Montceau – La nuit, les enfants sont des sâdhus

Troisième édition de la nuit d’Andersen à la médiathèque.

Ce vendredi soir 6 avril c’est voyage dans l’onirique et la conscience cosmique. Comme à l’accoutumée la médiathèque et son équipe met la barre très haut.
Vu de l’extérieur on peut dire que ces soirées là c’est bien, ça plaît aux gosses. Sauf que ça va beaucoup plus loin et que ce n’est pas innocent que les médiateurs soient la musique spirituelle, le conte, dans le milieu de l’écrit.

Trente et un enfants sont là pour célébrer cette nuit qui malgré son nom s’écarte volontairement de la tradition des contes pour enfants en appelant à l’intelligence des participants. Il ne faut jamais penser que derrière le rire d’un enfant il n’y a que de la légèreté et l’insouciance, l’écoute est constante et surtout il y a une vraie gravité.

Avec Matthias Labbe et Caroline Castelli

Cette seconde est une conteuse créative, chanteuse aux histoires pleines d’humour qui vous scotche son public, qui vous enthousiasme des salles entières. C’est peu dire que son atelier de contes et puis ensuite ses « paroles de sâdhus », sont suivis avec passion par les 31 jeunes.
Elle les endormira ensuite en revenant aux sources avec un conte d’Andersen « La bergère et le ramoneur » accompagné en fond sonore par les notes apaisantes distillées par Matthias Labbe.
Les sâdhus sont ceux dont le nom se traduit par « ayant atteint son but, homme de bien, saint homme ».
Ces hommes ont renoncé à la société pour se consacrer au moksha, la libération de l’illusion, l’arrêt du cycle des renaissances et la dissolution dans le divin, la fusion avec la conscience cosmique

Le premier, intermittent du spectacle, se définit comme un musicien voyageur, percussionniste aguerri aux techniques des musiques classiques indiennes, orientales et latines qui travaille régulièrement avec des formations de musique du monde et jazz.
Cette nuit les jeunes l’on passée toute entière jusqu’au réveil et petit déjeuner du matin de samedi : natte et duvet sous la surveillance de l’équipe de la bibliothèque, toujours fidèle au poste et de stagiaires du service civique. Une nuit Andersen toute en spiritualité.

Gilles DESNOIX

Un commentaire

  1. merci pour cet article fabuleux !
    Caroline Castelli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *