Montceau – La patate au lard, un puits du savoir gastronomique des mineurs

 

La mine et son histoire sont très présentes ce week-end avant Noël. Après l’inauguration la place de la Chapelle sans chapelle au Bois du Verne, c’est à nouveau dans ce quartier qui tient la corde ces derniers jours, d’assister au premier chapitre de la Confrérie gastronomique des Truffes à la pate (sans le â).

Une recette ancestrale  qui remonte à la surface du puits dans lequel descendaient les mineurs du Bassin minier qui emportaient leur briquet (casse-croûte) fait de patates écrasées avec du lard.

Une chanson imaginée en la circonstance est très explicite :

Dans l’puits, au fond d’la min’

Gabilots et porions

En ont pour leur briquet

Avec pain et café

D’saint Vaill’er à Blanzy

De Sanvignes au Montceau

Abattage et herchage

Ca c’était du boulot

Pour y fair’, y’est très simp’

Des belles treuffes pasquiichies

Sans gueurioler le lard

Et allez, c’est parti…

En janvier 2009, Serge Fuet cherche un moyen, une idée de faire perdurer la gastronomie, ces plats concoctés par les femmes de mineurs. De la treuffe au lard, Serge en a mangé. Ainsi est née la Confrérie gastronomique des Treuffes à la Pate. Elle compte trente membres et ce dimanche 22 décembre 2019, huit d’entre eux, ceux qui ont mis la main à « la pate », ont été intronisés par le maître de la Treuffe, Serge Fuet en tenue de mineur.

Les trompettes raisonnent.

« Te voilà galibot (jeune mineur) » et après avoir avalé de la patate au lard et bu de la chicorée, « tu défendras les valeurs de notre confrérie », le béguin blanc noué autour du cou.

Qui sait, un jour, la Confrérie de la Treuffe aura le rayonnement de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin qui met en valeur les produits de la Bourgogne. La patate au lard méritait bien cet éclairage.

« La mine, les mineurs, ici existe une vraie culture minière et le patrimoine culinaire en fait partie » souligne madame le maire de Montceau qui à ce titre _ comme ses homologues de Blanzy, Sanvignes et Saint-Vallier _ est d’office membre d’honneur. « D’ailleurs pour candidater au loto de Stéphane Bern pour le lavoir des Chavannes, nous allons y ajouter cette histoire gastronomique et parler de la Confrérie des Treuffes à la pate. Ce sera un plus ».

A la Confrérie des Truffes à la pate, tout commence par la patate et se termine en musique. Et il y a cinq ans, jour pour jour, disparaissait Joe Cocker. Féru de rock et de blues, Serge Fuet a lancé le groupe les Z’Intrus. La salle des fêtes du Bois du Verne en a pris plein les « patates ». Bel hommage à ce chanteur anglais à la voix rauque.

Jean Bernard

2 commentaires

  1. Bonjour,

    Le terme briquet pour désigner le casse-croûte du mineur , n’était pas utilisé à Montceau, mais uniquement dans le nord . Nous mineurs de Montceau allions « au pain » terme qui désigne cette pause casse-croûte pendant le poste.Dans d’autres bassins miniers le terme « cabas » désignait la même pause.

  2. Gillot Jolis Françoise

    Bravo Cousinou pour cette belle initiative savoureuse… le lavoir des chavannes deviendrait- il un lieu mythique!! J’ ai encore le souvenir de la lessiveuse qui bouillait dans le jardin.. puis le bruit des abattoirs sur le rebord du lavoir où l’ on grinçait le linge.. et quand on était sage… nous avions permission de faire trempette dans le lavoir après nettoyage lorsqu’ on le remplissait!!!🤗🤗🤗🛀🛀🛀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *