère en Gueule.

Ce spectacle de cabaret c’est un peu comme guignol au pays de la peine, de la sueur, de l’espoir… mais il faut quand même que le gendarme se fasse rosser à la fin…

O Bella Ciao

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *