Montceau – Laurent Selvez est-il toujours la pierre angulaire de la gauche ?

Le conseiller municipal de la gauche rassemblée fait un tour d’horizon de l’actualité locale et évoque la campagne des municipales en 2020.

Alors que l’actualité politique sur Montceau-les-Mines fait relâche, il en est un qui, avant de s’accorder quelques jours de repos, alimente la chronique via Facebook. Laurent Selvez, conseiller municipal de l’opposition (la gauche rassemblée), même en août est en mode veille. Nous l’avons rencontré.

Certes, les sujets abordés n’ont pas matière à véritablement « remuer » la classe politique adverse mais pour l’adversaire numéro 1 du maire Marie-Claude Jarrot au conseil municipal _ en attendant mieux ? _ pas question de baisser la garde.

Dire que la rentrée politique à Montceau-les-Mines sera chaude, c’est sans doute aller un peu vite en besogne. « Je ne sais pas » avoue Laurent Selvez qui constate simplement que madame Jarrot a déclaré sa candidature à sa propre succession très tôt pour les municipales (mars 2020). « Mais j’ai peur que la campagne démarre dès septembre. Donc nous continuerons à l’interroger sur les dossiers ».

Les dossiers, c’est notamment le multiplexe vers l’Embarcadère, le projet de rénovation du ciména Les Plessis par sa propriétaire madame Davoine, sans oublier celui du Creusot. « Aujourd’hui nous sommes dans une situation de blocage. Les recours vont se multiplier, il serait temps de laisser les rancoeurs de côté ».

Autre projet, celui de l’extension de Jardiland avec l’arrivée possible de grandes enseignes nationales (Décathlon, Boulanger voire la FNAC…). « On devait arrêter toute extension commerciale et on voit réapparaître un projet sur une autre zone sans cohérence avec le centre-ville. Jardiland n’a même pas été évoqué en conseil municipal. Globalement, nos manquons d’informations. Evidemment, nous n’allons pas refuser des enseignes nationales mais d’un autre côté, le commerce local est en difficulté » analyse l’élu de gauche.

L’arrivée d’un manager de centre-ville est donc vital. « Il est indispensable, qu’il puisse faire un état des lieux et avancer des propositions pour préserver le commerce de centre-ville. Je pense au commerce éphémère pour tester l’activité », d’autant qu’il n’existe plus de commerce alimentaire.

Commerces en difficulté et des travaux aux abords de la mairie qui ne favorisent pas l’activité commerciale. « Le choix des dates n’a pas été judicieux. Bien sûr c’est la communauté urbaine qui est maître d’oeuvre mais au final, c’est à la ville de veiller sur le calendrier » explique Laurent Selvez, toujours avec son flegme habituel.

Le mettre en colère est difficile, même quand on évoque les municipales en 2020 et qu’au sein même de ses troupes, il n’apparaît plus comme étant la pierre angulaire de l’opposition. Autrement dit, Laurent Selvez, homme de dossiers, n’est plus l’homme de la situation pour livrer bataille à Marie-Claude Jarrot. On lui préfère une tête de liste avec davantage de charisme, plus puncheur.

Mais d’après lui, « même si je ne suis pas parfait », c’était avant. Disons, encore peu. « Nous avons mené une réflexion et je ne vois personne d’autre (à part lui) pour mener la liste même si je ne serais pas candidat à titre personnel. Mais on me dit, il faut y aller ». C’est donc à la gauche rassemblée, « et nous avons intérêt à ne présenter qu’une seule liste de gauche », qui le moment venu, désignera son leader. « Attendons le premier semestre 2019 pour que les choses se clarifient », prévient-il.

Laurent Selvez tête de liste à gauche, c’est une forte probabilité. Mais quelle gauche ?

Jean Bernard

2 commentaires

  1. Maisouetdoncornicar

    Je pense que Madame Jarrot risque d’etre Bien surprise, il n’y a pas de fumée sans feu…

  2. « Laurent Selvez tête de liste à gauche, c’est une forte probabilité. Mais quelle gauche ? »

    Très bonne question ! :
    Une gauche (du centre) style Hollande ?

    Une gauche (plus à gauche) style « la girouette » Mélenchon ?
    (Voir sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_M%C3%A9lenchon ses changements de déclarations et de déclarations politiques)

    Une gauche « unie », la seule possibilité :
    Ça me paraît impossible actuellement, mais je souhaite me tromper !
    (Pourtant réalisée par François Mitterrand, malgré le caractère trouble, trompeur et mensonger, et possiblement repoussant du personnage …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *