Montceau – Le centre de vaccination a reçu les premiers enfants (5 à 11 ans)

Ils sont assis dans la salle d’attente à côté de leur maman, le masque sur le nez, tranquillement. Ils viennent de recevoir leur première dose Pfizer pédiatrique sans appréhension. Ils attendent le résultat du test de dépistage, savoir s’ils ont des anticorps. Dans ce cas-là, une seule dose suffira. En fin de compte, Lorane et Kenzo reviendront début février pour la seconde dose.

Avec leur maman, ils sont venus ce mercredi après-midi du Breuil à Montceau-les-Mines au centre de vaccination installé dans l’ancienne maison de santé de la Carmi au Bois du Verne. « Au Creusot, ce n’est pas possible de faire vacciner les enfants, j’avais le choix entre Montceau, Autun ou encore Château-Chinon » explique madame.

« C’est mon choix de les faire vacciner mais un peu par obligation aussi car les tests PCR permanents à l’école, c’est pénible » dit-elle. Jusqu’à 16 ans, ils ne sont pas concernés par le futur pass vaccinal mais devant les contaminations qui n’arrêtent pas dans les écoles, une autre maman de Montceau a voulu protéger sa fille de 11 ans. « Je lui ai laissé le choix, c’est elle qui a décidé de se faire vacciner ».

Ce mercredi après-midi a été le premier jour (c’est toujours le mercredi) réservé aux enfants de 5 à 11 ans, ils ont été 18 à recevoir la première dose. « Nous avons très peu de demandes » fait remarquer Pascale Merlin, directrice du pôle santé de la ville. « Le 2 février, nous n’avons que deux rendez-vous » note-t-elle.

Fréquentation en baisse

Une aile a été spécialement aménagée pour accueillir les enfants au centre de vaccination au BDV dans une ambiance moins stressante. « Nous avons une médecin qui a l’habitude de travailler avec les enfants, on leur met des pansements rigolos, ils peuvent prendre un bonbon et après chaque injection, nous leur remettons un diplôme de l’enfant courageux » raconte Pascal Merlin.

Juste à côté, alors que chaque jour, il possible de vacciner jusqu’à 350 personnes de plus de 12 ans, la fréquentation est très nettement en baisse. Ils étaient 241 lundi, 131 mardi, 153 ce mercredi, ils seront 107 jeudi et 152 vendredi. « Nous avons très peu de première injection. Aujourd’hui, ils étaient six, principalement des enfants de plus de 12 ans », précise la directrice du pôle santé.

Autant dire que sur https://www.doctolib.fr vous pouvez facilement prendre rendez-vous.

Pour rappel le centre de vaccination sera ouvert samedi 22 janvier de 9h à 13h. « Nous avons 48 rendez-vous » à ce jour.

Jean Bernard

7 commentaires

  1. c’est triste !
    il ne risque rien !
    93% DE VACCIN DONC immunisé a 100 % DES la seconde injection comme promis par pfitzer et notre gouvernement
    50000 cas par jour en 2020 au plus fort de la crise ou le virus était le plus dangereux !
    340000 hier avec 93 % dont une grande majorité avec 3 doses
    JE pense que nous avons toute la vérité !

    • C’est triste de voir que des personnes ne se sont pas rendus compte que le virus avait muté depuis le début de la pandémie.
      Oui les vaccins protègent , et non la non-vaccination n’est pas la solution ; demandez aux soignants qui souhaiteraient avoir moins de non-vaccinés en réas ; mais qui continuent à les soigner car ils ont, eux , un sens de responsabilité au-dessus de la moyenne.

      • Complétons la phrase : la vaccination protège…… des formes graves, donc est surtout nécessaire pour les personnes déjà fragiles. Repérons bien quand ici le professeur Eric Caumes évoque les formes moins pathogènes (« le variant Omicron est clairement moins grave, grâce à la fois au vaccin ET aux infections naturelles ») au regard de toutes les histoires épidémiques et donc l’efficacité naturelle des systèmes immunitaires :
        https://www.youtube.com/watch?v=0lWGuWHZabc
        p.s. : le pass vaccinal n’a rien à voir avec une décision de santé : « ni de la médecine, ni de la santé publique » « marqueur d’affichage et de clivage ».
        « Immunité labile » « erreur stratégique » « on aurait dû se concentrer sur les personnes réellement à risque ».
        « Omicron A CHANGÉ LA DONNE »
        « Occupons-nous des personnes à risque qui n’ont pas reçu la 3ème dose ».
        « Si on a attrapé le Covid, pas de dose, car une infection naturelle EST PLUS EFFICACE pour être protégé contre une infection ultérieure ».
        « En pratique c’est un peu ce qui se passe » « la vaccination n’empêche pas la CIRCULATION du virus » « Les personnes vaccinées n’entreront pas à l’hôpital » (sauf exception, il y a toujours des exceptions, mais ce ne sont QUE des exceptions, ndla).
        Conclusion : Vaccinons mais pas tout le monde sans distinction, un marqueur de l’intelligence est de nuancer, affiner, comme ces techniciens ingénieurs et ouvriers capables de fabriquer des composants électroniques au nanomètre près.
        C’est un avis d’un modeste professeur de médecine, à chacun de se faire son opinion au regard de ce discours et avec les connaissances scientifiques, épistémologiques, sociales et historiques. Et un peu d’empirisme (hypothèse, observation, mesure, observation, conclusion, décision, observation, modification de la décision si besoin) ne fera pas de mal, bien au contraire. Ce sera bien mieux que le « théorisme » (décision, observation, transmutation pour correspondre à la première décision, chaos).

  2. C’est très bien ça stress moins les enfants, bonne initiative

  3. Diplôme du courageux ? Comment diviser nos pauvres enfants maintenant…..

  4. Quel courage effectivement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.